Ordonnance pour la vie …

… à destination des mômes et de notre pomme.

A copier, partager, expérimenter et surtout transmettre.

14 CHOSES QUE LES PARENTS DEVRAIENT DIRE
par Caroline Braun

1. N’aie pas peur de faire des erreurs
(Tiens, justement j’ai rédigé un truc du genre pour le Baptême de Petit Biloba)

– La plus grande erreur est de ne rien faire et risquer de passer sa vie à regretter d’avoir eu peur d’agir.
– Tu ne peux pas apprendre sans faire d’erreur, accepte-le.
– Considère tes erreurs comme des expériences qui t’aideront à grandir et à devenir la personne que tu veux être et qui correspond à tes rêves.
– Soit tu réussis, soit tu apprends quelque chose grâce à cette expérience.

2. Investis en toi
(Entre l’holisme de l’être et les études à tout âge … ça me rappelle quelque chose.)

– Tu es ce que tu as de plus cher au monde.
– Prends soin de toi.
– Occupe-toi de ta tête et de ton corps, tous les jours.
– Donne toute ton énergie pour acquérir des connaissances et des aptitudes qui te permettront de réaliser tes rêves.
– Tu es ce que tu sais et ce que tu en fais.

3. Ose
(Jamais aussi fière que lorsque je dépasse un a priori. Le confort est l’enlisement.)

– Faire de nouvelles choses.
– Rencontrer de nouvelles personnes.
– Découvrir de nouvelles contrées.
– Sors de ta zone de confort et fais de nouvelles expériences.
– Ce qu’on regrette le plus, plus tard, c’est tout ce qu’on a rêvé de faire mais qu’on a pas fait car on a pas osé…

4. Communique, exprime-toi
(Comme l’impression de répéter cela à Ginkgo trois fois par jour.)

– Il est important de comprendre rapidement que les autres ne peuvent pas lire dans les pensées.
– Dis aux personnes autour de toi comment tu te sens, ce que tu penses de ce qu’ils te disent ou de ce qu’ils font.
– Si tu veux quelque chose, dis-le ! N’attends pas que les autres le devinent. Tu l’obtiendras beaucoup plus rapidement.
– Si tu veux sortir avec une fille (ou garçon) , même si tu y penses très fort, il est très possible qu’elle ne le sache pas et qu’elle ne se doute de rien.
– Dis-lui qu’elle te plaît, si c’est réciproque, c’est parfait. Sinon, continues ton chemin, elle n’était pas faite pour toi.
– Cela t’évitera de perdre du temps et de l’énergie pour rien.

5. Prends des décisions et agis maintenant
(Cesser de tergiverser pour agir … voilà ce qui m’a sorti d’une sorte de dépression)

– C’est lorsqu’on est indécis, qu’on attend le bon moment ou la meilleure opportunité que l’on manque le coche et que l’on passe à côté de la vie.
– Le bon moment, c’est souvent maintenant.
– Tu veux commencer des études mais tu ne sais pas si tu dois le faire ce semestre ou peut-être l’année prochaine, ou partir une année à l’étranger….
– Décide une bonne fois pour toutes et agis maintenant!

6. Accepte que tout change
(Impermanence … CQFD)

Qu’une situation soit bonne ou pas, elle va changer, c’est certain.

7. Ne perds pas trop de temps à te demander ce que les autres pensent de toi
(sauf si tu sens mauvais ;) )

– Le plus important est ce que toi, tu penses de toi-même et cela ne doit pas dépendre de ce que les autres pensent de toi.
– Ne te laisse pas influencer par ce que les autres attendent de toi ou veulent que tu sois.
– Sois celui que tu veux être, reste fidèle à tes convictions et garde les vrais amis qui sauront t’apprécier tel que tu es et non tel qu’il veulent que tu sois.

8. Choisis un métier qui te passionne
(A posteriori, une fois enfermée dans une case, ce n’est pas facile d’en sortir.)

– Ne fais pas des études de médecine ou de droit si ce n’est pas ce que tu aimes juste parce que ton entourage te dit que c’est la meilleure chose à faire.
– Ne choisis pas un métier qui ne te correspond pas, juste parce qu’il y a des débouchés ou parce que cela fait bien.
– Prends le temps qu’il te faut (une journée, une semaine) et réfléchis à ce que tu aimerais faire pendant des années, tous les jours.
– Tu peux écrire tout ce qui te passionne sur une feuille et écrire ensuite les métiers qui pourraient te permettre de vivre en faisant ce que tu aimes.
– Lorsque tu as trouvé, donne-toi les moyens de faire de ta passion, ton métier.

9. Fais en sorte de créer un réseau de connaissances autour de ta passion ou du métier que tu veux exercer
(Le 9 aide le 8 … c’est donc ça la clef !)

– C’est en rencontrant et en s’intéressant aux personnes qui font ce que tu veux faire ou qui sont expertes dans les matières qui t’intéressent que tu vas réussir à apprendre beaucoup de choses importantes pour ta future carrière.
– C’est utile et aussi agréable de rencontrer et de discuter avec des gens qui aiment les mêmes choses que toi.
– Pose beaucoup de questions, cela prouve ton intérêt et les passionnés peuvent parler des heures entières de leur passions et aiment ceux qui leur permettent de le faire.
– C’est aussi grâce à un réseau comme celui-là que tu pourras plus tard trouver plus facilement du travail dans le domaine qui te passionne.

10. Utilise tes dons, tes aptitudes, tes points forts et deviens excellent
(Alors y’a du boulot.)

– Si tu es bon sportif, si tu es habile de tes mains, si tu joues très bien d’un instrument, utilise ce don et deviens encore meilleur.
– Connais tes forces et utilise-les à ton avantage.
– Deviens le meilleur dans au moins une matière ou une activité.

11. Prends 10 minutes par jour juste pour toi
(La méditation est ton amie !)

Sers toi de ce temps pour réfléchir, pour rêver, pour planifier ta vie, changer ce que tu veux changer. Ce moment peut aussi te permettre de te remémorer les bons moments de la journée et d’apprécier encore plus les côtés positifs de la vie.

12. Rêve !
(Les bienfaits de l’ennui …)

– Tu as le droit et surtout le devoir de rêver.
– Crois en tes rêves, c’est comme cela que tu vas les réaliser.
– Écris ton rêve ou tes rêves sur un papier et fais un plan de tout ce que tu dois faire pour le réaliser.
Ensuite, agis !

13. Traite les autres comme tu veux être traité
(De l’intérêt d’une fratrie pour mettre en pratique tôt)

– Respecte les autres comme tu veux être respecté.
– Donne aux autres ce que tu aimerais qu’ils te donnent.
– Souris aux autres comme tu veux qu’ils te sourient.
– Aiment les autres comme tu veux qu’ils t’aiment.
– C’est la meilleure manière d’être apprécié et de donner du bonheur autour de soi.
– Ce bonheur te reviens souvent encore plus fort car il est contagieux.

14. La vie est courte, alors :
(En user, en abuser …)

– Ris aussi souvent que tu peux.
– Excuse-toi lorsque tu le dois.
– Compare-toi à ceux qui ont moins de chance que toi.
– Accepte ce que tu ne peux pas changer et apprécie ce que tu as.
– Sors, fais des rencontres, affronte tes peurs, ose, agis, réalise tes rêves.
– Croque ta vie à pleines dents !

Évidemment, la liste n’est pas exhaustive …

14 choses importantes à dire à vos ados avant leur 18 ans,
mesacosan.com, 20-01-2014

Richard Ford

Things you did. Things you never did. Things you dreamed. After a long time they run together.

Richard Ford

Un temps qui se fait désiré !

Sens commun #2

La vie emprunte de drôles de chemins. J’ai appris qu’il valait mieux les suivre.

Chopé au vol, mais où et de qui ???

Albert Willemetz

N’essayez pas de noyer vos chagrins : ils savent nager.

Albert Willemetz (1887-1964)
Poète et chansonnier français

Danse avec lui

Se contenter de peu et jouir de chaque chose ; ce n’est pas le but qui compte, c’est le chemin.

Le maître écuyer (Sami Frey)

Relativité …

Cela va sans dire, mais cela va encore mieux en le disant !

 

Extrait de La Belle Verte de Coline Serreau

Je sais, je sais, ça fait cliché, mais que voulez vous, c’est mon coté BoBo !

Société de Consommation

C3H5(NO3)3 …

Il y a 10 ans, Capsicum passait au nouveau millénaire dans l’ambiance hors du commun d’une église habitée par le God save the Queen.
Et depuis ?

Une nouvelle page se tourne.
Qu’elle soit intense et au diable les résolutions !

Je souhaite ‘simplement’ allier Discipline, Fantaisie et Esprit d’entreprise.
Tout un programme ;)

Fernando Pessoa – n°2

La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas.

Fernando Pessoa

Parmi les étoiles filantes …

Mon père m’a dit un jour :  “les choses qui importent vraiment sont celles qui durent plus de 50 ans …”

?? L’architecture, un livre, la brèche de Roland, la félicité d’un village pauvre, la planète, l’immobilier, l’amitié, une photographie, une découverte scientifique, les congés payés, une symphonie, le vilebrequin … ?!

… les Enfants …

Second Round

Blanche de Richemont – n°8

“Qu’est-ce que tu cherches ?”

Un sens pour continuer. Des braises pour mon feu. Il est en lui-même une fin.

Je ne cherche plus d’idéal dans ces vies d’absolu et d’épuration, seulement un peu d’espace pour respirer. Pour attiser mon désir de vivre malgré tout.

J’ai compris sur la route que le seul moyen de se délivrer de son abîme est d’être à l’écoute de ce qui nous anime. Et de nous y vouer corps et âme.

Pour trouver ce feu en soi : distance et silence. Il est là. Il attend. Il peut porter le nom de Dieu, d’une cause à défendre, d’un pays, d’un amour. Le mien n’a pas de nom. Il court après une respiration.”

Blanche de Richemont
Éloge du désir, Presses de la Renaissance, p44

Blaise Cendrars – n°2

Mais c’est la vie, et les femmes me comprendront qui savent qu’une cage, et même une cage dorée, et même si on a l’air d’y avoir fait son nid ou son ménage, qu’une cage, et même une cage magique, n’est pas habitable à la longue et n’est plus tenable …

Blaise Cendrars

Isabelle Eberhardt – n°4

Jouissons du moment qui passe et de la griserie qui bientôt sera dissipée … La même fleur ne s’épanouit pas deux fois, et la même eau ne baigne pas deux fois le lit du même ruisseau. (…)
Le charme poignant de la vie vient de la certitude absolue de la mort. Si les choses devaient durer, elles nous sembleraient indignes d’attachement.

Isabelle Eberhardt, Dans l’ombre chaude de l’islam, 1921

Blaise Cendrars – n°1

Rien n’est admissible ; sauf la vie, à condition de la réinventer chaque jour.

Blaise Cendrars

Albert Camus – n°2

Nous vivons avec des idées qui, si nous les éprouvions vraiment, devraient bouleverser toute notre vie.

Albert Camus

L’objectif vers lequel tendre …

La Fin de la Fin du Monde

Une rythmique énigmatique me donnant un gout d’années 1930 …
Allez savoir pourquoi !?
Mon urgence est un peu teinté de cela … car le temps est limité.

C’est la fin de la fin du monde
Même la mer ne fait plus de vagues
Cette nuit enfin, tout est calme
Toutes les choses tiennent enfin debout
Les lèvres et les mains se répondent
Les mots se touchent sans heurter
Les gens qui se passent à côté
N’existent plus
Ce soir, le monde dort, apaisé {x2}

calogero_l_embellie

C’est la fin de la fin du monde
Même si ça ne dure qu’une nuit

Le monde peut écouter les bruits
Qu’il fait, sans craindre à chaque seconde
Que tout s’embrase et qu’il s’efface
Qu’il disparaisse tout à coup
Depuis que ma bouche sur ton cou
S’est posée
Chassant toute menace {x2}

C’est la fin de la fin du monde
C’est la fin de la fin de nous
Je te promets un nouveau tour
Même si je sens que tu me sondes
Et dans mes eaux, ni sous-marins
Ni plus de torpilles dans le dos
Juste ma bouche posée sur ta main
L’apocalypse au point zéro
Comme le parcours sur ta peau
Ce soir…

Ce soir, le monde est sans fin {x3}

Calogero

André Gide

Il avait ce défaut commun je crois, à nombre d’aviateurs, et qui devient chez eux une déformation professionnelle: la vie ne prenait pour lui sa parfaite saveur que risquée.

A propos d’Antoine de Saint-Exupéry

Patrice Franceschi n°21 – Cheminement …

Le livre entre les mains, je l’ouvre à distance de la première page pour en prendre la température, pour en saisir le style, pour m’évader l’espace d’un instant. Voilà sur quoi mes yeux tombent d’emblée :

Fleuve Amazone, 24 Septembre 2004

(…) Au repas  du soir, Maxime Ducoutumany, l’un de nos deux solides administrateurs du bord, fête ses 28 ans. A la place de “bon anniversaire, camarade!”, j’ai envie de lui dire : “Tu as la vie devant toi … Quelle chance ! Profites-en … Moi, je reprendrais bien un tour de cadran. Tant de choses encore à faire. Alors 28 ans … T’occupe de rien d’autre que de lâcher les freins. Vas-y fonce, fais de chaque seconde une vie entière et paye le prix qu’il faut sans crainte ni remords…” (…)

La Grande Aventure de La Boudeuse, Tome 1, Patrice Franceschi

Toutes mes réflexions tendent vers cette même vision de l’existence. Il s’agit maintenant de dépasser la théorie … de “lâcher les freins” !

Sylvain Tesson

Le point commun qui rassemble sous la même bannière (et la même couverture) des voyageurs aussi différents qu’un jeune forçat de la rame, une amazone du désert, un handicapé volontariste et une acrobate du vide est le désir inextinguible d’intensifier sa vie, de l’engager sur des chemins périlleux pour en mieux saisir la valeur, de sauter par-dessus les parapets de l’habitude pour rejoindre le royaume de l’imprévisible.

Préface, Carnets d’Aventure, Guilde Européenne du Raid

En 2004, Sylvain Tesson reprend l’itinéraire des évadés du goulag en suivant le récit de Slavomir Rawicz : The Long Walk (1955). Ce périple l’emmène de la Sibérie jusqu’en Inde à pied.

Nicolas Messyasz n°2

Quelles sont tes motivations et inspirations ?
Très grossièrement, je dirais “la vie”, enfin, ce que j’ai sous les yeux, avec un goût prononcé pour les choses perdues, utopiques, inutiles, celles qui mènent vers le hasard ou l’étrange sensation de ne pas savoir pourquoi on doit être à un endroit et pas à un autre…

Interview par CultCrusher
Nicolas Messyasz, le noir et blanc, comme une évidence
3 Decembre 2008

**********
Espace DeviantArt : Au delà des ombres
Site Officiel : nicographie.net

Bernard Giraudeau n°10

Les vies s’anéantissent, se dissipent et le temps gâché est gâché. Foutaise et banalité. (…) Quelle connerie d’apprendre à vivre trop tard, de n’avoir du courage qu’après la bataille !
(…)
Ce qu’ils n’auront pas partagé, c’est le quotidien. Le quotidien qui ronge, qui ponce les couleurs des jours. L’habitude qui scie les branches du bonheur l’une après l’autre. Qui sait quelle usure elle aurait supportée, la Vietnamienne ?

Indochine
Les Hommes à terre

A la poursuite de l’Essence de Vie.

Je me demande parfois pourquoi toutes ces limites que mes semblables s’imposent.

La seule raison qui puisse trouver grace à mes yeux serait de respecter, éviter de heurter les autres. Mais ma compassion ne répond pas entièrement à l’interrogation …

Sans être égoïste, la vie offre parfois de belles histoires, de belles rencontres, de belles amitiés, de belles opportunités dans tous les domaines. Pourquoi ne pas se laisser emporter par son élan, pourquoi tout raisonner, pourquoi tout compartimenter, pourquoi s’enfermer derrière sa carapace de peur de perdre le contrôle, pourquoi se protéger pour éviter d’avoir mal, pourquoi vivre selon des règles imposées par d’autres ?

Il s’agit finalement d’un peu d’Esprit de Liberté.
J’en connais depuis longtemps qui exercent leur liberté, à travers le surf, le parapente, le kite,  etc, de nombreux voyages ou des aventures toujours plus nombreuses, mais le point n’est pas forcément dans l’action. Il est dans la capacité à ne pas autocensurer sa propre pensée, pour des raisons extérieures à soi-même.

Il y a parfois de vraies raisons pour se tenir à carreau : une amitié qui n’y résisterait pas, la protection de ses enfants et surement l’amour. Mais au delà des fondamentaux, aucune raison valable d’éprouver des regrets.

J’en ai pourtant quelques uns, qui me mènent à penser que la société porte trop d’importance à des futilités qui finissent par stériliser la vie.

Carpe Diem a été galvaudé.
Mais vivre, vraiment vivre, c’est d’abord ressentir !

Patrice Franceschi n°18

J’ai la chance de n’être jamais satisfait et d’avoir la conscience du temps qui passe. A 20 ans, on peut s’endormir, on a la vie devant soi. A 54 ans, chaque minute compte.

Patrice Franceschi, le corsaire de la République,
www.lejdd.fr, 01-03-2009

**************

« Patrice Franceschi, le corsaire de la république », Ecocitoyen Paris Rive Gauche,  03-03-2009

Bernard Giraudeau n°7

Je voudrais déjà être là-bas avec vous. Je suis malheureux parce que je devrais comme Omar Khayam ne désirer que ce que j’ai, le parfum de la rosée et rien d’autre, la brise et un verre de vin, la parole d’un ami. Vivre et aimer ce que l’on vit. Vivre, ce n’est pas espérer demain, c’est être maintenant. Je vous désire et je fuis, je me précipite vers le futur mais le futur n’est qu’une anticipation.

Cher Amour

Alternative

Soir tardif sur Chapel Street, je me souviens avoir mesuré ma chance de fouler cette rue de l’autre coté du monde. A son extrémité, le tram vert et jaune qui me ramènera dans les quartiers de Brighton-E. Je marche lentement pour humer la nuit, regarder les vitrines endormies. Un client sort de la boutique un sac en papier à la main. Sa nuit sera arrosée.

Les cafés ici ont une atmosphère cosy avec leurs canapés défoncés et leurs tables artistiquement dépareillées. Il faut commander le vin au cépage et non au château.
La soirée fut conviviale, détendue et mon amicale complice avait des souvenirs de Corée très éloquents. Après une certaine heure, la musique y est très forte et atténue la conversation pour laisser place au rapprochement des tables, aux rencontres et au mouvement.

J’ai fui … le bruit et l’agitation, pour retrouver mes pas sur cette avenue, au bout de laquelle trône l’Astor, mon vieux théâtre art déco.
La France traverse mes pensées. Elle ne me manque pas. Je jubile de mon étoile.

Et si je restais … on m’a proposé un contrat.

Bernard Giraudeau n°3

L’enfance a le mérite sublime de rester seulement curieuse de la vie.

Les Dames de nage, Bernard Giraudeau