Matthieu Ricard #3

L’orgueil, exacerbation narcissique du « moi », ferme la porte à tout progrès personnel, car pour apprendre il faut d’abord penser que l’on ne sait pas. L’humilité est une valeur oubliée du monde contemporain, théâtre du paraître.

Les magazines ne cessent de donner des conseils pour « s’affirmer », « s’imposer », « être belle », paraître à défaut d’être. Cette obsession de l’image favorable que l’on doit donner de soi est telle que l’on ne se pose même plus la question de l’infondé du paraître, mais seulement celle du comment bien paraître.

Pourtant, comme l’écrivait La Rochefoucauld : « Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes que d’essayer de paraître ce que nous ne sommes pas. »

Matthieu Ricard, Les vertus de l’humilité – 1

Matthieu Ricard #2

Une jeune personne m’a dit un jour : “Je ne veux pas regarder à l’intérieur de mon esprit parce que j’ai peur de ce que je pourrais y trouver.” J’en ai parlé à Sa Sainteté, qui a dit : “Mais c’est plus intéressant que d’aller au cinéma ! Il se passe tant de choses là-dedans. C’est si intéressant !”

Les gens hésitent souvent à explorer leur esprit, à explorer les mécanismes intérieurs du bonheur et de la souffrance. Ce qui est étonnant, c’est le peu de temps ou d’intérêt que nous consacrons à tenter de comprendre le fonctionnement de notre esprit, alors que nous traitons avec lui du matin au soir. C’est pourtant ce qui détermine la qualité de chaque instant de la vie.

Nous consacrons tant d’efforts et de temps aux études, à trouver un boulot, à la beauté, à la forme, que sais-je encore, et si peu de temps à prendre soin de cet “enfant gâté”, pourrait-on dire, de cet esprit qui nous cause tant de souci tout au long de la journée.

Matthieu Ricard, L’esprit est son propre médecin, édition Les Arènes p217

Un changement indispensable

Je pense qu’il faut arrêter la course au superflu.
La crise que nous vivons est « une crise du superflu ». Il faut quand même se souvenir qu’en Europe, en Amérique du Nord, 30 % des aliments et des médicaments sont jetés !
On fait beaucoup d’efforts pour des choses qui ne sont pas indispensables. Beaucoup de gens peinent au travail sans avoir le sentiment que leurs actions aient une grande utilité pour eux ou l’humanité. Il est important d’être en quête d’une simplicité volontaire, de chercher à s’épanouir sans être préoccupé par le superflu.

Matthieu Ricard, Colloque « Se changer soi, changer le monde », Sept 2012

Relation perdue …

Les médias sociaux prennent une place de plus en plus importante dans nos vies … Capsicum aime l’évolution mais s’en méfie. Pour preuve les quelques posts déjà consacrés au sujet. Matthieu Ricard, lui, s’interroge sur leurs dérives, en terme de relation humaine.

Seul, au milieu de tous, www.matthieuricard.org, 04-09-2012

Une approche inhabituelle mais juste.

Le cerveau mystique

Merci Eduquer à la Joie

Méditation

108 Sourires

Plus qu’un livre, un oeil, un état d’esprit …

par Matthieu Ricard

Altruisme, maître mot.

Deux jours à recevoir les enseignements du Dalaï Lama, une expérience pleine d’émotions.

C’est ce qui fait dire à Capsicum qu’il y a du travail … vers le calme intérieur !

Et pourtant ce qui caractérise l’identité de Capsicum, c’est bien sa Non Linéarité émotionnelle, capacité à s’enthousiasmer pour un projet ou un sourire, à s’émerveiller des couleurs d’un poisson, à recevoir les ‘coups’ avec affliction ou colère, à ressentir tout son être pour un instant, à s’insurger devant un vieux obligeant un tétraplégique à priser.

A la lueur de sa compréhension (limitée par le peu de connaissance qu’elle en a) si Capsicum ne devait retenir qu’une notion, ce serait donc que la bonté altruiste est la clef.

Saviez-vous que Matthieu Ricard est un photographe inspiré ?

Fort de cette constatation, le chemin vers la Bodhicitta, ‘cœur de l’esprit d’Éveil’ sera bien long. La quête de ‘la forme la plus élevée de l’altruisme et du courage, la source de toutes les qualités spirituelles’ passera en premier lieu par la prise de conscience qu’‘être centré sur soi-même de manière extrême est un des problèmes majeurs de notre société’.

Il n’y a pas de ‘soi autonome, unitaire, permanent et absolu ; nous sommes tous interdépendants’

reporte-elle sur SON BLOG EGOCENTRE … ! :)

Ok, ça a l’air très naïf comme ça, mais pas du tout !

Le bouddhisme, une mode occidentale ?

Sans aucun doute !
La vraie question est de savoir pourquoi.

La première visite du Dalaï Lama à Toulouse remonte à 1982 où s’était retrouvée une poignée d’environ 500 fidèles. En 1993, 2500 personnes s’étaient déplacées pour rencontrer le chef spirituel des bouddhistes tibétains. Aujourd’hui, c’est plus de 7000 sympathisants qui se sont massées devant le Zenith de Toulouse pour assister aux enseignements du Dalaï Lama.

Samedi 13 août 2011, la journée a bien failli commencer par l’enseignement de … la patience. Ouf … les organisateurs s’en sont bien tirés.

‘Sa Sainteté’ parait. L’émotion est palpable de la salle. Ayant gravi les marches menant à son ‘estrade’, il se met à sautiller pour en tester la solidité, provoquant immédiatement un rire collégial.

Le Dalaï Lama est en visite à Toulouse © REUTERS

Ce léger mais permanent balancement focalise la concentration sur le propos du Dalaï Lama, introduisant les concepts essentiels à l’analyse d’un texte de Kamalashila (VIIIe siècle) : ‘Les Étapes de la Méditation’.

Interdépendance des êtres, lois de causalité, continuum, quatre nobles vérités, jusque là tout le monde suit. Mais alors que le Dalaï Lama développe les méfaits de l’attachement exacerbé au soi menant à la souffrance, un couple offre, à ses voisins atterrés, une illustration en direct des ravages de l’égocentrisme précités. Y’a du boulot …

Demain, évitez l’allée Z de la porte 18 !

Il faut en tous les cas louer les qualités de traducteur éclairé du moine bouddhiste Matthieu Ricard qui permet de clarifier, dans la langue de Molière, notamment les notions de perception de la nature d’une chose et de vision pénétrante.

**********************

Premiers enseignements du Dalaï lama à Toulouse, midi-pyrenees.france3.fr, 13-08-2011

La Maison du Cancer

La Maison du Cancer est un site “sociétal” intéressant créé à l’initiative de deux journalistes dans le but de fournir à toute personne touchée directement ou indirectement, des réponses aux questions soulevées par cette pathologie.

logo-la-maison-du-cancer

Matthieu Ricard (moine bouddhiste), Thierry Janssen (psychothérapeute) et Jean-François Masson (homéopathe) soutiennent la démarche.

Retrouvez Bernard Giraudeau s’exprimant sur le sujet, à travers 3 vidéos de 2 à 4 min :

“Accepter la maladie sans se résigner”

“Gardez un esprit critique”

“J’ai appris à écouter”

“Être en accord avec soi-même. Allers vers ce que l’on doit être, puis être ce que l’on doit être.”

Bernard Giraudeau

A appliquer … même sans pathologie pour se sentir bien dans sa vie et peut-être ainsi éviter la maladie !

A lire aussi : La Maison du Cancer – On ira tous à l’hôpital !

et Bernard Giraudeau