Montessori – L’article que j’aurais aimé écrire …

Laetitia Hawkins nous fait part d’une fine analyse sur le récent engouement pour la pédagogie Montessori et les aspirations qu’elle représente …

Le boom de Montessori : un espoir pour l’école française ?, enfantsdelavenir.org, 31-10-2012

J’adhère à tout ce qu’elle décrit, et m’en réjouis chaque jour en voyant comment Ginkgo (7 ans) s’épanouit à l’école et en dehors, depuis 3 ans. Nous confirmons donc, par la pratique, les espoirs qui nous ont portés vers son école Montessori.

Mais soyez vigilants, tout ce qui porte le nom ‘Montessori’ n’applique pas forcément correctement la pédagogie de Maria Montessori. Intégrez là vous-même et renseignez-vous sur les établissements.

Une reproduction intégrale s’impose, tellement cet article est de bon sens :

Read more »

Pikler et Montessori de plus en plus galvaudés.

Petit Biloba (21 mois) est très à l’aise chez Nounou Pikler, depuis 5 mois.

C’est bien dommage, mais comme la plupart d’entre nous, je parle plus des choses qui fâchent que de celles qui rendent heureux. Il faudra donc que je vous en touche un mot, plus tard.

-Le seul défaut de Nounou Pikler étant de ne pas avoir de place le mercredi.-

Un matin, je débarque à la Crèche Bleue où l’on me parle de ‘pédagogie Pikler et d’esprit Montessorien’ -bah Montessori- . Évidemment, ça m’intéresse. D’autant qu’une prescription d’un jour de crèche par semaine enrichira l”Habitude Sociale’ de Petit Biloba, déjà fort convivial.

-S’il en retire autant de plaisir que son frère, à son âge, ce sera une expérience concluante.-

C’est ainsi que Petit Biloba fait une période d’adaptation éclair (3 jours) -1 mois chez la nounou-.

* Le premier jour, présente pendant une heure et quart, les compliments pleuvent sur son agilité, son estime de soi et sa sociabilité.

-Évidemment, il s’est construit dans un environnement sécurisant … pas à la crèche-

* Le deuxième jour, je reste un peu, avant de laisser le môme, bien occupé à faire du tricycle et du toboggan.

A mon retour, il a une baigne sous l’œil droit et une morsure sur le poignet gauche.
Cependant, au lieu de m’expliquer que dans un moment d’inattention de leur part, l’enfant a pris une chaise et a dévalé le toboggan avec.
Miss 2 Neurones reproche à l’enfant d’avoir des idées à la con.

-Pourquoi n’ai-je pas attiré leur attention quand j’ai vu un grand faire exactement la même chose le matin même ? De quoi l’inspirer …-

De même, au lieu de me dire qu’ils ne savent pas quel enfant a mordu l’autre en premier. Miss 2 Neurones et sa Douce Acolyte m’annoncent que Petit Biloba a mordu un enfant et que ça ne se fait pas. La conversation cheminant, j’apprends qu’après avoir fait la morale à Petit Biloba, ils ont découvert qu’il avait lui-même des marques de morsure.

- Ne jamais commencer une bagarre mais toujours la finir !-

Read more »

Maria Montessori

Le travail intense à travers lequel se forme la personnalité humaine, est l’oeuvre de l’incarnation. L’homme inerte est une énigme. La seule chose que l’on sait de lui est qu’il pourra tout, mais il n’est possible de savoir ni qui il sera, ni ce que fera le nouveau né qui se trouve devant nous.

Un corps inerte contient le mécanisme le plus complexe de tous les êtres vivants, mais cela lui est propre. L’homme n’appartient qu’à lui-même : il doit s’incarner grâce à sa propre volonté. Les musiciens, les chanteurs à la voix sublime, les artistes, les champions sportifs, les tyrans, les héros, les délinquants, les saints, tous partagent la même naissance ; tous ont porté avec eux une énigme que seul le développement de chaque individu pourra permettre de déchiffrer à travers ses activités dans le monde.

Maria Montessori, L’Enfant dans la famille

Vers une meilleure humanité

Cet entretien d’Albert Jacquard, généticien et essayiste français mort le 11 septembre dernier, répond à la question récurrente que la plupart de mes pairs posent quand j’aborde l’école Montessori que fréquente Petit Ginkgo :

Saura-t-il s’adapter ensuite au cadre compétitif
de notre enseignement et de notre société ?

Ce type d’école est pour moi l’une des plus belles contributions éclairées à un monde potentiellement meilleur, tel que le conçoit Albert Jacquard, car cette pédagogie remet la bienveillance, l’être humain et la qualité des relations au cœur des préoccupations.

Ainsi épanouir ses 8 premières années d’école dans un univers collaboratif et responsable sera toujours plus prometteur que d’essayer de se carapacer s’adapter à une situation bancale aussi normalisée soit-elle.

Engagée !

Eduquer à la joie !

11 min pour comprendre que “La joie d’apprendre est aussi indispensable à l’intelligence que la respiration au coureur.”

Maria Montessori

Quésako Le Printemps de l’éducation ?

Les solutions existent, il suffit de faire le lien.

Et si l’école développait la personnalité ?

Une nouvelle fois Ken Robinson nous gratifie d’une analyse aboutie sur l’enseignement en occident !

Le lien entre école et révolution industrielle est intéressant. Or en occident, les objectifs de la société du XIX eme siècle n’ont plus grand chose à voir avec ceux d’aujourd’hui …

Quel genre de citoyens (nos arrières petits enfants) souhaitons-nous pour la société de 2063 ?

Le Nouvel Obs en résume le contenu :

“Pourquoi l’école en Occident a tendance à asphyxier toute forme de créativité chez les individus ? (…) Pourquoi cette déperdition ? Selon Ken Robinson, elle est due à des méthodes d’apprentissage qui ont été inventées au XIXe siècle pour donner des bras (et des cerveaux) à la Révolution industrielle, mais qui ont encore cours dans les salles de classe. Cette “école calquée sur l’usine” tue les esprits les plus novateurs et ne peut être qu’obsolète, dans une ère de “matière grise” qui réclame plus que jamais de la créativité et de l’indépendance d’esprit (ce que certains établissements savent) chez les citoyens.”

Et si l’école devenait un lieu de créativité ?,
http://tempsreel.nouvelobs.com, 24-05-2013
Merci Marie-Claude

Au Phare, nous explorons une bonne piste : l’enseignement Montessori.

Maria Montessori – n°4

The essence of independence is to be able to do something for one’s self.

Dr. Maria Montessori

Quand j’apprends que la future maitresse de CP de Petit Ginkgo n’aura aucune formation Montessori !

Ça fini par une lettre aussi diplomate que bien sentie à la directrice
pour éviter qu’il soit dans la fameuse classe.

Résultat : Je suis embauchée pour faire du découpage …

Ken Robinson parie sur la créativité

Traiter la créativité comme nous le ferions pour les matières dites majeures : français, maths, etc …  car le monde dans lequel nos enfants vivront n’existe pas encore.

De nos jours, les enfants ont peur de ‘faire faux’, de se tromper. En cela, nous bridons leur créativité. Or nous n’avons aucune idée de ce que sera le monde lorsqu’ils seront ‘actifs’.

Cela me rappelle une phrase très connue de Maria Montessori :

“N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter. “

Merci Petite Fée Coquelicot

Le profil académique est apparu avec l’industrialisation. C’est donc un schéma plutôt rescent auquel tous se référent. Et l’on en revient à mes questions sur cette volonté partout sur la terre que les enfants fassent des études pour obtenir cette chance d’une vie moins difficile que leurs parents. Or à la première mais surtout à la deuxième génération beaucoup de ces enfants finissent par chercher un sens à leur vie.

Quant à la notion d’inflation académique, je la trouve absolument fascinante à l’heure où l’éducation nationale se gargarise d’un pourcentage démesuré de réussites au bac alors que le chômage est grandissant dans les couches diplômées de la population. Ainsi de nombreux métiers ont été dévalorisés alors qu’ils pouvaient rendre des gens si heureux de les pratiquer. Certains ont plus d’habilité à être plombier que comptable, garde forestier que banquier.

C’est bien connu, quand l’enfant a 4 ans, les parents disent de nos jours “Il fera le métier qui le rendra heureux” et quand il en a 16, ces même parents exultent “Passes ton bac d’abord !!”. J’ai moi-même peur que mes enfants n’aient pas la chance que j’ai eu de faire des études et de commencer dans la vie avec 30 keuros / an car il est si difficile de trouver pour quelle activité un enfant est fait. Serais-je capable de ne pas m’angoisser si Petit Ginkgo m’annonce qu’il veut être éleveur d’escargot, alors qu’il est capable d’être médecin ? Sera-t-il plus heureux avec ou sans la blouse blanche ?

Pour cela il faut réévaluer la richesse des capacités humaines. L’intelligence est variée, dynamique et distincte.

Bien que je sache depuis bien longtemps l’importante place que la confiance en soi doit prendre chez l’enfant, je m’aperçois que l’habitude ne donne pas une place suffisante à l’expression des sentiments, notamment ceux de l’enfant. Je réapprends en bouquinant Au cœur des émotions de l’enfant d’Isabelle Filliozat

qui pour le coup offre une grande porte à la créativité en respectant les émotions de l’enfant.

L’éducation traditionnelle n’est pas la panacée.
Preuve en est qu’il n’y a pas tant d’adultes bien dans leurs baskets. Alors pourquoi ne pas regarder ‘l’éducation’ sous un autre angle ?

Le putch de la lecture

Fin juin 2012, Petit Ginkgo (5 ans et 4 mois) décide d’apprendre ‘les autres lettres’ (celles qui ne sont pas bâton, les cursives quoi !) ; juste au moment où il quitte la pseudo moyenne section de maternelle pour 2 mois de doigts de pied en éventail !

N’écoutant que la théorie des périodes sensibles chères à Maria Montessori, Capsicum et Ange rattrapent donc leur retard sur la confection des lettres rugueuses entre un rendez-vous d’haptonomie et un accouchement.

Au retour du môme (5 ans et demi), après plus d’un mois et demi chez tous les grands parents, nous voilà à pied d’œuvre pour l’exploration de l’alphabet. Je me demande d’ailleurs quelle est la réelle motivation de cet enfant : ‘apprendre le sons des lettres’ ou ‘en mettre plein la vue à ses maitresses’ à la rentrée de grande section de maternelle. Peu importe, le résultat est là ! Il mémorise toutes les lettres cursives.

S’en suit donc la logique envie de lire, très rapidement frustrée car les maitresses en restent à l’écoute des sons. Il faudra qu’il arrive en larme à l’école un matin pour qu’elles décèlent enfin ce profond désir d’écrire des mots et de les lire, auquel il se voit répondre depuis des jours “ce n’est pas encore le bon moment !”.

Manifestement, fréquenter une école Montessori n’empêche pas la difficulté de dialogue et de compréhension enfant-profs-parents !! Et non, je ne suis pas une mère abusive qui pousse outrageusement ses enfants …

Une fois les chevaux lâchés, Petit Ginkgo s’en donne à cœur joie avec l’alphabet mobile. C’est à ce moment que Capsicum exhume le livre de lecture de son enfance pour offrir à Petit Ginkgo un support de lecture à son niveau.
Du coup, le gamin nourrit sa boulimie entre les billets de lecture de l’école et quelques pages de ‘Mico, mon petit ours’ à la maison. La régularité en plus, insufflée par votre dévouée Capsicum. Il faut bien battre le fer tant qu’il est chaud et du coup doser avec raison.

“Mais où sont passées les dictées muettes ??”
La directrice de l’école me toise alors, en m’affirmant que ce n’est pas conforme à la ligne Montessori Internationale. Mais où avais-je bien pu faire ma formation ?
“Comme vous … auprès de la Dame du Luberon qui fut l’élève de Mario Montessori !”
La conversation se rééquilibra instantanément.

Passons sur les commentaires inquiets de la mamie paternelle estimant que j’aborde des notions trop compliquées avec Petit Ginkgo et vous avez un enfant (enfin soutenu par ses maitresses) ramenant des dizaines de carnets de billets de lecture, fière comme un Pâpe de pouvoir lire les graphèmes complexes : an, am, ou, et, en, em, in, oi, etc

N’étant pas familière avec le cursus standard, je ne sais où se situe Petit Ginkgo par rapport à la norme française mais ce que j’ai constaté, c’est cette incroyable envie de déchiffrer.

Alors que j’étais interloquée l’année dernière de voir Petit Ginkgo ne faire que de la géographie, des expériences de physique et de la couture, me demandant si vraiment un jour, il aurait cette envie de jouer avec les lettres, le voilà porté par un élan irrépressible.

Hier à la bibliothèque municipale, l’enfant (6 ans dans quelques jours) cherchait même les premiers livres qu’il pourrait gloutonner seul. Quoique les autres en disent, ce n’est pas moi qui vais l’en dissuader …

Tout simplement magique !

Google rend hommage au Dr Montessori !

Cela fait-il référence à l’enfance des fondateurs de Google, Serguei Brin et Larry Page ?

Page d’accueil de Google, ce 31 Août 2012
(jour anniversaire de la naissance de Maria Montessori)

On devient à la mode !!

Plaisir d’apprendre … Bilan de fin d’année !

Trevor Eissler nous gratifie d’une nouvelle vidéo après sa célèbre Montessori Madness. Et même s’il exagère un peu le trait, façon propagande, le fond du propos reste absolument réaliste.

En tant que Maman Montessori d’un enfant (5 ans) fréquentant une école Montessori, il est parfois frustrant de voir sa progéniture reprendre et reprendre à l’infini un travail qu’il aime (géographie, expérience sur l’électricité ou les aimants, formes à dessin, etc) en délaissant l’apprentissage ‘standard’ (écoute des sons, lettres rugueuses, etc). Les éducatrices s’en sont-elles désintéressées ou estimaient-elles qu’il avait besoin de suivre ce processus très personnel ?

Bien sûr que l’on m’objectera la deuxième hypothèse alors qu’au fin fond, je pense que Petit Ginkgo, malgré ses très larges facilités, s’est un peu endormi cette année. (Mais shut, je ne suis pas censée ébruiter ce sentiment vis à vis de mon petit bonhomme.)
Oh … mais je suis injuste : Petit Ginkgo a aussi beaucoup développé le graphisme, sous forme de magnifiques dessins ! Lui qui avait horreur d’en faire à l’école ‘classique’ et en dehors.

Cependant, d’après les formations Montessori que j’ai suivies, au bout d’un certain temps, il est conseillé de comprendre pourquoi les enfants restent bloqués dans certaines activités et les guider vers d’autres.

Bien que je sois confiante sur le fait que Petit Ginkgo aura développé de nombreuses qualités et que l’apprentissage usuel se fera alors comme une lettre à la poste, j’attends cependant de le voir franchir cette étape de l’écriture et de la lecture, comme d’autres de son âge, l’ont fait cette année.
(Ah, le formatage qu’ont reçu les parents ne s’oublie pas comme ça !)

Sauf que Petit Ginkgo s’est mis en tête qu’il apprendrait ce gros morceau
de l’écriture/lecture pendant les vacances !!

Petit Ginkgo et la géographie

La semaine dernière, Capsicum rencontrait
les deux maitresses de Petit Ginkgo …

Pour la première fois, depuis le début de la petite carrière scolaire de Petit Ginkgo, elles ne lui ont pas dit que l’enfant tirait la classe vers le haut ! (et pour cause, il est dans une classe dont l’âge des enfants va de 3 à 6 ans.)

Malgré ses formations Montessori et ses positions alternatives sur l’éducation, Capsicum ne peut s’enlever de la tête la question incontournable du parent standard : “Comment se place mon enfant par rapport aux autres ??”

En ce moment, Petit Ginkgo ne s’intéresse pas beaucoup aux sons qui le conduiront vers l’écriture/lecture. Il n’a pas plus d’intérêt pour les nombres. Mais lorsqu’il s’installe avec un matériel de géographie, son engouement est si palpable qu’il attire autour de lui de nombreux camarades !
Il avance en géographie comme les plus grands.

C’est ainsi qu’à 5 ans, il se plait à dessiner tous les continents et à faire ce ‘grand travail’ qu’est le puzzle de l’Europe !
“Maman, tu sais, l’Italie, c’est en Europe.”

Voilà qui rappelle à Capsicum d’avoir confiance en son petit bonhomme et en son développement, sans lui mettre la pression pour apaiser ses inquiétudes de mère. Quand les autres découvriront la géographie, lui apprendra autre chose !

Parce que, vous savez quoi ? L’école Montessori, c’est cette petite étincelle dans le regard lorsqu’il sort de l’école …

Confiance !

Les bienfaits de Maria Montessori

Depuis plus d’un siècle, sa pédagogie a été largement éprouvée à travers le monde.

Et si on s’y intéressait sérieusement en France !

Pour votre Bénévolat

Gullibear est un nouveau portail conçu pour aider à trouver des associations et des projets qui vous passionnent :

Merci Anatole.

En dehors de cela, Capsicum vient de découvrir Educateur sans Frontière, une organisation sur la base de la pédagogie Montessori pour aider à des changements sociaux dans le monde.
Un projet qui se prépare pour 2013.

Au boulot !

Stay hungry, stay foolish …

Citation de Steward Brand et son équipe.

Steve Jobs, un visionnaire qui a ‘fait son temps’ probablement parce qu’il avait compris beaucoup !

La preuve :

Stanford, Juin 2005

Capsicum n’aura probablement pas autant de succès dans son domaine mais elle suis au moins son intuition et son propre chemin. C’est un début ! ;)

Après toutes ces années, elle a enfin compris qu’il y a une grande chance à faire toutes ces études mais qu’il faut se garder de tomber dans l’abyme du formatage qui tue la créativité. Elle tente sa chance.
Et dans le même état d’esprit, son espoir pour l’avenir de Petit Ginkgo, c’est l’école Montessori !

“…have the courage to follow your heart and intuition. They somehow already know what you truly want to become. Everything else is secondary…”

Quand au temps que l’on pense long pour préparer ses enfants à la vie, il a toujours été clair pour elle, qu’il pouvait être bien plus court que prévu. Aucun instant à perdre pour l’aider à trouver la vie qui est vraiment la sienne.

“If you live each day as if it was your last, some day you’ll most certainly be right.”

CQFD

Et pourtant, Steve Jobs est mort d’un cancer … encore un.

Oups … Montessori devient à la mode !

Pas sûre que ce soit forcément une bonne chose, car mal appliquée, même par des gens bien intentionnés mais non ou peu formés, cela peut faire du tort à cette pédagogie très puissante.

La Dame du Luberon me disait crouler sous les demandes de formation qu’elle ne peut honorer, les enfants des ‘bobos maternisants alternatifs’ ont l’âge d’aller à l’école, les articles du web se multiplient et la déroute de l’Education Nationale amplifie le phénomène !

Cependant, l’engouement récent vient surtout du fait qu’une élite créative du web a mis la pédagogie Montessori en lumière, en étant eux-mêmes des vitrines fort attractives.

Classe Montessori à Rome

Au lieu de penser que votre enfant montessori deviendra comme “les deux fondateurs de Google Larry Page et Sergei Brin, le créateur et boss d’Amazon, Jeff Bezos, le pionnier des jeux vidéos Will Wright, le fondateur de Wikipedia Jimmy Wales,

Faut-il une école Montessori à nos enfants ?, [unhuman]geek, 05-09-2011

gardez en mémoire que :

“c’est un bon argument qui montre qu’on obtient des résultats. Mais je ne veux pas bâtir une stratégie ou une motivation pour convaincre les gens que leur enfant va devenir le futur Bill Gates ! Chaque parent comprend en regardant son enfant qu’il est plein de talents et qu’ils ont besoin d’être développés. Je préfère les convaincre qu’il existe une méthode dans laquelle tous les talents de leur enfant peuvent être développés au maximum. Ils ne seront pas tous Bill Gates (et heureusement) mais ils auront un rôle positif dans la société et dans leurs rapports avec les autres. (…) Par la manière de favoriser le développement naturel des individus nous pouvons créer un monde qui sera plus harmonieux et qui sera capable de faire face aux problèmes inévitables qu’une société humaine va rencontrer.”

André Roberfroid, président de l’AMI

Les écoles Montessori pullulent aux USA, en Inde, en Hollande, en Italie, au Mexique, au Japon, avec de très bons résultats et ce depuis 100 ans.

Imaginer une vraie réforme de l’Education Nationale portant sur une pédagogie que l’on n’a même pas à inventer ! La pédagogie Montessori est documentée et son efficacité a été évaluée à travers le monde. Et contrairement aux idées reçues, elle ne s’arrête pas aux enseignements de la maternelle !

Cependant, pas d’illusion, ce ne sera pas de sitôt en France. A moins que cela passe par un forcing des écoles indépendantes et des parents d’élève …
En effet, la plupart des enseignants du public, que j’ai croisés, dénigrent cette pédagogie alors qu’ils ne sont ni capables de la définir, ni de la décrire.
Comment peut-on juger quelque chose que l’on ignore ?

Ainsi, bien que Capsicum ait horreur d’être à la mode (et sachant que la graine Montessori a été plantée il y a déjà 9 ans) elle est ravie, excitée, exaltée, pleine d’espoir, enchantée et grandement satisfaite que Petit Ginkgo suive enfin son enseignement dans un école Montessori !

C’est aussi pour avoir potentiellement cette chance
que nous avons déménagé !

“N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter. “

Maria Montessori

********************

Faut-il une école Montessori à nos enfants ?, [unhuman]geek, 05-09-2011
Les enfants Montessori et le logiciel libre partagent de nombreux points communs, www.framablog.org, 12-08-2011
Is Montessori The Origin Of Google & Amazon?, www.forbes.com, 08-02-2011

Bilan et perspectives sur la pédagogie Montessori avec André Roberfroid, président de l’AMI

femininbio.com présente cet entretien avec André Roberfroid par Anne Ghesquière, le 07 juin 2011

André Roberfroid préside l’Association Montessori Internationale (AMI) depuis 2004, il vient de préfacer le livre Apprends-moi à faire seul, la pédagogie Montessori expliquée aux Parents. Il nous montre qu’une autre approche éducative est possible, qui a été expérimentée depuis plus d’un siècle avec succès, et nous invite à « imaginer un monde où les jeunes atteignent l’âge adulte confiants en leurs talents, socialement intégrés, stimulés par les difficultés et débordants de créativités ! »

Vous avez travaillé à l’UNICEF toute votre carrière, comment avez-vous rencontré la pédagogie Montessori ?
Ce qui m’a permis de rencontrer la pédagogie est une valeur commune à l’UNICEF et à Montessori : le rapport au concept des droits de l’enfant. Quand j’étais à l’UNICEF on s’est beaucoup battu pour aboutir à la signature de la Convention internationale des droits de l’enfant, c’est vraiment central à mon engagement avec l’UNICEF. Et lorsque j’ai rencontré les gens de Montessori j’ai trouvé que la mise en œuvre de toute leur conception de l’éducation était effectivement basée sur le respect des droits de l’enfant. Cela correspondait bien à l’engagement que j’avais eu toute ma vie. C’était aussi pour moi une façon de corriger une forme d’échec que nous avions eu à l’UNICEF car si on a réussi beaucoup de choses sur la santé publique, nous n’avions été pas assez performants sur l’éducatif et j’ai vu là une façon de corriger cet échec relatif.

Qu’est ce que la pédagogie Montessori ?

Read more »

Souhait Exaucé !

C’est Petit Ginkgo qui a finalement retenu l’attention de la direction pour la seule place disponible dans cette Ecole Montessori, à 4 pas du Phare !

Entretien réussi …

Sortir du rang est un réel pari mais Capsicum est convaincu que la pédagogie Montessori est un outil fantastique. Espérons qu’elle soit bien appliquée et que Petit Ginkgo se plaise dans sa nouvelle école, à la rentrée.

Un peu surpris de trouver dans sa classe du matériel ‘comme à la maison’, il a fait la connaissance de sa maitresse avec plaisir. Miss Sourire semblait attentive et affectueuse avec les enfants présents.

A voir à l’usage.

Notre choix d’implantation dans ‘le quartier’ a finalement porté ses fruits.

Montessori is back …

Ne l’espérant même plus, nous nous étions accommodés de l’école maternelle publique toute proche qui avait bien voulu n’avait pas vraiment eu le choix de prendre Petit Ginkgo en cours d’année.
Elle s’est d’ailleurs révélée très agréable et appliquée.

Et puis, l’inattendu coup de fil pour une potentielle place en septembre 2011.

Peut-on croire que l’on passe un entretien pour l’entrée de son enfant en Maternelle … Sur quel critère la directrice décidera-t-elle de donner cette chance à une famille ou à une autre ?

Peu importe, l’essentiel étant Petit Ginkgo, Capsicum a auditionné l’école comme au bon vieux temps ! :) avec finesse et intérêt, en bonne mère investie mais pas envahissante.

Le pire, c’est que le jeu de l’entretien est toujours aussi amusant …

Nota : L’enfant a affirmé qu’il aimerait bien venir dans cette école.
Encore faut-il qu’il ait la place !

Les bienfaits du cadre.

Comme tous les matins depuis 2 semaines d’école, Petit Ginkgo a retrouvé son sourire !

Alors, il faut aussi le dire …

Grâce à une instruction à la maison autour de la pédagogie Montessori, le môme a largement avancé sur l’enseignement usuel, avec un plaisir non dissimulé et ce malgré 3 mois non scolarisé.

Cependant, depuis un moment, l’enfant était difficilement reconnaissable : joie de vivre évaporée et opposition quasi systématique.

Capsicum a d’abord mis ça sur le compte d’un bouleversement émotionnel tout à fait naturel suite au déménagement. Mais il a bien fallu se rendre à l’évidence. Malgré un rythme de vie adapté à ses besoins, de nombreuses activités hors de la maison et des rencontres multiples avec des gamins de son âge au Judo, à la Gym et au parc, il semblait lui manquer quelque chose.

Capsicum, maman alternative mais surement pas bornée a donc reconsidéré la situation.

Et à voir comment l’enfant garde jalousement pour lui le programme de sa matinée à l’école, il est tentant d’en déduire qu’à 4 ans, il avait besoin d’un espace de vie bien à lui hors du regard de ses parents, aussi bienveillants soient-ils.

De plus, il faut dire qu’il n’est pas simple d’être à la fois parent et professeur. Malgré des rapports plutôt sains et la volonté d’être non invasif, il s’instaure entre l’adulte et l’enfant, comme une charge émotionnelle qui a parfois tendance à parasiter la transmission du savoir.

Or, depuis que l’enfant passe ses matinées à l’école, il semble également plus disposé à recevoir les enseignements de la maison !

Et puis, n’en déplaise aux intégristes de l’IEF, Maria Montessori ne dit-elle pas dans L’Enfant et sa famille : “L’homme qui ne vit pas dans un milieu adapté, ne peut pas développer normalement toutes ses facultés, ni regarder au fond de son âme pour apprendre à se connaître. L’une des principales tâches qui s’imposent aujourd’hui à l’éducation moderne, consiste justement à développer l’instinct social de l’enfant, en stimulant chez lui la tendance à la vie sociale avec ses congénères.”

Quoiqu’il en soit Miss Biscotte de Régime est loin de détrôner
Skipper dans le cœur du gamin !

Le pompon !

Même pas la peine d’espérer une inscription dans la maternelle choisie pour Septembre 2011 …

Que les cons qui s’amusent à nous jeter des sorts cessent sur le champs ! :)

Déménagement

‘Pourquoi Montessori Aujourd’hui ?’

Voilà le thème de la conférence que donnera, Catherine Michalski (formatrice Montessori, ‘La source’, Villemus) le 8 octobre à 20h00, à Angers.

Le rendez-vous est donné à la maison de quartier St Serge St Michel
(9, rue Ernest Eugène Duboys), près de la place Ney.

Le Monde des Enfants

Vanessa du blog “Je Suis Comme Je Suis” nous fait découvrir “Le Monde des Enfants” à travers lequel se promener est un vrai plaisir et une source d’inspiration précieuse.

C’est aussi la première fois que je lis un plaidoyer “+/- fondé” contre la pédagogie Montessori !

C’est intéressant, même s’il me semble que l’auteur du commentaire n’a pas vraiment saisi le fondement Montessori tel qu’on me l’a enseigné et comme je l’ai lu dans ses livres.

Certes, il y a une certaine rigidité dans l’activité elle même, mais Montessori n’est pas une méthode mais bien une pédagogie qui met au cœur de l’enseignement l’autonomie et la découverte du monde par l’expérimentation et les sens. On peut donc se contenter des plateaux et c’est déjà beaucoup comparé à ce que proposent certaines écoles et certains parents.

Une fois les présentations faites, l’enfant s’approprie le matériel sans trop le détourner mais en laissant libre cours à son intuition. C’est ainsi qu’il associe par lui même par exemple les petits volumes. Cela devient ses propres découvertes qui resteront ancrées au plus profond.

Mais Maria Montessori a toujours encouragé les parents à partager le quotidien avec leurs enfants.

Ainsi verser de la farine dans un saladier pour faire un gâteau, plier quelques vêtements, visser un boulon sur la voiture, partir à vélo découvrir les formes différentes des feuilles des arbres, dessiner en laissant libre cours à sa créativité, soigner des animaux, écouter le Bolero de Ravel ou danser la samba dans le séjour, faire pousser les plantes, etc, font tout autant parti de la découverte sensorielle et de la compréhension du monde.

L’important dans la réflexion qui porte ces parents à choisir de ne pas mettre en place IEF, est d’avoir ce recul très conscient, de ne pas se cacher derrière des méthodes même efficaces et d’ainsi garder un certain libre arbitre et un instinct vis à vis de ce qu’ils veulent apporter à leurs enfants.

Je garde précieusement cet avertissement vis à vis de l’art …

Déconvenue …

C’était trop beau pour être vrai … une école Montessori à 450 euros/an !

Vivre au pays d’Alice à mon âge …

Que cette école ne soit pas conventionnées a bien attiré mon attention, mais même une discussion avec la Directrice n’a pas dévoilé l’erreur faite à propos des frais de scolarité !

Seul le pragmatisme d’Ange à mis en évidence que le tarif de l’école s’élevait à 450 euros/an + 440 euros/MOIS sur 10 mois.

Ça change tout !
Capsicum s’est gravement emballée sur ce coup là.

Adieu … Ecole Montessori Bilingue, snifffff.