Théorie des regards fuyants

Un jour comme les autres à Gargouille Land.

* De justesse, j’évite la collision.
Décidément les caddies manquent de frein. Très fière de ma maitrise du pilotage en grande surface, catégorie caddie débordant poids lourd, je lève la tête avec un sourire béa. Le caddie d’en face n’a pas moufté continuant sur sa lancée sans m’offrir un sourire de reconnaissance, ni même un regard. Un coup d’œil dans ma direction risquerait surement de les transformer en … trolls puant.

* Wahou, la commande d’ouverture du garage fonctionne depuis le dernier feu.
Quelle synchronisation. L’ouverture surprend les piétons qui cherchent le véhicule motivant ce tapage. Une fois le danger potentiel identifié, ils s’emploient à rester stoïques, évitant consciencieusement de tourner la tête. Certains ont cependant les yeux qui rognent sur les cotés. Croiser le regard du conducteur, qui les laisse passer, les changerait surement en … bouse de yack.

* Le confort de bras chargés de provisions est un ascenseur allant du sous-sol aux étages (ce n’était pas le cas au Pays plat). Il s’arrête au rez-de-chaussée pour laisser entrer M. Gargamel. Il exprime toujours un ‘bonjour’ à mi-voix (c’est déjà ça) en prenant bien soin de s’installer 3/4 dos devant moi. Il évite ainsi tout échange visuel face au miroir. M. Gargamel sort au 2eme étage, les yeux dans ses godasses, soulagé de ne pas avoir été changé en … crotte de nez d’orang-outan.

Où sont passées convivialité, civilité ou bienveillance ?

Ce comportement d’évitement m’interloque de plus en plus, que ce soit dans le metro, chez le boulanger, au volant, dans une file d’attente, etc. Je ne comprends pas cette tendance qui s’apparente au mépris sur fond de défaut d’éducation, voire de timidité.

Un petit regard, un sourire, un signe de tête pour une société vivant en bonne intelligence, ce n’est pas tant demander !

A moins que ce ne soit ma tête qui ne leur revient pas …

Chronique de la Circulation
Les Chroniques de l’Ascenseur

Daddy Cool

Depuis que Titine partage son garage avec une moto, je pense à mon p’tit papa chaque fois que je vais faire une tour.

En effet, sans lui et son art de garer une bagnole avec un chausse-pied, je me demande combien de temps je mettrais aujourd’hui à ranger Titine dans cette boite à chaussures encombrée.

Des fois, je me demande si je suis une nana.

Chronique de la Circulation

Transfert de VEI dans le SIV

Après une collision non responsable en 2006, une procédure VEI, un gel de carte grise une opposition au transfert de certificat d’immatriculation, des réparations simples financées par l’assurance, 6 ans de circulation sans incident, 4 contrôles techniques favorables et un changement d’adresse non signalé, histoire ne ne pas attirer l’attention sur un véhicule qui pourrait être soumis à un décret de 2009 (exigeant le retrait de la circulation des véhicules désignés comme endommagés s’ils ne font pas l’objet d’une expertise finale aux frais du propriétaire), Titine est prise en flagrant délit d’excès de vitesse le jour de mon anniversaire.

Et non, ce n’est pas moi ;)

Le procès verbal, étant sous forme de pli simple, le service de transfert définitif de courrier aurait du nous le faire suivre à notre nouvelle adresse.

Tout aurait continué calmement de la façon précédente sans ce hic …

Suit donc un rappel en recommandé qui ne touche évidemment pas les destinataires puisque La Poste est dans l’obligation de les retourner à l’expéditeur avec la mention “Pli non distribuable”. Un mois plus tard, le Ministère Public envoie un nouveau courrier à nos noms mais à l’adresse de mes parents : amende forfaitaire de 68 euros avec majoration de 112 euros, dûe à l’absence de paiement.

Oups, mais nous n’étions même pas au courant … N’empêche, ils sont diablement rapides et efficaces !

Le changement d’adresse devant être effectué sous 1 mois suivant le déménagement, nous aurons bientôt une autre amende, en plus de celle majorée totalisant 180 euros …

Ne souhaitant pas que notre véhicule soit injustement mis au rancard pour des questions administratives expliquées en détail ICI et ne trouvant aucune explication précise du terme “transfert de CI”, Capsicum a donc fait un pari osé. Elle a manifestement perdu ! C’est l’jeu ma pauve Lucette. ;)

Sauf que la dernière lettre était assortie d’un formulaire de demande d’annulation de la majoration si le changement d’adresse est mis en conformité et l’amende initiale payée dans les nouveaux délais.

Je ne m’attendais pas à une telle clémence :-o  puisque nous étions administrativement en tort sur toute la ligne !

Place donc au fameux changement d’adresse, qui en nous faisant passer dans le nouveau système d’immatriculation, risque d’envoyer à la casse notre parfaite Titine. Une nouvelle plongée dans les textes (ayant grandement évolué depuis 2006 mais aussi depuis 2010) fait renaître l’espoir grâce à une note interne du Ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales présentant les codes de conversion des oppositions FNI dans le SIV.

J’ai enfin la preuve que la manip est possible sans qu’on vienne nous chercher des noises.

Ce que me confirme le Certificat Provisoire d’Immatriculation que j’ai actuellement en main, après 2h de poireautage à la préfecture !

Monsieur D. avait donc raison dans son commentaire. :)

Y’a plus qu’à poser les plaques et payer l’amende !

********************
Lire tous les billets concernant : Titine et son affaire de VEI

Le pied de nez de Titine

Notre bonne vieille Titine vient de renouveler son droit à la circulation pour les 2 années à venir.

Pas mal pour une voiture condamnée à la casse 6 ans plus tôt voire sous le coup d’une tentative de subtilisation !

Ça motive à se plonger dans les hermétiques textes de loi
quand il y a un problème.

********************
Lire tous les billets concernant : Titine et son affaire de VEI

Pas pratique de conduire, en regardant ses pieds …

Capsicum se demande toujours pourquoi l’automobiliste qui tente désespérément de s’insérer dans une autre file, alors que la circulation est particulièrement dense, ne regarde pas l’automobiliste devant qui il veut s’intégrer. Il force, il force avec agressivité face au mépris de ses congénères.

Militons pour ‘the eye contact’ !

Tout simplement parce que ça marche …
Alors que le gars, devant qui vous voulez vous insérer, fait mine de ne pas vous voir, il y a toujours un moment où irrésistiblement il tourne la tête pour jeter un coup d’œil furtif. C’est à cet instant qu’il faut accrocher votre plus beau sourire et lui faire un signe très clair à propos de vos intentions. Là, il est bien rare qu’il ne vous rende pas votre sourire. Et s’il y a sourire, il y a acceptation.

Vive la cordialité automobile …

Chronique de la Circulation

Désobéir pour grandir

L’enfant, qui a pris de l’avance avec sa trottinette, est là, seul devant le passage-piétons. Il se balance dans un dilemme insoutenable entre autonomie et désobéissance …

C’est maintenant ou jamais : le petit bonhomme est vert, pas de voiture à l’horizon mais Maman est encore loin derrière. Elle lui a interdit de traverser sans elle.

Un peu inquiète, de loin, Capsicum se surprend à souhaiter que Petit Ginkgo (5 ans) transgresse la règle.

Encore un coup d’œil aux voitures et voilà le gamin qui s’élance !

Nous travaillons sur la traversée des routes depuis près d’une année et c’est la première fois qu’il prend un telle initiative.

Arrivant au Phare, Capsicum lui fera remarquer qu’il a enfreint la règle (juste pour le principe) mais elle n’ira pas au delà, bien trop fière que le môme commence à faire confiance à son propre jugement.

Au sens de Capsicum, c’est là le boulot des parents …

Veiller à la stricte sécurité tout en laissant l’enfant prendre son autonomie.

Le comble de la Police

Que pensez-vous des flics de la Municipale qui alignent les voitures en stationnement alors qu’ils sont eux-mêmes garés au milieu des voies de circulation …

… sur un zébra  ?

Chronique de la Circulation

Chronique de l’irresponsabilité ordinaire

‘Fais attention à la route’ lance le père à son fils d’environ 7 ans, sans même jeter un œil à la circulation, alors que le gamin s’élance pour traverser hors du passage protégé. Une voiture arrive au même instant.

L’enfant aura de la chance mais pas celle d’avoir un père intelligent.

Chronique de la Circulation

La malédiction de l’autoroute … qu’une illusion ?

Dans un article de LeMonde.fr L’autre file avance-t-elle vraiment plus vite ?, Pierre Barthélémy reprend une étude de Donald Redelmeier (université de Toronto) et Robert Tibshirani (université Stanford, en Californie) datant de 2000 affirmant que les files d’automobiles dans les bouchons vont à la même vitesse. L’impression que l’autre file va plus vite serait due à une dissymétrie de l’impression de dépassement.

Are those other drivers really going faster?, Chance, Summer 2000

Les deux chercheurs ont-ils pris en compte que la file de droite absorbait et libérait les voitures entrant et sortant de l’autoroute ?

Étant donné le comportement de l’automobiliste qui change de file, les files vont-elles vraiment toujours à la même vitesse ?

C’est dur de modèliser un système complexe
… du coup, le doute subsiste !

Que de la gueule !

La circulation sur les routes est représentative des comportements de l’individu dans la société, avec ses aberrations mais aussi ses intelligences.

Alors, force est de constater que le français est devenu un mollusque grégaire.
En effet, il semble que l’automobiliste du XXI eme siècle ne sache plus doubler que sur autoroute (et encore quand il ne se scotche pas sur la file du milieu alors qu’il n’y a pas de véhicule sur la file de droite – mais ceci est un autre travers à aborder en temps et en heure).

Faites l’expérience sur les routes nationales et départementales de notre beau pays, en automne par exemple. Si l’un de nos semblables décide de rouler à 80 voire 70 km/h, bon nombre d’automobilistes vont se planter derrière lui, en pestant peut-être, mais sans initiative de le doubler. Un agrégat de voitures se forme alors derrière l’emmerdeur, rendant encore plus difficile le dépassement pour les véhicules suivants.

Ce panneau a un sens : Fin interdiction de dépassement …

Pour Capsicum, ce comportement routier reflète l’autocensure que chacun se pose au quotidien dans une société où suivre la masse est une valeur sûre. Le prochain espace aménagé de dépassement aura beau être dans 10 km, ce petit monde se contentera de critiquer et d’engueuler le ‘connard de devant‘ mais n’aura pas les couilles de regarder en face, de mettre son cligno’ et de jeter un oeil dans son rétro et sur sa gauche pour déboîter, tout en respectant les lignes blanches et les limitations de vitesse …

Ce sont les mêmes qui prennent leur voiture et se plantent tous les jours dans les bouchons alors qu’ils auraient la possibilité de prendre un vélo et de dépasser tous les culs de plombs. Ah, le confort et sa douceur soporifique !

La sécurité raisonnée est une perle mais la sécurité à outrance est un poison qui pervertit l’action et donc l’accomplissement de la personne.

Pour un avenir meilleur, apprenons à nos enfants à prendre des risques calculés, bien mesurés et cessons de brimer leurs initiatives … parce que pour la génération précédente, c’est foutu !

Chronique de la Circulation

Nota : Espérons que Capsicum ne s’en morde pas les doigts dans quelques années !

Non à l’excès de répression sur la route.

Ce 18 juin, les conducteurs responsables se regroupent pour manifester contre la répression abusive sur la route.

Lieux et horaires de vos villes sur le site de la Ligue de Défense des Conducteurs.

Oui il faut lutter contre les comportements dangereux . Mais il faut aussi garder des chiffres en tête :

-Nombre de morts par suicides : 11 000
-Nombre de morts par maladies nosocomiales (contractées à l’hopital ) 11 000
-Nombre de morts par accidents domestiques , à la maison : 20 000
-Nombre de morts sur les routes : moins de 4000

Sécurité routière : excès de répression ?
par la Fédération Professionnelle Indépendante de la Police, 12-05-2011

Chronique de la Circulation

Virilité automobile

Quel couillon peut-il être fière de faire crisser ses pneus au démarrage, juste pour que vous vous retourniez ?

… même si le sourire est charmant.

4374 km … à 183km de la case départ !

… et le Wagon n’a pas bronché.
Enfin pas par sa faute !

Malgré tout, le ralenti ne tourne pas rond.

Il est donc entré en clinique bienveillante aujourd’hui et le diagnostic est tombé : Bien que l’électronique n’ait rien détecté, il semble qu’un injecteur soit particulièrement feignant.

Et dire que je ne connais pas, aux alentours du Phare, un bon garagiste en qui avoir confiance pour une telle intervention ! Voilà les joies conséquentes à un déménagement.

Je me demande bien pourquoi, on achète des voitures si perfectionnées dont le simple branchement de la valise diagnostique vous coute 50 euros et dont les pièces ne peuvent plus être changées que par bloc, histoire de faire vivre l’industrie auto au dépend du consommateur.

Ah oui, je me souviens … Parce que les hautes instances veulent mettre à la casse les voitures simples, efficaces et peu couteuses d’entretien :
* en éditant des procédures de VEI qui interdisent aujourd’hui à la circulation sans payer des experts,
* en obligeant tout véhicule changeant une virgule de sa carte grise à passer dans le nouveau système d’immatriculation (décelant ainsi les vieux VEI qui eux avaient le droit de circuler) ,
* et bientôt en leur interdisant de rouler dans certaines villes.

Au passage, ça fera bosser le système des prêts bancaires qui génère de l’argent tout nouveau tout beau mais complètement fictif et tant pis pour les moins fortunés qui n’ont vraiment pas les moyens de s’acheter une nouvelle voiture !

Et bien, vue ce que va me couter le Wagon, j’ai bien envie de continuer à faire de la résistance pour garder ma vieille Titine …

… jusqu’à ce qu’elle rende l’âme !

Société de Consommation

Lire tous les billets concernant : Titine et son affaire de VEI

Rebondissement du VEI …

… Ou quelle procédure mettre en place
pour faire prospérer le marché automobile français ?

Alors enceinte de Petit Ginkgo, un Traffic me coupe la route et endommage Titine. Capsicum est lavée de toute responsabilité, mais Titine est cependant reluquée par un expert qui finalement déclarera cette Clio de 1993 comme étant Véhicule Economiquement Irréparable (VEI).

Il découvre aussi un longeron légèrement dévié, probablement du à un accident antérieur à l’acquisition du véhicule par Mummy & Daddy.

Pensant avoir affaire à une potiche, ledit Expert prend la peine de m’appeler un soir très tardivement pour m’annoncer sa décision et m’encourager à suivre l’alternative qu’il me propose : céder le véhicule accidenté au garagiste chez qui il a fait l’expertise.

Aparté : Sale enfoiré !

Voyant bien la non docilité de sa correspondante, il menace dans le cas contraire de déclarer VEI et ainsi de faire ‘geler la carte grise’. D’après lui, cela empêchera Titine de rouler sur la voie publique si l’on ne suit pas la procédure couteuse de levée de ‘gel de carte grise’ : passage d’expert avant, pendant et après les réparations avec pièces d’origine, le tout aux frais de l’assuré :) .

Aparté : Remarquez comment sous couvert de sécuriser le parc automobile français, en toute légalité, on met dans la merde un usager, non responsable, recevant une misère de son Assurance, bien insuffisante pour se racheter un autre véhicule, même ancien.

C’était sans compter sur le caractère avisé de mes parents qui m’ont fait apprendre à lire !
Je me plonge donc dans les textes aussi soporifiques qu’obscures du code de la route et des procédures des assurances.

La Circulaire no 2003-55 du 4 septembre 2003 relative aux véhicules économiquement irréparables de la Direction de la sécurité et de la circulation routières est d’ailleurs une mine d’infos utiles en ce qui concerne les procédures et un texte fort intéressant quand à la manière d’effrayer un propriétaire s’il décide de conserver son véhicule.

Cependant, il apparait alors qu’un ‘gel de carte grise’ est, en fait, une opposition au transfert de certificat d’immatriculation, mais en aucun cas une raison suffisante pour retirer le véhicule de la circulation, si celui-ci n’est pas un danger pour les usagers de la route.

L’article L311-1 du Code de la Route impose simplement : « les véhicules doivent être construits, commercialisés, exploités, utilisés, entretenus et, le cas échéant, réparés de façon à assurer la sécurité de tous les usagers de la route ». Il ne fait pas mention d’obligation d’expertise dans le cas d’une réparation.

Si le véhicule est réparé afin qu’il ne présente aucun danger pour les usagers de la route, il n’y a aucune raison de l’empêcher de rouler, il ne peut simplement plus être vendu ou donné avec changement de nom sur la carte grise.

(Attention : il semble que ce ne soit plus le cas si le véhicule a été déclaré VEI après le 10-04-2009, Article L327-5 du Code de la Route)

Sur l’entrefait le correspondant de l’assurance de l’époque nous apprend que nous avons une close de réparation dans notre assurance qui couvre le montant des devis que nous avons fait réaliser.

Aparté : Et dire que l’assureur est parti en retraite depuis … :(

N’ayant aucune envie de mettre à la casse un véhicule certes ancien, mais facile et économique à entretenir, ainsi qu’incroyablement robuste, nous décidons de garder Titine jusqu’à ce qu’elle rende l’âme.

Nous faisons donc effectuer les réparations de carrosserie nécessaires, nous asseyant sur le ‘gel de carte grise’ puisque nous userons le véhicule jusqu’au bout.

Titine roule donc depuis 4 ans et demi en toute conformité avec passage de 2 contrôles techniques sans aucun souci !

Mais …

Depuis le 15 octobre 2009, un nouveau Système d’immatriculation est mis en place en France, générant de nouvelles immatriculations ainsi donc que de nouveaux Certificats d’Immatriculation pour tout véhicule neuf, ainsi que tout véhicule pour lequel il y a modification de la carte grise, comme … un changement d’adresse !

Or la loi impose au propriétaire d’un véhicule de déclarer, dans un délai d’un mois, son changement de domicile, sous peine d’encourir une contravention de 4ème classe.

Donc …

Si Titine ne veut pas rouler hors la loi pour adresse obsolète, elle doit se mettre en conformité avec la préfecture qui va lui refuser l’immatriculation, en espérant qu’elle ne lui supprime pas l’habilité à circuler, sous le coup du décret de 2009 !

La seule alternative est de suivre une procédure couteuse avec intervention d’expert X3 pour des travaux déjà effectués !

C’est Kafkaïen !

Et l’assurance dans tout ça ? Cela a-t-il une influence pour elle ?
Alors qu’elle accepte notre cotisation, jouera-t-elle les abonnés absents pour ces raisons si Titine avait un accident touchant un tiers ?

On a définitivement moins d’emmerdement
quand on n’a pas de biens matériels …

Société de Consommation

Lire tous les billets concernant : Titine et son affaire de VEI

Episode Neigeux …

Capsicum aime beaucoup quand la nature rappelle à l’Homme que ce n’est pas celui qu’on croit qui a toute puissance sur l’autre !

Il est compréhensible et d’ailleurs hautement recommandé de réduire sa vitesse sur glace ou neige. Mais ce qui dépasse Capsicum, c’est cet excès de prudence constaté à tous les coins de rue.

Est-ce normal de rouler à 30km/h sur une route complètement dégagée, sans risque de verglas ?

Chronique de la Circulation

La Siouxante de l’heure de pointe !

Il faut bien l’avouer, Capsicum n’est pas franchement connue pour sa ponctualité …

Par respect, elle s’arrange pour arriver à l’heure aux rendez-vous pro, médicaux et amicaux puisque cela implique quelqu’un d’autre. Mais personne n’imagine combien l’effort fourni est consommateur d’énergie pour Capsicum.

Par contre, combien de trains pris en marche, combien de départs en vacances à quelques heures près, combien de films sans bandes annonces, combien de soirées à la volée …

Mais quand il faut récupérer un loupiot à l’école … pas le choix que d’être là à temps !

Sortie d’école – Cathy Giroud

Les parkings étant pratiquement inexistants, il faut se pointer 15 à 20 min à l’avance pour être sûr de pouvoir se garer sans emmerder son prochain. Après maintes tentatives, toujours à l’heure, Capsicum rencontre toutes les peines du monde …

Alors en toute impunité, Capsicum y préfère l’option ’2 min après la sonnerie’

… ainsi, les Parfaits Parents Toujours en Avance, ont tout juste le temps de laisser leur stationnement à Capsicum dès qu’elle arrive à l’école.

Capsicum est alors devant la classe avant même que Skipper (la maitresse) ne regarde sa montre  !

Si tout pouvait se faire à vélo !

NB : Siouxante = Ruse de Sioux …

Chronique de la Circulation

Tendre l’autre joue, qu’i'disait …

Tout citadin sait combien les places de parking sont rares et donc précieuses … alors choisir de se garer en vrac sur 3 places, en pleine heure de pointe, relève d’un prétentieux mépris délibéré pour ses concitoyens et surtout pour ceux qui habitent juste là.

C’est ainsi que Capsicum sent monter la puissante envie de faire 1m80 et d’éclater le pare-brise des je-m’en-foutistes à la batte de base-ball.

Mais il ne reste que les mots avec un sourire déterminé …

Oups … quand le respect titille !

Chronique de la Circulation

Viro ‘Deuxième’

Cette escapade moto a beau se dérouler toujours à la même date, il n’en demeure pas moins que, d’une année sur l’autre, le WE est loin d’avoir la même couleur !

Après un début prometteur, une panne change le cours de la journée. Capsicum devient ‘sans selle fixe’, passant de ST2 à K1300r, pour finir en Triumph sur les 50 dernières bornes séparant le Petit Bornand de Megève. Délicatesse, tout en puissance, pour une arsouille avec un trail Cagiva.

Retrouver les marins d’eau Corse provoque un sourire radieux. Et puis, quel délice que de découvrir le caractère des uns et des autres par leur façon de conter leurs histoires de motard. Rien de tel qu’un Bizarium quand il est approvisionné en rhum.

Un souffle chaud/froid et c’est sur une Triumph Sprint st, que Capsicum est emportée autour du Mont Blanc, le lendemain. Comme un sentiment de déjà-vu …
Par la lumière radieuse, la France aura volé le flamboyant des couleurs automnales à la Suisse et à l’Italie.

Il n’y a plus qu’à entrer en phase pour juste profiter de l’ivresse des accélérations, des virages du Grand Saint Bernard et de l’attention du pilote. Être devant, ne plus penser à rien d’autre et savourer l’instant présent.

Le Mont-Blanc

Il restera donc ‘un rien’ depuis Courmayeur et une éternité d’autoroute en Ducati, sur ces deux jours … ;)

Capsicum garde de cette escapade, la douceur de se laisser emporter par les évènements sans préméditation, sans projection, sans bonne résolution. Et quand les quelques courbatures s’évanouissent, encore difficile de se défaire de ce papillon juste … là !

De beaux paysages plein la tête,
le seul regret étant d’avoir si peu profité de l’italienne !

Tks :)

ViroChronique de la Circulation

Les imbéciles se couchent avant 22h !

Seule constatation évidente quand, après cette heure, les automobilistes les plus lents cessent enfin de rouler sur les files du milieu et de gauche, alors que celle de droite est vide …

… S’étonner que cela bouchonne !

Chroniques de la Circulation

Bastonner son prochain …

En 4 min 30 de conduite, parlons :

* des voitures qui s’engagent sur le rond point, sans même regarder à gauche qu’une autre, prioritaire, arrive.
* de celle qui roule à gauche pendant 20m parce qu’elle a décidé de se garer de ce coté là et peu importe s’il y a de la circulation.
* de celles qui inévitablement sont bloquées au feu mais ne s’arrêterons pas 3 m avant, pour laisser s’insérer une voiture sortant de stationnement
* des piétons nonchalants incapables d’un signe de tête à tout âge, pour remercier la voiture qui s’arrête pour le laisser passer.
* de celle arrêtée sur la voie de circulation (alors qu’il y a un parking à 10m de là) car le passager va acheter du pain

Oups … ah oui … je vous en avais déjà parlé de ce Monsieur Connard !
La saison est ouverte …

Chronique de la Circulation

Baptême de Viro

Les lumières convergent sur son casque et le bruit du moteur s’amplifie sous le tunnel. Je m’accroche plus ou moins maladroitement, mais suis ravie.
S’annonce un we hors de mon commun, même si le pilote souffle la glace …

Ça m’apprendra à m’inviter !

Le plaisir de revoir ces marins d’eau Corse et de mettre une gueule sur des pseudos mainte fois entendus est au rendez-vous.

Après avoir été bercés par les ronronnements d’un motard suisse, c’est en traversant la brume que nous commençons la journée.
Comme une résonance sous ma botte qui remonte à mon oreille. Calés genoux, mollets, pieds, un peu plus confiante, je finis par prendre mes distances pour lui laisser un peu d’air. J’apprécie l’angle dans les virages et la montée en puissance dans les lignes droites. Protégée à l’arrière, un peu de vent relatif frôle le cuir. Le jeu est de fermer les yeux et de suivre le vacillement de la moto.
Et après, on dira que le Capsicum fait difficilement confiance … !

Peut pas mieux faire sur ce coup là.

Nous traversons le massif de la Chartreuse, mais c’est en voyant la dent de Crolles que je réalise que nous sommes sur le plateau des Petites Roches.
Immanquables, les parapentes constellent le ciel et prennent des ascendances alors que nous avalons une reblochonnade à Saint Hilaire.
J’envie un peu les wings over pleins d’amplitude de cette Géo II, mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui ! (Une pensée pour P. Nodet tout de même).

Après la vallée de la Maurienne, j’abandonne le Cap’tain qui peut enfin se faire plaisir seul.
En changeant de pilote et de moto, le style passe du gentleman tout en finesse à l’épicurien intense. Le cadencement est prononcé et rythmé. La montée du col du Galibier est sportive, incisive, les accélérations et les courbes font monter un peu d’adrénaline. Morfeus reste attentionné et j’apprécie l’instant au milieu de ce magnifique paysage lunaire. Même si approchant les 2600m, le moteur manque un peu d’oxygène, j’ai le sourire jusqu’aux oreilles.
La passagère n’anticipe encore pas tout à fait les fins d’accélérations, mais elle est surement plus souple et l’accroche plus efficace.

Au réveil, la lumière sur le pic de La Meije est un délice pour les yeux.
L’ascension du col du Glandon se révèle être un vrai plaisir tout en oscillation. Les hanches suivent la cadence. Ce matin, la passagère n’a pas l’air de gêner le motard qui semble plus puissant, plus mordant, pour monter à 1900m. Mais allez savoir …
Un peu plus tard, sur une transition, les paupières sont si lourdes que je pourrais presque dormir si la tête se posait. Mais non.

Après une petite virée sur les hauteurs du lac du Bourget et un verre d’au revoir, retour par autoroute, au coucher du soleil, avec tous les commuters.
Le rythme est plus linéaire. La ST2 se faufile … La récréation avec les motards est bientôt finie.

Capsicum aura quand même droit à un peu plus de 3 mots pour conclure.
Probablement l’effet “Sirène du Cap’tain”
qui sort le motard de sa réserve.

Tks ;)

ViroChronique de la Circulation

Aimer son prochain, qu’i'disait …

Vous le connaissez cet automobiliste … mais si …

Celui qui s’entasse derrière les autres au feu rouge, vous empêchant de sortir de votre place de stationnement.
C’est lui aussi qui s’engage sur le rond point déjà bondé et qui vous empêche de couper pour prendre la direction opposée.
D’ailleurs, ça c’est vraiment son grand classique. Il l’applique dans les carrefours aussi, s’avançant en plein milieu alors qu’il sait pertinemment qu’il va engorger le croisement en obstruant la voie perpendiculaire.

Mais après tout, c’est vrai, l’essentiel, c’est que lui puisse passer à tout prix …

Appelons le Monsieur Connard !
Vous le reconnaissez maintenant ?

Chronique de la Circulation

Les Doranchiants ou Dort-en-chiants

Mon père les appelait comme ça !
Ces indolents qui roulent à 35km/h pour se rendre au boulot, ceux qui lambinent au rond point et laissent passer nombre d’opportunités, ceux qui n’osent pas doubler un tracteur, ceux qui mettent des plombes à démarrer au feu vert, ceux qui mettent en retard le Capsicum …

… Alors que, pour une fois,elle était en ‘avance !

Chronique de la Circulation

Absurdité du monde moderne

Les travaux pullulent sur mon trajet.
Mais ce que je ne comprends pas, c’est le manque d’adaptabilité de l’aménagement urbain face à un problème concret, mis en évidence sur le terrain.

Hier midi, en arrivant au boulot, un camion me précéde pour tourner à droite. Le semi-remorque est obligé de rouler sur des bordures non encore fixées, placées sur la ligne médiane de la route de droite. Deux des bordures cèdent sous le poids du camion.
J’imagine qu’une probable réflexion sera donc tenue sur la conception “très éclairée” de ce carrefour …

Ce matin reprenant le même itinéraire, je constate que les bordures abimées ont été changées, mais l’ilot central en question (non encore finalisé) n’a pas été reculé pour tenir compte du rayon de braquage d’un camion, mis en évidence la veille …

Bonne nouvelle :
Cette rue fait parti d’une zone industrielle qui draine
au moins une bonne dizaine de camions par jour !!

Chronique de la Circulation

Chassez le naturel, il revient au galop …

Ciné, sushis, catamaran, magie de bougies et voiture puissante traversant la nuit à 145 km/h.

L’Occident a ses petits plaisirs, coupables ou non …

Chronique de la Circulation