Après le temps – Diffusions TV

Les deux opus de la série Après le temps de Patrice Franceschi sont diffusés en ce moment sur France 5

Chronique du clan des Sakuddei : “Raïba et ses frères”

France 5 :
- Vendredi 6 juin 2014 à 16:35 (pour celui-là c’est foutu !)
- Samedi 14 juin 2014 à 15:10
- Lundi 23 juin 2014 à 23:35

Pour mémoire : La Boudeuse 1999 – A bord de la Jonque – Les 33 Sakuddeï

Chronique du peuple Saa : “Trente saisons à Pentecôte”

France 5 :
- Vendredi 13 juin 2014 à 16:35
- Samedi 21 juin 2014 à 15:10
- Jeudi 19 juillet 2014 à 00:35

Un retour vers “Les peuples de l’eau”

… même sans La Boudeuse !

***********
Tantatuga Productions : 7 extraits sur Dailymotion
Replay pour encore 7h : Raïba et ses frères

Ecrans de l’Aventure 2013

Patrice Franceschi & Co ouvrent le festival du film d’aventure avec ‘Raïba et ses frères’, chronique des Sakuddei, tribu primitive de l’île de Sibérut, Archipel des Mentawai en Indonésie que l’aventurier avait rencontré pour la première fois, lors d’une expédition à bord de la jonque La Boudeuse, il y a 15 ans.

Rendez-vous du 10 au 13 octobre 2013 aux cinéma Olympia et Darcy à Dijon.


Par ici le programme.

La Boudeuse 2013 – Quartiers d’été

La Boudeuse a quitté Fécamp dans la nuit du 10 au 11 mai pour Saint Malo où le navire va profiter de 3 mois environ de collaboration avec la société Etoile Marine Croisière, de Bob Escoffier.

La Boudeuse. Crédit Olivier Gradeau

La page Facebook de Mission Terre-Océan précisait mercredi 12 juin 2013 :
“La Boudeuse” a quitté Fécamp dans la nuit d’avant-hier pour gagner Saint-Malo, qui lui servira de port d’accueil tout l’été, Fécamp restant le port d’attache. Au cours de cette période, le navire participera aux fêtes maritimes de divers villes, ce qu’il n’avait jamais pu faire jusqu’alors du fait de ses missions lointaines! Pendant ce temps, l’équipe va poursuivre son travail pour que les futures missions du navire puissent aboutir, si possible avant la fin de l’année…

Paris-Normandie ajoute :
“une nouvelle activité saisonnière de trois mois environ avec la société Etoile Marine. De quoi, espère le capitaine, Patrice Franceschi, aider au remboursement d’une dette de 40 000 € vis-à vis de la Ville de Fécamp. Saut si la Nouvelle Odyssée retrouvait la route du large à l’automne prochain, avec d’autres formes de financement.”

Si La Boudeuse a été en stand-by depuis de nombreux mois, ce n’est pas le cas du capitaine Patrice Franceschi.

* Le Directeur de la nouvelle collection ‘POINTS – Aventure’ aux éditions du Seuil est retourné rencontrer les Sakuddei, en janvier/février 2013. Une tribu primitive de l’île de Sibérut, Archipel des Mentawai en Indonésie que l’aventurier avait rencontré lors d’une expédition à bord de la jonque La Boudeuse, il y a 15 ans. Tantatuga Productions nous concocte d’ailleurs un film “Raïba et ses frères, chronique du clan des Sakuddei ” à ce propos sur les images du chef opérateur Valérie Labadie, produit par France 5.

Valérie Labadie en pays Sakuddei – jan/fev 2013

* Il s’est aussi fait reporter en Irak/Syrie, approchant courant mai 2013 les combattantes kurdes ‘Yapajan’, en compagnie de la journaliste-photographe-réalisatrice Valérie Labadie.

A paraître le 21 juin dans le FIGARO Magazine : “Syrie – Voyage au Kurdistan libéré”.

Valérie Labadie avec les combattantes kurdes ‘Yapajan’ – Syrie, mai 2013

Une rencontre probable sur l’émission Fugues (France 3 Bourgogne), présentée par Valérie Labadie où elle reçoit en 2007 Patrice Franceschi pour illustrer le thème Explorateur du 21ème siècle, alors que La Boudeuse revient de 3 années auprès Des Peuples de l’Eau. Dommage que la video ne soit plus en ligne car l’émission était de qualité.

Leur collaboration fonctionne donc depuis au moins 6 ans, avec le doc ‘Epris d’aventure’, un témoignage sur l’équipage du trois-mâts d’exploration La Boudeuse. Sont venus ensuite les films de 52 min ‘Au vent de la Guyane’ et ‘L’or de Ouanary’ et la version longue ‘Oyapock’ relatant la dernière campagne de La Boudeuse, sortis il y a 2 ans.

Dans un autre registre, vous pouvez retrouver l’intervention de Patrice Franceschi lors de sa participation à l’émission “Le Carnet d’Or” du 8 juin 2013, d’Augustin Trapenard, sur France Culture.


Une actualité plutôt riche pour Patrice Franceschi,
même si elle est parfois contrariée par les grèves SNCF !

****************
A l’occasion de la sortie en poche de Avant la dernière ligne droite, la presse s’intéresse à la biographie :

Avant la dernière ligne droite, Grands reportages, Juin 2013
La grande évasion, Lire, juin 2013
L’aventure à la française, Le Figaro littéraire, 30 mai 2013

****************
La Boudeuse a quitté le port de Fécamp, www.paris-normandie.fr, 11-06-2013
La Boudeuse a quitté Fécamp, le projet de voyage école en suspend, haute-normandie.france3.fr, 11-06-2013

****************

L’aventurier Patrice Franceschi reporte sa venue à Saint-Lô, faute de trains, www.ouest-france.fr, 12-06-2013

La Boudeuse 1999 – A bord de la Jonque – Les 33 Sakuddeï

De 1999 à 2001, à la tête d’une campagne mêlant missions scientifiques et aventures, Patrice Franceschi, capitaine de la jonque, La Boudeuse, explore avec un équipage permanent de dix-sept personnes ces côtes méconnues de l’Asie du Sud-Est, du Golfe du Bengale au Pacifique Sud, avant que la jonque ne disparesse au large de Malte.

En 1999, Franceschi, Hodalic, Martial et de Gmeline s’intéressent notamment à une micro-société qui se sait menacée de disparition et qui croit encore en son destin. Un peuple déroutant qui défend son mode de vie unique face à l’invasion du monde moderne : Les Sakuddeï.

sakuddei 1

“Nous avons trouvé notre voie pour survivre ! On a voulu nous interdire de vivre comme nous l’avons toujours fait, de pratiquer le chamanisme, de jouer de nos instruments de musique, de porter nos vêtements traditionnels. On a voulu couper les cheveux des hommes. Mais nous avons continué, et nous continuerons comme nous l’avons toujours fait. La culture des étrangers ne nous intéresse pas.”

Bali Kerei, doyenne du clan des Sakuddeï

Accordant une grande importance aux esprits, qu’ils respectent profondément, cette tribu connue que depuis une quarantaine d’années, vit en harmonie totale avec la forêt sur l’ile de Siberut dans l’archipel des Mentawaï, à l’ouest de Sumatra en Indonésie.

A ce propos, écoutez l’interview de Patrice Franceschi, par Ulyssemag.com en Mai 2006.

Siberut

Malgré un littoral difficile d’accès, l’équipe aborde l’île par l’ouest pour trouver la rivière qui les mènera au cœur du pays sakuddeï. Ils sont accompagnés de June, Mentawaï, étudiant en Anthropologie, véritable clef pour approcher ce peuple de chaman sert d’interprète.

Leur territoire est marqué le long de la rivière de fétiches sur de longues perches, symbolisant les choses qui leur importent le plus.

La grande case collective, “Uma” est ornée de crânes d’animaux domestiques ou sauvages. Tournés vers l’extérieur et l’intérieur de la case, ils doivent expliquer aux animaux vivants que même s’ils sont mangés, ils resterons avec la communauté.

Les Sakuddeï pensent que l’âme peut s’échapper du corps au cours de la vie. Alors ils se tatouent pour plaire à leur âme. Lui évitant de partir faire pas de mauvaises rencontres.

Leur vie est rythmée de rituels chamaniques leur permettant de vivre en harmonie avec les esprits. C’est ainsi qu’ils parlent aux arbres, aux outils et aux animaux. Ils consultent les entrailles pour voir l’avenir. En vivant dans le surnaturel complet, ils trouvent la vitalité pour résister à l’assimilation du monde moderne. Ils ne choisissent des cultures extérieures que ce qui n’altèrera pas leurs croyances et leur harmonie.

C’est ainsi qu’ils ont résisté collectivement et pacifiquement aux pressions des missionnaires et du gouvernement, qui les poussent à abandonner une existence communautaire et autarcique.

L’équipe est autorisée à rester.
Les Sakuddeï leur proposent même de les suivre à la cueillette ou à la chasse, l’activité noble des hommes. Pour attraper singe ou porc sauvage, ils enduisent les pointes de leurs flèches avec un poison confectionné à partir du pressage d’une plante particulière. Le durian est leur fruit préféré. Ils rapent aussi le palmier sagoutier dont ils traitent la pulpe pour la manger.

La rencontre avec l’équipage de La Boudeuse permet aux Sakuddaï d’entrer en contact avec Reinhard Schefold, un ethnologue suisse qui passa plusieurs années en leur compagnie.

Pour aller jusqu’au bout de l’échange entre les deux cultures, les Sakuddeï sont accueillis dans l’univers de La Boudeuse. Ils confieront qu’ils étaient aussi curieux de voir les femmes à bord de La Boudeuse.

A suivre …

*****************

* Les derniers des Sakuddeï, Libération.fr, 05-05-2001

* Patrice Franceschi, Aventurier, Bernard Biancarelli, Albiana.

* Retrouvez ce premier documentaire, Les 33 Sakuddeï, sur le DVD “La Boudeuse, un voyage hors du commun – Vol. 1 – Les aventuriers des îles oubliées”, éditions MK2

La boudeuse

* Retrouvez cet expédition, dans le livre “Les 33 Sakuddeï” de  Vladimir de Gmeline, premier de quatre livres faisant revivre ces expéditions dignes du siècle des Lumières, composés d’un journal de bord, d’une quinzaine d’encadrés techniques et de contributions de scientifiques.

les 33 sakuddei

* « Il faut être solide psychologiquement quand on part pour une expédition. A chaque fois, c’est une conquête de la connaissance de l’autre. Je ne crois pas à la vision du voyage pour sortir du spleen. Si on part dans cet état d’esprit, on emmène son mal de vivre avec soi et ça ne règle pas le problème. (…) En ce moment, je dirige un équipage, demain je peux être écrivain, hier j’étais réalisateur, après-demain prof. Je me donne les moyens de faire ce qui me plaît. (…) Cette attitude a un prix. Je finance mes campagnes d’exploration par des livres, des films, des DVD, mais aussi par des emprunts aux banques et l’aide de quelques partenaires techniques. Le but est de ne pas perdre d’argent. »

Patrice Franceschi, L’invité Ulyssemag.com, 01-05-2006

La Boudeuse 2001 – A bord de la Jonque … Engloutie

Après A bord de la Jonque … La Boudeuse 1999 – Présentation, Capsicum s’était promis de dérouler chronologiquement les aventures de la Jonque de 1999 à 2001, 2 années particulièrement bien remplies par :

* Les Sakuddeï, un peuple de shaman de l’île de Siberut dans l’archipel de Mentawaï en Indonésie.
* Une mission clandestine auprès des Jarawa dans les iles Andaman
* La piste du naturaliste anglais Alfred Russell Wallace, en se lançant dans l’exploration d’une série d’archipels isolés des Philippines.
*  Une expédition spéléologique, à l’est de Bornéo, sur le parcours souterrain de la mystérieuse rivière Sungaï baï.
* Une mission volcanologique, en mer de Banda, pour installer des stations de contrôle
* Une remontée du temps sur l’ancien itinéraire de Bougainville, en Nouvelle Guinée
* Une avarie de ligne d’arbre d’hélice, alors au large des cotes du Yemen.

la boudeuse coté

Mais cette nuit du 14 au 15 Mars 2001 marque l’esprit, avant de développer les aventures qui l’ont précédée …

Au large de Malte, après une nuit de combat pour la sauver, la Jonque “La Boudeuse” sombre au petit matin par 4000m de fond,  sous les yeux de l’équipage (et l’objectif de la camera).

Seul reste du Carnet de Bord de feu le site esprit-de-bougainville.org/la-boudeuse.org sur la toile, le témoignage de Vladimir de Gmeline :

Il est 17 h, et la jonque se trouve à 130 miles à l’est de Malte. Pendant plusieurs jours, le temps a été favorable et la progression depuis Suez s’est faite à vive allure. A présent, la mer est formée et l’étrave vient régulièrement frapper contre les vagues qui forment des creux de trois mètres. Un choc plus important que les autres attire l’attention de l’équipage. Dix minutes plus tard, une voie d’eau est constatée à l’avant du bateau, dans les cales. La Boudeuse a sans doute heurté un container flottant entre deux eaux, comme celui qu’elle a croisé la veille et qui avait fait noter au capitaine, dans le journal de bord, qu’il fallait être vigilant. Mais cet obstacle était imparable. Très vite, la lutte s’organise. Elle va durer treize heures. Toutes les pompes rentrent en action, mais l’eau monte inexorablement. Elle finit par provoquer un court-circuit. Les pompes ne marchent plus. A 21 h, Franceschi lance un premier message de détresse. La mer s’est légèrement calmée mais l’eau continue de monter. A 23 h, l’Echo Europa, un pétrolier italien, arrive sur zone. Le capitaine de La Boudeuse lui demande de stationner pendant que l’équipage essaye de sauver la jonque.

Les sept marins présents à bord jettent toute leurs forces dans la bataille. A 1h du matin, Franceschi comprend que la partie est perdue. Il réunit ses compagnons au bar de La Boudeuse, pour un dernier verre. L’ambiance est surréaliste. L’eau a presque tout envahi, il n’y a plus de lumière. A 3 heures, il confie à Kerneau, le second capitaine, la mission d’évacuer une partie de l’équipage en zodiac vers l’Echo Europa. Guilbert, écrivain et matelot, Pothon, chef-opérateur, et Rondel, mécanicien, s’éloignent vers le pétrolier. Avec ses deux lieutenant, Delaroche et Maury, Franceschi essaye encore… A 5h, L’Echo Europa tente de remorquer La Boudeuse. Peine perdue.

A 6h15, Le capitaine fait monter ses deux lieutenants sur le château arrière. La jonque bascule sur la gauche. A 6h30, c’est la fin. Les trois hommes plongent. Franceschi a quitté son navire le dernier. En se retournant, il voit encore quelques instants, dressé vers le ciel et le jour qui se lève, la plaque sur laquelle s’inscrit le nom de la jonque, avant qu’elle ne sombre définitivement vers les profondeurs.

Patrice Franceschi aborde ce dernier épisode de la jonque “La Boudeuse” dans La Grande aventure de La Boudeuse, Tome 1. et conclut :

Tandis que je nageais le long des flancs de l’Echo Europa, le cœur serré d’émotion, deux évidences s’étaient imposées à moi dans leur vérité toute simple. La première était que La Boudeuse venait de mourir sous mes yeux, irrémédiablement, la seconde,  que l’esprit d’aventure porté par La Boudeuse n’avait aucune raison de mourir avec elle. La première évidence m’avait meurtri dans ma chair à un point innommable, la seconde m’avait insufflé une bouffée d’espoir inouï. Trempé jusqu’à l’âme, je m’étais hissé sur le cargo, me jurant dans le même instant que de cette “fortune de mer” je ferais surgir quelque chose de plus puissant encore que ce qui venait de disparaitre.

Promesse tenue … La Boudeuse … 2003

A suivre …

*******************

La Boudeuse, Les Aventuriers des îles oubliées, DVD3, mk2 Editions, 2005
“La Boudeuse” au fond de la Méditerranée, CambodgeSoir.info, 16-03-2001
Le naufrage de la Boudeuse, l’Humanité, 20-03-2001
La Boudeuse a fait naufrage près de Malte, conversation sur www.hisse-et-oh.com, 15-03-2001