La Boudeuse 2009 – Escale à Playa Blanca

Le trois mats est bien arrivé, aujourd’hui, aux Canaries.

Canaries 2

Le bateau est mouillé dans la baie de Playa Blanca, Yaiza … au sud de l’île de Lanzarote.

Canaries 3

Voilà seulement que Capsicum utilise correctement
tous les outils à disposition pour repérer La Boudeuse.

*******************

La Boudeuse messagère du développement durable, Extrait du journal Développement durable le journal, 04-12-2009

Salon Nautique …

nautic

Priscilla Telmon n°2

Elle [L'Audace] se manifeste par cette capacité à faire face à l’adversité, à dépasser ses barrières, à avoir confiance en ses rêves et à aller toujours plus loin.

On peut être audacieux sans mettre sa vie en danger, on peut l’être aussi dans ses idées, intellectuellement, politiquement. La notion d’audace renvoie aussi au courage. Une femme qui va accoucher, n’est-elle pas courageuse ? Elle l’est tout autant qu’une femme qui va à la guerre.

Ce qui est merveilleux dans l’aventure, c’est de se positionner sur le plan de l’aventure culturelle. Amener les gens, par son propre engagement physique et sa propre audace, vers des sujets culturels et intellectuels dont ils ne s’occuperaient pas si vous n’aviez pas mis votre propre vie en jeu.

Éloge de la paresse… Et de l’audace,
Sylvie L. Rivard, www.espaces.qc.ca.

Comprendre comment le courage (ou la folie) des uns poussent les autres à s’engager, relève la notion littéraire de héros.
Cependant, il me semble que la maternité relève plus de l’attavisme que du courage, et en tous les cas, de l’inconscience. ;)

Ouverture de la chasse aux KDO de naissance.

Nos potes, aussi furieux soient-ils, deviennent parents …

La vie est-elle surprenante ou prévisible ?

Note : Acheter des cadeaux en gros et les sortir selon les besoins … idée à creuser.

“Sept fois le tour du soleil” réédité … Nicole Van de Kerchove.

Parmi les grandes figures de “la voile autour du monde”, il y a Nicole van de Kerchove, présenté dans ce post d’avril 2009 : Nicole van de Kerchove

L’un de ses plus beaux ouvrages Sept fois le tour du soleil est reparu cette fin d’année 2009 aux éditions Maîtres du Vent (ISBN 978-2-35261-064-9).

Couventière7fois

www.SailingNews.tv avait tourné, en 2004 au Manoir de Belle Fontaine, un entretien de 13min “Une porte s’est ouverte sur la mer”, dans lequel Nicole Van der Kerchove raconte ses rencontres avec Bernard Moitessier, Loïck Fougeron, et sa passion pour la mer.

Le tout tient à peu de choses … une annonce de cours de croisière mentionnant “navigation astronomique”. Il a suffit de ces mots pour susciter la curiosité de Nicole.

Lorsque l’on entend Nicole van de Kerchove conter cette époque, la voix calme et fluette cache ce caractère aventureux qui l’a poussé à vivre sa vie plutôt qu’à la subir.

Ce que je veux retenir aujourd’hui, c’est qu’à son sens, il ne faut presque rien pour vivre sur son bateau au long cours. Elle explique que ses amis et elle, l’ont fait avec peu de moyens. Et même si aujourd’hui la technologie nous fait dépenser des 100 et des 1000, il reste encore la possibilité de naviguer en se contentant de peu car la mer, elle, n’a pas changé.

Un tel voyage est la porté d’à peu près tout le monde …

********************
SailingNews.tv : Tapez “Nicole Van de Kerchove” dans la recherche par mots clefs.
All Boats Avenue présente la vidéo de Stéphanie Brabant pour Thalassa (Mars 2008)
Sail The Worl, Entretien avec Nicole Van de Kerchove, Dec 2004

Patrice Franceschi n°21 – Cheminement …

Le livre entre les mains, je l’ouvre à distance de la première page pour en prendre la température, pour en saisir le style, pour m’évader l’espace d’un instant. Voilà sur quoi mes yeux tombent d’emblée :

Fleuve Amazone, 24 Septembre 2004

(…) Au repas  du soir, Maxime Ducoutumany, l’un de nos deux solides administrateurs du bord, fête ses 28 ans. A la place de “bon anniversaire, camarade!”, j’ai envie de lui dire : “Tu as la vie devant toi … Quelle chance ! Profites-en … Moi, je reprendrais bien un tour de cadran. Tant de choses encore à faire. Alors 28 ans … T’occupe de rien d’autre que de lâcher les freins. Vas-y fonce, fais de chaque seconde une vie entière et paye le prix qu’il faut sans crainte ni remords…” (…)

La Grande Aventure de La Boudeuse, Tome 1, Patrice Franceschi

Toutes mes réflexions tendent vers cette même vision de l’existence. Il s’agit maintenant de dépasser la théorie … de “lâcher les freins” !

La pédagogie Montessori une proposition pour l’avenir.

L’Association Montessori France convie à une Conférence-Débat sur le thème :

Le développement de l’enfant de 0 à 6 ans

Cléopâtre Athanassiou-Popesco (psychanalyste d’enfants et d’adultes) abordera “Le Développement et les besoins de l’enfant de 0 à 6 ans“. Patricia Spinelli (directrice de l’Institut Supérieur Maria Montessori) et Isabelle Sechaud (directrice pédagogique de crèche Montessori) apporteront quelques propositions montessoriennes.

Rendez-vous, Samedi 28 novembre 2009 à l’Ecole Normale Supérieure (45, rue d’Ulm, 75 005 Paris) à partir de 14h.

Bulletin d’inscription (Droit d’entrée 10 euros) -> ici.

Dans le cadre du cycle de conférences, sont également prévus :
* Le développement de l’enfant de 6 à 12 ans, le 20 Mars 2010
* Le développement de l’adolescent de 12 à 15 ans, le 5 juin 2010

Pierre Mac Orlan

L’aventure n’existe pas. Elle est dans l’esprit de celui qui la poursuit et, dès qu’il peut la toucher du doigt, elle s’évanouit, pour renaître bien plus loin.

Pierre Mac Orlan

 

Pas tout à fait d’accord …
L’aventure n’est pas une chimère, elle se vit et fait mal parfois, puisqu’on peut  mettre dans la balance jusqu’à sa vie. Mais en effet, l’esprit d’aventure ne se tarit pas lorsqu’on a touché l’aventure convoitée …

Il y a toujours une autre aventure à atteindre !

La Boudeuse 2009 – En route pour les Canaries.

22-11-09

La bonne option, Bernard W., 22-11-2009 23h11

Juste pour se situer voici une carte satellite qui montre bien que La Boudeuse longe les côtes. Trois points apparaissent, ne  désirant pas subodorer une route erronée :
A) est le dernier point GPS connu par Capsicum, au large du Portugal.
1) est la position de l’île de Lanzarotte, potentiel prochaine escale.
C) est le port de Dakar, Sénégal.

Canaries

Un œil sur la météo, l’autre sur la carte, Capsicum est fort aise que La Boudeuse passe au travers de ce vent de l’enfer.

La vie à bord trouve-t-elle son rythme de croisière ? Comment se distribuent les taches quotidiennes ?
Pas trop dur de dormir dans la cabine n°1 ?
A part Amaury Bironneau, y a-t-il d’autres mouvements d’équipage prévus à Dakar ?

Confiance !

Petit Ginkgo poursuivant le chat-vache et criant à tue-tête :
- N’aies pas peur, je veux te faire un câlin !

La Boudeuse 2009 – Images de Viveiro

La Boudeuse illustre la tempête du 13 Novembre 2009, alors que le trois mats s’était abrité dans la baie de Viveiro (Espagne) : La Boudeuse à l’abri … C’etait vite dit !
Jugez combien le coin est périlleux vu la carte des naufrages photographiées chez les sauveteurs espagnols.

A bord du trois-mâts La Boudeuse
Ouest du détroit de Gibraltar, le 20 novembre 2009

Bonjour Bernard,

Tu trouveras en pièce jointe 6 photos illustrant la tempête que nous avons connue à Viveiro …

Légendes:
photo 1 à 4: A Viveiro, sur la côte espagnole, tempête sur La Boudeuse avec des vents de 100 km/h, Force 10, écrasant la mer avec lames déferlantes.
photo 5: les gardes côtes espagnol de retour de leur sauvetage de l’équipage d’un voilier français en perdition le même jour.
photo 6: la carte des naufrages dans cette région du golfe de Gascogne. Chaque épingle représente un sauvetage par les gardes côtes espagnol.

Illustration de tempête, Bernard W., 22-11-2009

Erich Beaud – Ouvreur de voie – BASE Jump

(…) Dés le début de mon impulsion et comme à mon habitude lorsque j’ouvre un saut, je baisse de suite la tête pour contrôler ce qui m’attend.

Et là, c’est une vision d’enfer. Après environ 100 mètres de verticale, la paroi n’est qu’une succession de vires, grosses marches d’escalier qui semblent me barrer la route. Sur ma droite c’est pire avec des dalles couchées et à gauche, loin en bas se trouve un énorme éperon orné de gigantesques sapins. Je sais pourtant que juste sous ces derniers se trouve une grande conque surplombante que je dois impérativement atteindre pour ouvrir mon parachute en sécurité.

Je commence à chuter mais sans vitesse, ma dérive est encore totalement inefficace. A ce moment il me semble impossible de passer les vires. Je dois ouvrir de suite mais en une fraction de seconde je réalise que cela aussi est impossible. Comme dirait Bigard je suis ” monté très fin “. Parti pour chuter environ 400 mètres j’ai temporisé ma voile au maximum et monté un extracteur de tout petit diamètre. Si j’ouvre maintenant, avec peu de vitesse, j’ai toutes les chances d’aller taper le mur.

J’ai l’impression d’être devant 2 portes fermées… En face de 2 maux je choisis le moindre, chuter à fond. Ma dérive commence à porter ses fruits. Je passe quelques vires, au plus prés puis j’oblique ma trajectoire à gauche pour me diriger droit vers le gros éperon et ses sapins. Je suis tendu au maximum, je pousse sur chaque cm2 de mon corps comme jamais. Il faut passer.

Arrivé vers l’éperon, je suis maintenant en vitesse terminale, environ 50 mètres/seconde et ma dérive me permet de m’éloigner du mur. Au dernier moment je rechange mon axe pour repartir à droite et tout d’un coup c’est plein gaz. Je suis dans la conque surplombante. J’ai réussi. Je me laisse chuter encore un peu pour le plaisir, puis je saisis mon extracteur, contrôle mon ouverture aux commandes et, pour la première fois depuis longtemps j’extériorise ma joie en hurlant à pleins poumons.

Ce saut est le plus difficile que je n’aie jamais réalisé et ce parce qu’une fois lancé vous n’avez pas d’autre solution que de chuter au moins 350 mètres, et de réussir une dérive parfaite avec en plus des changements de direction. Il est impossible d’arrêter le jeu en ouvrant avant d’avoir réussi. (…)

De l’alpinisme au paralpinisme, Erich Beaud, 04-06-2003

Erich Beaud, pionnier de la discipline en France, décrit dans ce long article (plus de 3 pages), la naissance du paralpinisme, son évolution à travers les années, les lieux et les acteurs principaux.

Carl Boenish et ses amis appellerons cela du B.A.S.E. Jump (Building, Antenna, Span, Earth) et Loïc Jean-Albert en écrit aujourd’hui une nouvelle page …

L’héritage de Patrick de Gayardon.

La Boudeuse 2009 – Migou étoffe son reportage …

Michel Balique, l’un des guides de La Boudeuse (amarrée quai de Bercy) nous avait déjà conté le convoyage de la goélette sur la seine de Paris jusqu’au Havre, fin Mai -début Juin 2009 : Descente de la Seine/ Paris – Le Havre.

Puis il avait partagé, avec Les Amis des Grands Voiliers, son expérience en mer, à bord de La Boudeuse, entre Fécamp et Brest en Octobre dernier, dans un post abordé dans Les coulisses de La Boudeuse … en mer.

Aujourd’hui, il  détaille avec humour et précision son aventure à bord  : La Boudeuse trois-mâts goélette, 21 – 24 octobre 2009, Fécamp – Brest. Quart et manœuvre de nuit, eau osmosée, vent récalcitrant, règlement intérieur, (non)fixation du guindeau … enfin le quotidien à bord du fascinant 3 mats d’exploration !

En suivant le reportage-photos du 21-10-2009, on apprendra qu’Amaury Bironneau n’embarquera pour de bon qu’à Dakar. Ce qui explique -> cet échange du 11-11-2009 avec la base arrière !
Les photos du 22-10-2009 s’arrêtent sur l’esthétisme du navire après son passage au Havre.
Quelques images de l’étrave en navigation et le Capitaine à la vaisselle dans la série du 23-10-2009.
Le 24-10-2009, nous sommes guidés à l’intérieur et nous rencontrons un peu plus l’équipage.

Merci Migou de partager avec les terriens !

Marcel Rufo

Lutter, souffrir un peu pour se construire. Accepter chez l’autre les qualités que l’on rêve d’obtenir. N’est-ce pas la traversée obligatoire vers l’exploration de soi pour conquérir sa liberté ?

LA CHRONIQUE DE MARCEL RUFO, letudiant.fr, 20-11-2009

Théorie du talon aiguille …

Chausser des escarpins n’est pas anodin …

Ils cambrent tout autant le pied que le dos. Le mollet se galbe et se durcit. La démarche devient plus « étroite » et chaloupante. La personne ainsi parée ne peut que modifier sa posture.
C’est ainsi que la femme devient plus désirable …
Le phénomène s’intensifie ou non, selon que les gambettes se dévoilent sous une jupe ou se devinent derrière un pantalon.

Mais même vêtue d’un pantalon, il suffit de 8 cm de talon pour attirer l’attention, faire friser le regard et générer l’intérêt, voire, le cas échéant, les compliments.

Comme si cette modification d’apparence révélait une potentialité sensuelle insoupçonnée jusqu’alors. Ces quelques centimètres de plus transforment l’ordinaire passante, collègue, voisine, épouse en fantasme réaliste.

Le talon éveille donc l’attirance par deux biais :
• D’abord, il apporte à la femme le sentiment d’être plus belle, plus attirante. Elle modifie donc, consciemment ou inconsciemment, son allure, son comportement en conséquence.
• Ensuite, le talon agit comme un stimulus visuel auprès de la gente masculine, flattant l’œil et parfois titillant l’imagination.

Les deux effets s’alimentant l’un l’autre !

Pour conclure, on dira que le talon modifie ‘l’angle de vue’,  de l’observant et de l’observée … au propre comme au figuré.

Parfait exemple pour illustrer que parfois …  l’habit fait bien le moine !
Pas tant besoin de Louboutin … ;)

La Boudeuse 2009 – Position au 19 Nov 2009 !

Tout, ou presque .
Chaque jour, je reçois, automatiquement, ce message :

» Maritime Mobile Position Report
Atlantic East Ocean Region, DNID : ****, Member Number : 1
Position : 38 03.68′ N, 9 39.84′ W
Speed : 5.4 knots, Course : 183 degree
Time of position : 19-NOV-09 10:58 «

L’inmarsat C nous dit tout…, Bernard W., 19-11-09, 16h11

Ah … voilà qui intéresse Capsicum !
D’après mes calculs, à l’ancienne, sur une carte du monde imprécise (stratégiquement placée au lieu d’aisance de connaissance), La Boudeuse serait au sud sud ouest de Lisbonne, le long de la côte portugaise.

Mais la technologie est quand même plus rapide, précise et esthétique :

La boudeuse 19-11-09

La Boudeuse est … au large de Santiago do Cacem (Portugal) et fait globalement route vers le Sud !

Proverbe Tibétain n°6

Ce n’est pas le paysage qui est petit, c’est la fenêtre par laquelle on le regarde.

Du coté lumineux de la Force … Le Hameau des Buis

La Chronique sans Carbone met en lumière le Hameau des Buis, où un village écologique, qui depuis 2003, se construit autour de La Ferme des Enfants, une école Montessori ! La totale ….


Ma vie sans carbone (15): un village bio et social

 

On peut les prendre pour des illuminés mais leurs solutions sont concrètes et étudiées. Au premier abord, ils pourraient être les héritiers des baba-cools qui élevaient des chèvres dans le Larzac dans les années 60-70, mais beaucoup de convertis apparaissent, car leurs valeurs ne sont plus marginales !

Antoine Sachs, journaliste sans carbone, présente une initiative engagée, un exemple écologique et social sans compromis mais parfaitement réaliste et raisonné.

Mon analyse se veut complètement apolitique et areligieuse, mais … ça a comme un petit goût de Kibboutz, la préoccupation environnementale et l’éducation en plus.

Même si j’adhère complètement à la pédagogie Montessori, à la culture écologique , à la bioconstruction et aux produits naturels au quotidien … j’aurais probablement plus de mal avec l’aspect communautaire qui, à long terme,  me parait être une charmante utopie.

Mais l’initiative sociale est vraiment éclairée voulant tisser des liens intergénérationnels. Ainsi, le projet initial se  donnait pour objectif de regrouper séniors et bambins, afin de fournir une meilleure qualité de vie à chacun.

Le mythe du “Bon Sauvage” m’a toujours laissé perplexe, quoique … il y a peut-être de l’espoir en l’Enfant. ;)

L’essentiel résidant dans l’action, eux au moins se bougent le cul.

La Boudeuse 2009 – Journal de Bord n°4

C’est Cyril Millet, le cuistot/intendant de La Boudeuse qui prête sa plume au Volet n°4 du Journal de Bord

“Là s’arrête sans doute mes pâles chimères, je fais parti d’un tout, ici, maintenant, vivant.”

Il passe en revue toutes ses motivations (mention spéciale pour celle de la liberté !) et nous emporte au cœur des navigations et des dernières escales, le menu du bord en prime.

Student revival …

Quatre matières bien distinctes.

Petit à petit, domaine après domaine, sans même m’en apercevoir me voilà redevenue élève pour 1/6 ème de mon temps. Force est de constater qu’étudier est tout de même ce que je sais faire de mieux … comme profession. ;)

… Le plus difficile reste tout de même
de rendre ses devoirs, en temps et en heure !

Aristote n°2

Il y a trois sortes d’hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer.

Aristote

La Boudeuse 1999 – A bord de la Jonque – Présentation

C’est en Asie, il y a 10 ans, que Patrice Franceschi a commencé à concrétiser son aspiration à suivre la trace de Bougainville.

Juin 1999, Port de Kompong Som, Cambodge, à 250 km au sud de Phnom Penh, la réplique d’une jonque de guerre du 19ème siècle, construite en 1991, est amarrée. Le navire qui servait à faire du nolisé dans les mers des Phillipines et de Chine à été dégoté par Hurlin un équipier de Franceschi. Après un an et demi de travaux, le Song Saïgon devient La Boudeuse en référence à la frégate du 18ème siècle de Louis Antoine de Bougainville.

Patrice Franceschi désire parcourir les îles de l’Insulinde explorées au 18ème siècle par Bougainville. L’expédition intitulée tour à tour «A la découverte des îles oubliées de l’Insulinde» et «L’Esprit de Bougainville» est une véritable expédition maritime s’appuyant sur un voilier ancien pour le cachet, mais modernisé pour affronter les pires navigations en toute sécurité. Elle porte les hommes pour les explorations à terre.

« En France, ou dans divers pays européens, je suis parfois perçu comme un aventurier d’un autre siècle, dit-il, les aventuriers d’aujourd’hui étant plutôt des sportifs qui font des exploits. Moi, ce sont les belles histoires qui m’intéressent. Je suis curieux, j’ai des rêves, et je veux découvrir le monde à ma manière. »

jonque boudeuse-gd

Le bateau de 30m est magistral et la bibliothèque du bord compte plus de sept cents livres. La traditionnelle “pagode”, sous laquelle est placée la cabine de navigation a été conservée mais la jonque a été recalfatée et lestée de 14 tonnes de fonte. C’est dans un décor d’herbes folles et de conteneurs luisant sous le soleil, que les ouvriers locaux, les spécialistes de vieux bateaux et les charpentiers de marine ont muni le navire de trois mâts en acier supportant des voiles modernes toutes vermillon, de bômes en aluminium, de winches, d’un moteur (Baudoin issu d’un bateau d’Alain Colas) de plus de 220 chevaux, d’un dessalinisateur pouvant produire 200 litres d’eau douce par heure, de six GPS, de radars, sondeur, etc … L’autonomie du navire est alors portée à 90 jours.

Le seul métal vraiment apparent est celui des plaques posées sur les côtés et destinées à arrêter les balles d’éventuels agresseurs pirates. Les cabines sont spartiates mais entièrement en bois, comme la superbe barre.
En relief, des dragons aux dents blanches et à la crinière couleur sang courent de chaque coté de la proue sur le bois noir de sao.

Le 12 Juin 1999, un vieil achar d’une pagode voisine monte à bord pour remettre au capitaine un Bouddha doré, pour que les vents et les courants soient favorables au navire. La Boudeuse est aussi bénie par le père Venet, le prêtre de Sihanoukville, missionnaire de la Société des Missions Etrangères de Paris installé au Cambodge depuis 1946 et la bouteille de champagne éclate sur l’étrave.

jonque2

Toujours fidèle à l’esprit humaniste, Franceschi résume ainsi la philosophie de l’expédition : « Nous voulons surtout retrouver l’esprit du Siècle des Lumières, qui fut aussi celui des grandes découvertes, et renouer avec l’humanisme scientifique qui caractérisait cet homme d’exception. Bougainville était en effet le seul explorateur du 18ème siècle qui alliait science et littérature »

«L’originalité du projet c’est avant tout d’associer le goût de l’exploration “à l’ancienne” et la rigueur scientifique. J’aimerais montrer qu’à l’aube du troisième millénaire, la terre reste encore à découvrir et que c’est passionnant, exaltant. Le message de Bougainville était marqué par l’humanisme et l’esprit encyclopédique. Pour nous, cette aventure sera aussi un message d’espoir.»

«Ce sera une aventure, une expédition scientifique mais également autant que possible un voyage littéraire et esthétique»

«Je crois que nous avons perdu la quête de l’absolu et le panache qui caractérisaient les expéditions des autres siècles. Nous sommes dans un monde très mercantile, un monde comptable. Ce qui compte, c’est l’exploit, c’est l’atteinte du sommet. Moi, je veux redonner un souffle de vie à une autre façon d’appréhender l’aventure. Une aventure plus humaine, plus ludique aussi. »

Pour ce faire, l’équipage sera constitué d’une vingtaine d’homme et femme. En plus de l’équipage (Philippe Gélinet, Christophe Kerneau, Marc Bonguardo, Loïc Hilaire, René Guermeur, Gérard Maury, Delaroche, Ségolène Chateau, Vladimir De Gmeline, Gérard Bordeleau, Giao N’Guyen, Patrick Rondel, Sophie Mousset, Bruno le cuistot, etc) se relaieront à bord au cours des escales, des scientifiques et spécialistes du Museum National d’Histoire Naturelle, du Musée de l’Homme (Lucile Allorge), du CNRS, de l’EHESS, des Universités Parisiennes (Olivier Archambaud, géographe à la Sorbonne, actuellement president de la Société des Explorateurs Français), sans oublier écrivains (Jean-Claude Guilbert …) et cinéastes (Philippe Pothon …), etc.

Plus des jeunes sélectionnés en Bourgogne et en Corse, invités à bord «pour leur montrer que la vie vaut la peine d’être vécue, autrement, de manière positive, pour leur proposer une vision différente d’un monde trop souvent morose et pour qu’ils puissent témoigner auprès de leurs camarades, de retour en France»
Au bout du compte 120 personnes auront navigué sur la Jonque La Boudeuse.

Prévu initialement pour le début de l’année 1999, son départ sera repoussé pendant de longs mois, en raison de questions techniques imprévues ou de lenteurs de la bureaucratie cambodgienne afin d’autoriser l’ouverture des conteneurs envoyés de France.

La Boudeuse largue les amarres de Sihanoukville en direction des archipels de l’Insulinde, le 27 Juin 1999

Au programme de l’expédition …

A suivre …

****************

“La Boudeuse” , dans !e sillage de Bougainville, Arnaud Roux, 13-06-1999

A la redécouverte de l’Insulinde.Deux cent trente ans après Bougainville, LEAUTHIER Alain, 04-05-1999

Faune, flore, grottes et volcans. Une trentaine de scientifiques se relaieront sur la jonque pendant un an., LEAUTHIER Alain, 04-05-1999

“La Boudeuse” prêts à laquer les amarres, Cambodgesoir.info, 22-06-1999

Jonques et Gréement de jonque., Mandragore II

L’Oiseau Blanc 2009 – Decré continue ses recherches

Capsicum s’y perd un peu entre le reportage “A la Recherche de l’Oiseau Blanc” diffusé le 20 Juin 2009 sur France 2 et “L’Oiseau Blanc” présenté par Les Ecrans de l’Aventure, à Dijon, le 24 Octobre 2009, à propos de Nungesser et Coli.

Est-ce le même ?

nungesser3

Ces reportages sont signés Marie-Pierre Farkas et semblent relater la campagne de recherche de L’Oiseau Blanc de Nungesser et Coli par Bernard Decré et son équipe, en Mai-Juin 2009 (7 jours), abordé dans le post Nungesser et Coli.

“A la Recherche de l’Oiseau Blanc” a manifestement été projeté hier (16-11-2009) lors d’une soirée-conférence à l’Aéro-Club de France.

Bernard Decré s’évertue à faire toute la lumière sur la disparition de L’Oiseau Blanc. Il suggére que l’escale du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc à Saint-Pierre-et-Miquelon en avril prochain (2010) soit l’occasion d’un exercice d’entraînement avec la marine canadienne.

Suivez l’avancement de ses recherches sur La Recherche de L’Oiseau Blanc.

*************
Nungesser et Coli ont-ils été abattus par les complices d’Al Capone ?, Lepoint.fr, 16-11-2009
Bernard Decré, InfoPilote, n°644, Nov 2009

Cammas & Co font place à Bidegorry & Co

La rupture de cloison du bras arrière babord de Groupama 3 fait renoncé l’équipage à cette tentative de record du Trophée Jules Verne. Direction Cap Town à plus de 1700 miles (3000km) de là.

Avarie, destination Cape Town,
www.cammas-groupama.com, 16-11-2009, 17h

Quant à lui, le Maxi Banque Populaire V de Pascal Bidégorry (ancien équipier de Cammas sur Groupama) est en stand-by à Lorient, depuis jeudi 12 Novembre 2009, attendant une meteo favorable pour s’élancer à l’assaut du Trophée Jules-Verne. Après le record de l’Atlantique Nord, BP V est un concurrent de taille.

Le stand-by pour le Trophée Jules Verne commence !,
www.voile.banquepopulaire.fr, 12-11-2009

**********
Bidégorry, d’un défi à l’autre, l’equipe.fr, 12-11-2009, 12h36

Henry de Monfreid n°1

N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît.

***************
Henry de Monfreid Site Officiel