Copenhague …

Certains se demandent pourquoi Capsicum et sa fibre à tendance écolo ne parlent pas de  la 15th United Nations Climat Change Conference à Copenhague ou COP15 …

… Simplement parce que tout le monde en parle ailleurs !

*************

Copenhague-2009.com Ultimatum Climatique
United Nations Framework Convention on Climate Change
Copenhagen Climate Council
Climat : l’avenir du monde se joue à Copenhague, Dossier Géo, 07-12-2009
Spécial Copenhague, Fondation Nicolas Hulot.

La Boudeuse 2009 – Position au 15 Déc 2009

La Boudeuse a donc débuté Lundi soir (14-12-2009) cette traversée de l’Atlantique. Voici sa dernière position donnée au public :

16-12-2009

14 21.32′ N, 25 50.12′ W

Par la même occasion, allez faire un tour sur les photos de la traversée entre le Sénégal et le Cap Vert qui content avec poésie et lumière idéale, tous les efforts d’un équipage à la manœuvre d’un 3 mats traditionnel …

Insomnie en fin de nuit … Sujet de réflexion : Les enfants de/en mer.
Quel cadeau magique pour les deux petits bouchons du bord, qui ont manifestement navigué de Fécamp à Dakar ! De quoi faire naitre ou encourager leur propre sillon dans la vie. De toute façon, ils ont déjà de qui tenir !
Je suis curieuse de leurs mots … Sont-ils à bord pour la traversée ?

Capsicum est impatient d’observer Petit Ginkgo découvrir la vie à bord d’un voilier … mais ce ne sera malheureusement pas pour Juin 2010 !! ;)

*****************

Cap Vert :
French ship on environmental mission in Cape Verde, Inforpress.publ.cv, 11-12-2009
French ship La Boudeuse docks at Praia sea port, Asemana, 12-12-2009 (Version portugaise ici !)
MISSÃO EXPLORATÓRIA DO NAVIO FRANCÊS “LA BOUDEUSE” PASSA POR PRAIA, Liberal Online, 10-12-2009
Cientistas franceses em conferência sobre questões ambientais, Universidade Cabo Verde, 11-12-2009
Navio francês em missão ambiental em Cabo Verde, Noticias Cabo Verde, 11-12-2009

Mousses :
La Boudeuse Fécamp-Brest, Clinfoc.com, 24-10-2009
La Boudeuse en escale à Dakar, Ambassade de France au Sénégal, 05-12-2009

Grippe A (H1N1) sous surveillance !

Pour suivre l’évolution de l’épidémie, consultez le dossier de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) dédié à la grippe A (H1N1) 2009.

Pour le moment, personne de vacciné chez nous
(gros rhume et indécision éclairée)
mais la question reste posée.

Pour les statistiques : La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière, LeMonde.fr, 14-12-2009

Liberté payée …

Loin de l’image du coureur de fond svelte et en forme, Capsicum aborde les vacances de Noël sur les genoux … Virus en prime.

Or le marathon de Noël ne va pas se démentir cette année encore : Cotentin, Champagne, Drôme, Ubaye, Drôme, Champagne et retour case départ.

Parfois (enfin quelques secondes), je comprends Ange
quand il réclame un peu de calme …

Henry de Monfreid

Peu importe la chimère, seule sa poursuite vaut. Si la fortune, dit-on, n’aime pas les veillards, c’est qu’ils sont devenus incapables de croire en ces chimères, ces mirages de l’esprit.

Eulogie Optique …

Capsicum a le regret de vous annoncer le décès du Canon PowerShot SX100 IS,  après de bons et loyaux services.

Toujours dévoué, il était prêt, en tout temps et à tout heure, à prendre l’image à la volée. Particulièrement adaptable, il a saisi de nombreux instants de Petit Ginkgo à la perfection avec son capteur 8 millions de pixels.
Il a su aussi se faire robuste en 4×4 russe, en randonnée, en vol, à moto ou à ski. Particulièrement élégant, c’était le confident unique des soirées les plus folles avec son flash intégré, l’accessoire incontournable des mariages, baptêmes et cérémonies en tout genre.
Ce pionnier du zoom optique X10 avec stabilisateur a élucidé jusqu’au rites chamaniques les plus étranges et son rendu des couleurs a marqué sa fidélité à la réalité !

Canon

Nous regretterons toujours sa capacité à immortaliser les instants les plus sombres sans flash et pourtant sans flou. Et malgré sa lacune en macro, il a su se surpasser aux moments les plus éclairés.

Le malencontreux et stupide accident présumé qui est à l’origine de la disparition du bien aimé SX100, fera l’objet d’une enquête. Une autopsie sera conduite afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Que son âme repose en paix …

Nous déplorons cette société de consommation
qui ne lui a pas donné une dernière chance.

Mot d’Enfant … n°12

- Maman, je ne vois pas les yeux.
- Il faut allumer la lampe de chevet.
- L’est où la télécommande ?
- Tu veux dire l’interrupteur ?
- Oui !Trouvé !

Petit Ginkgo, 2 ans et 10 mois et demi

La Boudeuse 2009 – Escale à Fogo

14dec09

Fogo, Cap Vert, Bernard W, 14-12-09

Voilà donc la carte …

Fogo

La Boudeuse est mouillée aujourd’hui au nord ouest de la ville de Sao Filipe. Pourquoi l’île de Fogo à l’ouest de l’île de Santiago (Cap Vert) ?

La Base Arrière ne nous le dit pas …

L’île de Fogo, découverte le 1er mai 1460 en même temps que les îles de SANTIAGO et de MAIO, se caractérise par un immense volcan de 2829 m. Sa dernière activité date de 1995.

fogo plage

© Guillaume d’Annoville septembre 2002.
Ile de Fogo. Plage de sable noir à Sao Filipe.

De quoi rappeler des souvenirs à ceux qui étaient à bord de la Jonque, La Boudeuse, en 2000, et qui ont participé à la mission volcanologique, en mer de Banda, ayant pour but d’installer des stations de contrôle.

Mais aussi aux membres de l’expédition sur l’île de Paques, auprès du volcan Rano -Raraku, lors des “Peuples de l”Eau” en février 2005.

Bonne mer à La Boudeuse pour cette traversée !

 

Pronostic vital réservé …

L’objet le plus précieux que je enfin qu’Ange possède est en panne … à 10 jours du réveillon de Noël …

Tsunami cataclysmique !

Comment ? De quoi parle-je ? ….

Mais de l’appareil photo numérique. Quoi d’autre ?

Le week-end avait déjà mal commencé …
A cours d’accu (erreur de débutante …), impossible d’immortaliser Petit Ginkgo interrogateur regardant le Père Noël de la gym en se demandant où il a mis sa trottinette.
L’objectif reste bloqué au 2/3 sorti …
Le temps de trouver un mouchoir pour le joli nez de Petit Ginkgo, je laisse le précieux objet entre les mains de l’enfant (erreur fatale … de débilos).

Enfin à la maison, les accu fraichement rechargés, ce sont les bip-bip strident de l’appareil qui agressent mon oreille. “Erreur Objectif, Redémarrer” %)

Trifouillage, dévisage, le démontage est interrompu par 3 vis récalcitrantes … P@%&£N de B$§&{L de M%[@E …

Effondrée, il me faudra 22 min pour penser à mon vieux reflex, stocké depuis 2 ans sous  500 microns de poussière. Le plaisir de la prise en main n’efface pas la frustration mais évite la crise.

Réparable ? A temps ?

En tout cas, j’ai déjà manqué Petit Ginkgo décorant le sapin …
Vais-je survivre à une séparation de minimum 5 jours ?
Cerise sur le gateau …

L’ordi ne reconnait plus les cartes SD !

Impossible de récupérer mes dernières photos …

Petit Bonheur … n°39

Au matin, découvrir le paysage blanchi par les premières gelées.

Petits Bonheurs

La Boudeuse 2009 – Journal de Bord n°6

Les nuits de François Lépine sont plus belles que mes jours … très possible !

En attendant, il partage avec nous cette escale au Sénégal mélant une pointe de poésie et un soupçon d’histoire politique … dans le Journal de Bord n°6.

Le matelot embarqué au Sénégal, dont on aime à préciser “sans spécialité”, est peut-être nouveau à bord pour la mission “Terre – Océan”, mais il fait parti des anciens de l’équipe de Franceschi.  Depuis quand ? …. Eté ?? 2001 quand on sait que la Jonque a sombré en Mars 2001 … ???

Une pointure en droit administratif et en matière de contrats publics, un expert en négociation et en gestion de projets complexes de dimension européenne.
Probablement un atout majeur dans la préparation administrative de l’aventure.

Cras ingens iterabimus aequor

La Boudeuse 1999 – A bord de la Jonque – Les 33 Sakuddeï

De 1999 à 2001, à la tête d’une campagne mêlant missions scientifiques et aventures, Patrice Franceschi, capitaine de la jonque, La Boudeuse, explore avec un équipage permanent de dix-sept personnes ces côtes méconnues de l’Asie du Sud-Est, du Golfe du Bengale au Pacifique Sud, avant que la jonque ne disparesse au large de Malte.

En 1999, Franceschi, Hodalic, Martial et de Gmeline s’intéressent notamment à une micro-société qui se sait menacée de disparition et qui croit encore en son destin. Un peuple déroutant qui défend son mode de vie unique face à l’invasion du monde moderne : Les Sakuddeï.

sakuddei 1

“Nous avons trouvé notre voie pour survivre ! On a voulu nous interdire de vivre comme nous l’avons toujours fait, de pratiquer le chamanisme, de jouer de nos instruments de musique, de porter nos vêtements traditionnels. On a voulu couper les cheveux des hommes. Mais nous avons continué, et nous continuerons comme nous l’avons toujours fait. La culture des étrangers ne nous intéresse pas.”

Bali Kerei, doyenne du clan des Sakuddeï

Accordant une grande importance aux esprits, qu’ils respectent profondément, cette tribu connue que depuis une quarantaine d’années, vit en harmonie totale avec la forêt sur l’ile de Siberut dans l’archipel des Mentawaï, à l’ouest de Sumatra en Indonésie.

A ce propos, écoutez l’interview de Patrice Franceschi, par Ulyssemag.com en Mai 2006.

Siberut

Malgré un littoral difficile d’accès, l’équipe aborde l’île par l’ouest pour trouver la rivière qui les mènera au cœur du pays sakuddeï. Ils sont accompagnés de June, Mentawaï, étudiant en Anthropologie, véritable clef pour approcher ce peuple de chaman sert d’interprète.

Leur territoire est marqué le long de la rivière de fétiches sur de longues perches, symbolisant les choses qui leur importent le plus.

La grande case collective, “Uma” est ornée de crânes d’animaux domestiques ou sauvages. Tournés vers l’extérieur et l’intérieur de la case, ils doivent expliquer aux animaux vivants que même s’ils sont mangés, ils resterons avec la communauté.

Les Sakuddeï pensent que l’âme peut s’échapper du corps au cours de la vie. Alors ils se tatouent pour plaire à leur âme. Lui évitant de partir faire pas de mauvaises rencontres.

Leur vie est rythmée de rituels chamaniques leur permettant de vivre en harmonie avec les esprits. C’est ainsi qu’ils parlent aux arbres, aux outils et aux animaux. Ils consultent les entrailles pour voir l’avenir. En vivant dans le surnaturel complet, ils trouvent la vitalité pour résister à l’assimilation du monde moderne. Ils ne choisissent des cultures extérieures que ce qui n’altèrera pas leurs croyances et leur harmonie.

C’est ainsi qu’ils ont résisté collectivement et pacifiquement aux pressions des missionnaires et du gouvernement, qui les poussent à abandonner une existence communautaire et autarcique.

L’équipe est autorisée à rester.
Les Sakuddeï leur proposent même de les suivre à la cueillette ou à la chasse, l’activité noble des hommes. Pour attraper singe ou porc sauvage, ils enduisent les pointes de leurs flèches avec un poison confectionné à partir du pressage d’une plante particulière. Le durian est leur fruit préféré. Ils rapent aussi le palmier sagoutier dont ils traitent la pulpe pour la manger.

La rencontre avec l’équipage de La Boudeuse permet aux Sakuddaï d’entrer en contact avec Reinhard Schefold, un ethnologue suisse qui passa plusieurs années en leur compagnie.

Pour aller jusqu’au bout de l’échange entre les deux cultures, les Sakuddeï sont accueillis dans l’univers de La Boudeuse. Ils confieront qu’ils étaient aussi curieux de voir les femmes à bord de La Boudeuse.

A suivre …

*****************

* Les derniers des Sakuddeï, Libération.fr, 05-05-2001

* Patrice Franceschi, Aventurier, Bernard Biancarelli, Albiana.

* Retrouvez ce premier documentaire, Les 33 Sakuddeï, sur le DVD “La Boudeuse, un voyage hors du commun – Vol. 1 – Les aventuriers des îles oubliées”, éditions MK2

La boudeuse

* Retrouvez cet expédition, dans le livre “Les 33 Sakuddeï” de  Vladimir de Gmeline, premier de quatre livres faisant revivre ces expéditions dignes du siècle des Lumières, composés d’un journal de bord, d’une quinzaine d’encadrés techniques et de contributions de scientifiques.

les 33 sakuddei

* « Il faut être solide psychologiquement quand on part pour une expédition. A chaque fois, c’est une conquête de la connaissance de l’autre. Je ne crois pas à la vision du voyage pour sortir du spleen. Si on part dans cet état d’esprit, on emmène son mal de vivre avec soi et ça ne règle pas le problème. (…) En ce moment, je dirige un équipage, demain je peux être écrivain, hier j’étais réalisateur, après-demain prof. Je me donne les moyens de faire ce qui me plaît. (…) Cette attitude a un prix. Je finance mes campagnes d’exploration par des livres, des films, des DVD, mais aussi par des emprunts aux banques et l’aide de quelques partenaires techniques. Le but est de ne pas perdre d’argent. »

Patrice Franceschi, L’invité Ulyssemag.com, 01-05-2006

Albert Camus – n°3

La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.

Albert Camus

L’avis très orienté du Parapentiste !

Pour ceux qui confondent encore le parachute et le parapente, c’est confondre De Fontenay et Miss France?! L’une donne plus envie que l’autre?! Non?

Suspentes et lignes, Jean-Marc, Ainteam Parapente

Mot d’Enfant … n°11 – Ethnologue en herbe

- Oh, pourquoi tu ranges Maman ? … Papa va venir ?
- Euh … non c’est juste plus agréable de vivre dans un endroit en ordre.
- Non, quand Maman range le bazar, Papa va venir !
- … Hum … … Petit Ginkgo range tes jouets maintenant …

Petit Ginkgo, 2 ans et 10 mois

Verdigi sur le chemin des 14-15 ans – Prix Dourdan poche

L’Homme de Verdigi fait parti des 5 livres de la sélection du prix littéraire initié par la ville de Dourdan, dans l’Essonne :

“Un double objectif : faire découvrir la littérature contemporaine et croiser les niveaux 3ème et 2nde.”

Blog du Prix Littéraire Dourdan Poche

Difficile de rencontrer l’auteur d’ici le vote en Mai 2010 …

Archipoche rencontre Patrice Franceschi, le 1er Octobre 2008 sur La Boudeuse à quai (Paris), pour parler de L’Homme du Verdigi, une parabole sur les pays où l’on arrive jamais, une métaphore sur l’écoulement du temps.

La Boudeuse 2009 – Cap Vert

11-12-09

îles du Cap Vert, Bernard W, 11-12-09, 16h12

Ah … Le Cap Vert … Ile de Santiago …

J’en ai bien une autre en tête … Santo Antao !

Ravintsara …

Petit héritage de Mongolie … absolument pas endémique ! ;)

Le Ravintsara se présente sous forme d’huile essentielle issu d’un arbre de la famille des Lauracées appelé ‘’Cinnamomum camphora’’, originaire d’Asie et  implantée à Madagascar au XIXe siècle.
Les anciens lui prêtent les propriétés suivantes : combattre la douleur, détruire les microbes pathogènes, soulager les contractions musculaires, dégager les voies respiratoires. En tout état de cause, elle semble stimuler les mécanismes de défense contre les infections.

ravintsara

De récentes études  sont venues confirmer que l’huile essentielle de ravintsara est probablement l’un des plus puissants antiviraux naturels connus : Ravintsara : la star des huiles essentielles antivirales

* Antiviral naturel : action à la fois sur l’inhibition de la formation des acides nucléiques viraux (ADN et ARN) ainsi que sur l’inhibition de la réplication virale.

* Renforçant des défenses immunitaires : la superoxyde dismutase du ravintsara protège la cellule du stress oxydatif.

* Anti-inflammatoire et antioxydant : le 1-8 cinéole (le ravintsara en contient 70%) permet d’inhiber les médiateurs de l’inflammation.

* Antiseptique et relaxant physique et psychique : présence de terpènes (l’alpha-terpinéol) actifs au niveau du système nerveux central.

Enfin, la clef pour éviter tous les miasmes de l’hiver …

Pourquoi le flacon est-il donc toujours
bien rangé dans l’armoire ?

Alors que Petit Ginkgo et moi avons un vrai Maine Coon dans la gorge …

***********
L’huile de ravintsara : une huile essentielle aux mille vertus, pagetronic.com
Ravintsara : la star des huiles essentielles antivirales, Soignez-vous.com, 12-11-2007

Jean Grenier

J’ai besoin du loin. Revenir le coeur à l’envers, la tête ailleurs avec l’impression que personne ne nous comprend et repartir pour trouver des gens qui nous comprennent !

La Boudeuse 2009 – Et l’Ambassadeur de France au Sénégal

Dakar ne semble pas une escale comme les autres …
Le Capitaine de La Boudeuse devait avoir une dizaine d’année quand ses parents s’installent au Sénégal. C’est d’ailleurs à Dakar qu’est né son frère, Eric Franceschi.
L’escale est aujourd’hui, plus officielle …

Ce 4 Décembre 2009, La Boudeuse rencontre Jean-Christophe Ruffin, ambassadeur de France au Sénégal : La Boudeuse – Au port de Dakar.

Senegal 04-12-09

Jean-Christophe Ruffin est tout d’abord médecin : pionniers du mouvement humanitaire Médecins sans frontières où il a cotoyé Bernard Kouchner. Durant les 20 années qu’il a consacré aux ONG, il y a eu aussi Action contre la faim (ACF) en Éthiopie, la Croix-Rouge Française, Première Urgence.

Depuis 2007, ce voyageur qui a travaillé au quatre coins du monde (Nicaragua, Afghanistan - ah, tiens, ça me rappelle quelque chose …- Philippines, Rwanda et les Balkans) est nommé Ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie.

Cet ancien maître de conférence est un écrivain accompli, membre de l’Académie Française, dont les écrits sont teintés d’— Albert Londres, Joseph Kessel, Henry de Monfreid — et des visionnaires comme George Orwell et Ray Bradbury.

Les ONG … Voilà un point commun avec P. Franceschi.

Dans les années 1980, Franceschi fonde l’association Solidarités Afghanistan.
De 1992 à 1994,  il est coordinateur en Somalie de l’aide gouvernementale française. Il devient ensuite consultant permanent auprès du cabinet du ministre délégué à l’Action humanitaire et aux Droits de l’homme.

Somalie 26-11-1992 – 1min 34 (Curseur à 38s)

retrouver ce média sur www.ina.fr

Riz Somalie – MIDI 2 – 08/12/1992 – 01min57s (Curseur à 54s)

retrouver ce média sur www.ina.fr

Bateau riz Mogadiscio – MIDI 2 – 16/12/1992 – 01min50s (Curseur à 1min02)

retrouver ce média sur www.ina.fr

Une vie déjà bien remplie, avant La Boudeuse …
En dehors des explorations, Patrice Franceschi a mené de nombreuses missions humanitaires en Roumanie, Bosnie, Somalie, Soudan, Rwanda, Kurdistan, mer de Chine, Cambodge, etc.

Les conversations devaient être passionnantes à Dakar … !?

*************
La Boudeuse en escale à Dakar, Ambassade de France au Sénégal, Dec 2009
Sénégal : le trois-mâts La Boudeuse mouille à Dakar, rfi.fr, 10-12-2009

Franceschi, chasseur d’horizons, Aventures-Extrêmes Magazine.
Humanitaire en Somalie, Patrice Franceschi,  ina.fr, nov-dec 1992

Isabelle Eberhardt – n°2

Il faut apprendre à sentir plus profondément, à mieux voir et, surtout, encore et encore, à penser.

Isabelle Eberhardt, Lettres et Journaliers

Boite de Couleur n°2

Après de longues vacances, voilà Petit Ginkgo revenu aux activités Montessori par le biais du plateau du tri des boutons. J’en profite alors pour introduire une nouvelle boite énigmatique … la Boite de Couleur n°2.

La règle dit que l’on sort cette activité quand la Boite de Couleur n°1 (Rouge, Jaune, Bleu) est faite correctement puis quand la leçon en 3 temps est arrivée à son terme.

La difficulté avec la Boite n°1, c’est que Petit Ginkgo ne va pas la rechercher  seul. Ensuite, il réalise les paires avec aisance mais zappe dès que l’on arrive à la deuxième étape de la leçon en 3 temps et commence à vouloir s’en servir comme route pour ses voitures … Immature pour l’activité ?

La Boite n°1 étant restée longtemps à l’abandon et après observation, je soupçonne l’enfant d’avoir, entre temps, acquis les connaissances par d’autres biais (quelle toupet !) et de trouver la boite n°1 bien trop ennuyeuse ou simpliste.
J’utilise donc la Boite de Couleur n°2 pour raviver son intérêt pour les couleurs.

A peine, ai-je posé la première paire, qu’il continue par lui même … Parfaitement appliqué à sa tache.

Je l’interroge ensuite sur le Noir, le Blanc, l’Orange, le Rouge, le Bleu sachant qu’il les connait déjà, afin de recenser les couleurs que nous prendrons pour la leçon en 3 temps : Gris, Violet et Orange (transition entre ce qu’il connait et ce qu’il découvre)

Petit Ginkgo est fort intéressé et attentif jusqu’au bout de la deuxième étape (“Montre moi Gris, montre moi Violet, montre moi Orange”). Pas question de route, ni de voiture … une concentration profonde jusqu’au bout !

Toute la question avec Petit Ginkgo est de trouver l’équilibre entre avancer trop lentement (désintérêt car déjà dépassé) et le pousser (absolument pas dans l’esprit).
Or à pas 3 ans, il avale les connaissances avec une rapidité déconcertante puis se désintéresse de la source … Dur de s’ajuster quand on sait l’utilité de la répétition des activités chez Montessori qui exerce les sens et ancre les sensations au plus profond.

Quand reprendra-t-il la Boite de Couleur n°2 ??
Vous le saurez au prochain épisode … ou pas !

Les lutins combinards …

Cette histoire est toujours un peu étrange.

Les lutins du Père Noël profitent du bain pour emballer les précieux trésors, toujours sur le qui-vive ! Et ils ne sont pas au bout de leurs peines … avec la migration saisonnière.
Cf l’année passée : Parce qu’un sourire émerveillé le vaut bien !

D’ailleurs, les lutins se sentent exploités : on leur pique leurs idées, on leur demande de se les procurer, ensuite de les empaqueter, de les mener, le tout avec brio !

Le Père Noël se débrouillera pour les offrir …

A lire aussi : Parce qu’un sourire émerveillé le vaut bien !

Antoine de Saint-Exupéry n°13

L’illumination n’est que la vision soudaine, par l’esprit, d’une route lentement préparée.

Pilote de guerre

Mot d’Enfant … n°10

- Ça … ça pique les dents ! Qu’est-ce que c’est ?
- Des épices.
- Ça pique les dents les ‘pices !

Petit Ginkgo, 2 ans 10 mois.