Patrice Franceschi – n°25

Je ne sais pas si cela a été votre cas, mais je me suis aperçu assez tôt que, pour accomplir ce que j’avais à accomplir, le temps m’était compté. C’était une prise de conscience, comme une sorte d’injustice de la vie. J’ai compris alors que je devrais toujours tenir compte de ce rapport au temps. Et en être économe. Le seul gaspillage que je ne devrais jamais consentir serait celui du temps. Mes vrais ennemis aujourd’hui sont ceux qui me prennent mon temps pour n’en rien faire.

Je me suis mis très jeune dans une posture personnelle par rapport au temps, me faisant l’obligation de vivre chaque instant de manière absolue, c’est à dire de le vivre à la fois dans le passé, le présent et l’avenir. Vous ne pouvez imaginer les efforts désespérés que je fais toujours pour donner cette dimension au temps, pour faire de chaque moment de vie cette somme des actes du passé, de ceux vécus au présent et du rêve de ceux de l’avenir. J’échoue le plus souvent.

Patrice Franceschi, De l’Esprit d’aventure (Editions de L’Aube, p 94)

Théorie de la communication virtuelle.

Les blogs perso … monologues égocentriques +/- intimistes exposent les états d’âmes, les centres d’intérêt, les coups de cœur ou les réflexions personnelles des auteurs du dimanche.

Pourquoi ces internautes se découvrent-ils ainsi ?

Déjà quelques suppositions sur le sujet
dans Théorie Exhibitionniste …

Or dernièrement, suite à une méprise regrettable sur l’identité de votre Capsicum, la question de l’anonymat est venue ombrager le paisible cheminement de Là où je t’emmènerai …

Pourquoi se camoufler derrière un pseudo alors que l’on écrit de banales errances, sans intérêt ?

* Déjà parce que l’identité de l’auteur d’un blog n’apporte en réalité aucune valeur ajoutée, seul compte le sens, le message véhiculés par les simples écrits partagés. (A moins que vous tentiez de le psychanalyser !)

* Après, parce que l’entourage a forcément une influence sur les réflexions de l’auteur … et qu’aussi fécondes soient ces situations vécues, l’auteur ne peut se permettre d’exposer publiquement une intimité qui ne lui appartient pas.
(Sinon, il n’a qu’à se taire … et le blog n’a donc pas lieu d’être !)

* Ensuite, parce que le mystère génère l’attention …

* Encore, parce que ce qui est édité sur la toile n’appartient plus vraiment à l’auteur lu par des inconnus, la famille, son employeur (ancien/actuel/futur) ou par des connaissances (+/-  proches).
La vie virtuelle peut parfois dramatiquement influencer la vie réelle :
Certains regretteront-ils à 45 ans d’avoir exposé les bacchanales de leur 25 ans …  ? (Cf Amis en chaine ou chaine d’Amis ?)
Capsicum en connait aussi qui ont perdu leur travail pour en avoir un peu trop parlé sur le net !

* Enfin, parce que certains lecteurs ne prennent pas les banalités de l’auteur à leurs justes valeurs.
Et bien qu’il ne faille pas se leurrer sur l’efficacité de ce type d’anonymat, il protège un minimum de quelque intérêt démesuré ou malsain.

Ainsi même si bouder son identité produit des déconvenues – bien malgré Capsicum – c’est quoi qu’il en soit le meilleur outil populaire d’expression libre

Seules comptent les idées …

Cessons de penser que tout le monde est beau et gentil !

A lire aussi : Qui gonflera encore Capsicum avec l’anonymat ?

Mal de Mer à Terre …

Capsicum n’a pourtant pas rencontré la Raclette Mutante de Boulet dans ses songes !

Les joies du démènagement !

Bricol’Girl s’est transformée en déménageuse bretonne de choc, option manageur du montage de meuble.

Au programme … Rhum arrangé et tranches de rigolade !

A quand notre tour ?

La Poutre du Temps … n°2 – Ready !

I have made it !!!

Un fichier Excel, une mince latte de bois de 1 m 87 (gardée parce que “On ne sait jamais, ça peut toujours servir !”), deux baguettes chinoises, deux élastiques, une paire de ciseau, du scotch, une soirée entière et voilà notre outil de mesure du temps (à la façon Montessori) prêt à l’emploi …

Il ne reste plus à Petit Ginkgo qu’à dessiner ou écrire les évènements de notre vie !

Petit Ginkgo s’éclate à coller le jour de la semaine tous les matins !

Allez pour ceux qui suivent …
Sachant qu’un mois s’étend sur 65 cm, de quelle longueur, en mètre, est notre poutre du temps annuelle ?

Précédemment : La Poutre du Temps …

Mot d’Enfant … n°24 – Liste au Père Noël

Je vais demander au Père Noël de me rapporter :
- Un crocodile
- Un serpent
- Deux motos
- Un requin blanc
- et … de la patate à modeler !

Petit Ginkgo (3 ans et presque 3 mois) qui attend avec impatience qu’il neige …

La Poutre du Temps …

Petit Ginkgo s’intéresse au temps …

Jusque là, pour parler du passé, 1 jour, 1 mois, 1 an, il disait “hier”. Mais je sens bien depuis quelques jours que la notion “hier” vient de s’affiner.

Voilà des semaines que je me demande comment installer la poutre du temps. La bande de plusieurs mètres représente une année jour après jour, mois après mois.

L’enfant y place les jours de la semaine, les mois, les saisons et les évènements particuliers. Il se repère dans le temps et acquière ainsi la notion de mesure du temps.

Pour exemple :

Le Jardin de Kiran

Mais c’est qu’elle prend de la place cette frise !!

Certaines mamans Montessori ont trouvé le moyen de l’enrouler à chaque extrémité pour restreindre sa taille. Cela me parait être la meilleure solution, en laissant au moins l’espace d’un mois minimum pour que  l’enfant voit le temps écoulé entre tel et tel évènement.

Pour exemple :

Galerie de valilouve (Princesse Petit Pois)

Le salon est bien envahit d’étagères pleines de matériels, de plateaux, etc … alors trouver un mur vide pour placer la poutre du temps,  relève de l’exploit !

En attendant que je me décide et pour aussi se familiariser avec les habitudes de sa prochaine classe de Petite Section de Maternelle, nous scratchons la date tous les matins :

Pas trouvé en cursive …

Cela amuse cependant beaucoup Petit Ginkgo !

Mais si les principes de jour, date, mois, saison et météo, sont abordés la notion de déroulement du temps est complètement exclues.

La Poutre du Temps a donc vraiment son utilité !

A moi de jouer …

A lire aussi : La Poutre du Temps … n°2 – Ready !

Méditer

Le 29e numéro de “Vous aurez le dernier mot”, l’émission de F.O.G, de ce soir 23 Avril 2010 à 23h05 recevra – entre autres – Bernard Giraudeau.

L’acteur, auteur, réalisateur, baroudeur vient présenter le livre Méditer de Jon Kabat-Zinn, paru aux éditions Les Arènes, pour lequel Giraudeau guide par la voix les 12 exercices de méditation, enregistrés sur le CD accompagnant le livre.


L’ouvrage expose cent petites leçons de conscience et de recommandations pour suivre les méditations guidées.

Ça ne va pas m’aider à ne plus voir des moines bouddhistes partout !

Jon Kabat-Zinn est le précurseur de la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (mindfulness) aux USA dont l’influence commence à se répandre en Europe, grâce aux Thérapies Cognitives et Comportementales (Cf. David Servan-Schreiber et Thierry Janssen).

 

 

“Les pratiques les plus sophistiquées et les plus systématiques pour cultiver la conscience méditative, ou pleine conscience, ont été développées dans la tradition bouddhique; celle-ci néanmoins de par son essence universelle, s’adresse autant aux Occidentaux qu’aux Orientaux. Elle consiste en une certaine manière de diriger son attention, en utilisant au maximum les capacités de son esprit et de son corps au cours d’un travail de toute une vie : il s’agit d’apprendre à grandir, à guérir et à communiquer. Et, détail appréciable, la pleine conscience peut se pratiquer chez soi ou partout ailleurs sans devoir suivre un enseignement spécifique.”

Jon Kabat-Zinn


La Boudeuse 2010 – Journal d’un “Mousse” n°7

Remarquez que l’actu de La Boudeuse et les info “satellites” arrivent par vague !
On a beau chercher partout … rien pendant des semaines et quand l’un publie les autres s’y mettent aussi !

Hier, ce sont quelques images, dessins et photographies “Guyane” qui apparurent sur le blog de Claire Lebourg qui profita de l’aventure 2 semaines durant, par le biais du concours BNP-Paribas.

Capsicum était curieuse de découvrir quelle aquarelle produirait l’œil de cette artiste … et bien c’est fait :

Quant au marin ???

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Journal d’un “Mousse” n°6 / La Boudeuse 2010 – Préparatifs de départ !

**************

Guyane, Claire à Buenos Air, 22-04-2010

La Boudeuse 2010 – Préparatifs de départ !

Ma réactivité n’est plus ce qu’elle était …

… alors que Terre-Océan publiait hier soir un nouvel article Fin de la mission en Guyane, départ prochain pour le Vénézuela et l’Orénoque !

“(…) Une future mission qui s’avère complexe d’un point de vue administratif et diplomatique avec un Etat vénézuélien très instable… (…)”

Iront-ils jusqu’en Colombie pour – entre autres – visiter les Yuhup ?

Le départ pour l’Orénoque est prévu pour le lundi 3 mai 2010.

Richard Renfro, futur Doc du bord, attend d’ailleurs toujours impatiemment son embarquement pour le 26 Avril 2010 : L’exploration de l’Orénoque se confirme………

La Marine Nationale évoque  Les deux dernières missions des Audacieux à bord de L’Audacieuse, qui embarqua notamment l’”Ecrivain du Bord” de La Boudeuse Sophie Mousset et 4 autres “camarades” :

“Fin mars, l’Audacieuse a embarqué 5 marins du 3 Mâts d’exploration La Boudeuse, actuellement en Guyane pour sa mission terre-océan, afin de leur faire découvrir notre métier et les enjeux face à la pêche illégale en Guyane. Cette sortie, initialement prévue pour le lancement de la fusée V194, a donc permis de parfaire la qualification opérationnelle de l’équipage lors de divers exercices à la mer et de rencontrer nos confrères de La Boudeuse qui partagent la même passion que nous : la mer.”

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Les dernières semaines en Guyane.

*******************

Fin de la mission en Guyane, départ prochain pour le Vénézuela et l’Orénoque !, Terre-Océan, 21-04-2010
L’exploration de l’Orénoque se confirme………, Renfro Au Bout du Monde, 22-04-2010
Les deux dernières missions des Audacieux, Ministère de la Défense, 16-04-2010

196 Vis …

Votre Bricol’Girl de service a toujours aimé les jeux de construction !!

Et dire qu’il y avait 288 vis au total. ;)

L’avenir nous dira si se passer des 92 vis restantes était une bonne idée …

Maria Montessori – n°3

N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter.

Pédagogie Scientifique, Tome 1 (1958)

Voyage Intérieur – n°6

Quand l’instinct commence à vous dire : “Pourquoi aller chercher la petite bête là où tout va bien ?”

C’est aussi un syndrome de la vie quotidienne que vous avez expérimenté : vous reconnaissez vos erreurs devant votre interlocuteur et il s’en sert ultérieurement pour vous river le pion. Et ce … même si ça n’a rien à voir !

Et puis fouiller dans sa vie d’enfant de 0 à 3 ans – alors que l’on est soumis +/- efficacement à l’amnésie infantile de ce jeune age – est une tache qui s’avère délicate !

Y’a de la rébellion dans l’air !

… ou bien Miss Démêlage a touché un point intéressant.
C’est selon !! ;)

Nicolas Messyasz à l’honneur !

Le blog français d’Etsy rencontre Nicolas Messyasz à travers 6 photographies choisies par le photographe : Interview en images – Nicolas Messyasz

Nicolas Messyasz – 19 Janvier 2009

Qu’il n’aborde pas Depardon, m’aurait étonnée  !!

Ecole Maternelle – Acte 1 – Prérequis

Franchement … j’ai vraiment du mal !!

A force de trainer mes guêtres talons dans les classes de Petite Section, j’ai une assez bonne idée du programme. Or Petit Ginkgo est déjà capable de faire une bonne partie de ce qu’on demande à un bambin de cette classe !

De plus Petit Ginkgo n’ira à l’école que dans 5 mois et d’ici là je ne doute pas qu’il maitrise encore de nouveaux concepts !!

Peut-être faut il qu’il dessine un Bonhomme Pétard au lieu du bon vieux Bonhomme Tétard pour attirer l’attention ?!

Comme toute mère très fière de sa progéniture, je me demande s’il ne va pas s’ennuyer en classe !
Du coup, par un effet de mon esprit un peu trop flexible, je me dit que la maitresse proposera bien de le faire passer en Moyenne Section au bout du premier trimestre, si elle s’aperçoit qu’il en a besoin !

Et bien NON !

Mme la Directrice Canada Dry m’affirme qu’ils n’en ont pas le droit, que les enfants nés jusqu’au 31 décembre 2006 entrent en Moyenne Section et que ceux nés après entrent en Petite Section ! C’est la loi de l’Education National même dans le Privé …
Il n’y a pas de passerelle envisageable ni en cours ni en fin d’année. C’est parfois possible en fin de cycle, pour les cas extrêmement particuliers faisant intervenir la grosse artillerie des pédopsy-psychomotriciens !

Ah … ces parents, je vous jure, toujours à croire que leur enfant est un génie !
Même si l’enfant a seulement 1 mois de moins qu’un autre né au 31 décembre 2006 et qu’il montre quelques facilités !!

Ah … cette souplesse d’esprit !

Et bien nous verrons …
Il est possible que même si Petit Ginkgo est très à l’aise en langage, compréhension des phénomènes qui l’entourent, autonomie, etc, il soit rétif au travail purement scolaire.

Pourtant je déplore cette rigidité de structure et de pensée éducative par laquelle dès le plus jeune âge le système – pour avoir la paix – tente de faire rentrer les individus dans des cases, sans même rencontrer les enfants au préalable.

Pourvu qu’à l’intérieur même des classes
les enseignants s’adaptent un minimum aux enfants !!

Maria Montessori doit se retourner dans sa tombe à chaque rentrée scolaire !

Louis Brauquier

L’homme passe sa vie à lancer des amarres,
Puis, quand il est saisi dans le calme du port,
Pour peu qu’à l’horizon une fumée l’appelle.
Il regrette à nouveau la liberté des mers.

Louis Brauquier

Ceux qui écoutent la radio sauront où je l’ai péché !

La Bibliothèque de Bernard Giraudeau

Vincent Josse, dans la très belle émission Esprit Critique de France Inter, rendait visite à Bernard Giraudeau, vendredi 16 Avril 2010.

A écouter  -> ICI (curseur de 9 min à 20 min)

Sans envolée lyrique puisqu’il parait qu’on écoute pas la radio pendant ses heures de boulot !!

Survol de Platitude Land …

Sur un coup de tête !

Il y a des après-midi irréels où le bruit du moteur, le déplacement de l’aiguille de l’alti, la chaleur sous la verrière, l’odeur de carburant transporte Capsicum hors du temps …

DR-400

Oublier ces réminiscences pour … voir l’émerveillement dans les yeux d’un enfant et sa main tenant la votre alors qu’un large sourire envahit son visage.

Et oui … encore une chose à apprendre avant de mourir !


Bibliothèque ergonomique …

… enfin quand on sait que les livres et les BD sont gracieusement disposés là où le séant découvert est maintenant confortablement installé, sur bois de bouleau !

Petite salle des cartes du monde, très privée !

Marc Alaux

Les conditions économiques ne sont pas les seules à pousser à s’implanter dans les faubourgs de tentes.

D’autres motifs prévalent parfois, telle la notion d’espace et d’habitat propre aux nomades autant qu’à leurs descendants immédiats : aux pièces anguleuses des appartements, assimilées parfois à des geôles, les récalcitrants à la vie sédentaire ont longtemps préféré la rotondité naturelle de la yourte.

Sous cette tente devenue emblème national, chaque ustensile est à portée de main, et les habitués disent y avoir toujours à s’occuper (alimenter le poêle, aller puiser de l’eau …) ; l’espace est aéré quoique la chaleur s’y conserve bien, la lumière provient naturellement du toit, les murs laissent deviner ce qui se passe dehors et le temps qu’il fait ; l’esprit y raisonne librement, à l’inverse d’entre des cloisons ; le réseau familial, d’amis et de connaissances, fort développé en Mongolie, s’entretient davantage sous la yourte, où se sont façonner les coutumes, que dans les immeubles où portes et murs de béton isolent des voisins.

“Méfie-toi des maisons comme des tombeaux”, disent certains, qui affirment aussi que l’organisation interne de la yourte respecte les règles d’harmonie du feng-shui.

Toujours est-il que la yourte laisse la possibilité d’être démontée, de représenter un habitat saisonnier (des citadins en font leur résidence estivale, installée en lisière des villes).

Cet habitat convient à ceux dont la perceptions de la vie nécessite une indépendance. Habiter une yourte citadine peut donc être un choix. Sans doute ceux qui se sentent libres ont-ils besoin d’un tel logement.

Ce qui frappe, c’est l’importance vitale de la yourte et sa pérennité malgré le développement d’Oulan-Bator. Par obligation ou par choix, quoi qu’en disent les entrepreneurs et le gouvernement, elle incarne la Mongolie, rurale et urbaine.

Sous les Yourtes de Mongolie (p48)

L’état d’esprit nomade face à la modernité occidentale y est si bien exprimé qu’il n’y a rien à ajouter de plus !

Joseph Kessel n°3

Tout homme, pourvu qu’il soit courageux au travail comme au danger, en vaut n’importe quel autre et que seule la vie faussée des villes permet aux pleutres et aux inutiles d’en imposer à meilleurs qu’eux.

Si actuel !

Patrice Franceschi – n°24

Si le temps est effectivement la chose la plus importante que nous possédions, nos souvenirs sont notre seule véritable richesse.

Patrice Franceschi, De l’Esprit d’aventure (Editions de L’Aube, p 79)

Namibie … Thème récurrent !

Cécile et ses trois bambins en voyage… relate tout d’abord un mois de voyage en Namibie.

Namibie

L’année suivante, ils decident de passer 10 mois autour de l’Asie : Inde (Kerala et Rajasthan) / Thaïlande (sud)/ Cambodge / Vietnam / Laos / Thaïlande (nord)/ Birmanie (enfin Malaisie)/ Indonésie (Sumatra, Rinca et Bali)

Viet Nam

Un sacré bout de femme !

****************

Le Blog de Cassandre

 

Ah … MSN !

“Les Invisibles” vous connaissez ?

Ceux qui se font piquer parce qu’ils apparaissent quotidiennement et systématiquement dès qu’un ami commun se connecte …

Réflexe pavlovien particulièrement fascinant !

Trop sérieuse … Trop rationnelle … Trop chiante …

… mais j’me soigne !

Je le sens bien … la folie douce m’abandonne en ce moment !!
Empêtrée dans la rigueur, dans le convenu, je m’englue dans le relationnellement correcte. Un peu trop scrupuleuse sûrement.

Alors, c’est décidé ! Rien n’est perdu …
Demain, c’est fantaisie à tous les étages, mais surtout au quotidien … pour des bricoles, pour des fous-rires, pour des instants à part, à l’intérieur, à l’extérieur !

 

On pourrait citer Belle Maman – parmi d’autres et tout à fait au hasard ! – qui pense que Capsicum est bien barrée … mais chacun son référentiel !!

Dans le mien, Capsicum est un peu fadasse en ce moment.