Pinces à linge.

Parfaite activité Montessori de vie pratique …

06-07-09

Les Blocs Cylindres Montessori

Nous devrions rester avec les activités de vie pratique, vu son jeune âge, mais il prend plaisir à jouer avec les blocs cylindres Montessori. Pourquoi se priver ?

D’autant que la première fois que je lui ai présenté l’activité, il est resté concentré jusqu’à ce qu’il réussisse à remettre tous les cylindres !

05-07-09

Quand les lectures tourmentent l’esprit !

Voilà de nombreux mois, ne sachant quoi lire lors d’un passage chez mes “Beaux-parents”, Ange me propose le récit de voyage d’une famille d’amis : les Meffre.

Je commence à lire, puis laisse l’ouvrage de coté. Plusieurs mois plus tard me voilà fasciné par ce récit. Je n’en suis pas à ma première lecture de ce type mais là, l’histoire porte une forte résonance dans ma tête. Elle fait écho à une longue réflexion amorcée à l’adolescence puis réactivée lors de mon congé maternité-parental, l’année dernière.

A cette période, alors que cette option n’était qu’ envisageable, elle finit par s’imposer à moi. Pourquoi ne pourrait-elle pas se concrétiser. Nous avons tous les moyens pour. C’était il y a déjà 1 an.

Un projet comme celui là est plus qu’une sympathique année sabbatique, c’est une philosophie de vie sur une période définie (pour commencer !). L’idée du projet semble faire son chemin et je commence à rassembler des paramètres concrêts : organisation, compétence, financement, bateau, éducation, documentation, etc
Concernant les Meffre, cette soif de liberté m’est très naturelle. Leur passion pour l’Australie est décidemment partagée. Leur voyage en Tasmanie me remèmore tant de paysages. La voile est le support de l’aventure. L’éducation des enfants à travers la découverte sans user ses fond de culotte sur le banc de l’école est toute ma préoccupation. Je veux transmettre à mes enfants, cette notion de choix. Et me revoilà à fond, à fond, à fond.

Pour réaliser un tel projet, il faut que la famille regarde dans le même sens … Même si une telle aventure lui parait lointaine, Ange ne semble pas rétif, bien au contraire. C’est déjà un début.

Et comme le rêve n’est rien sans action, il est prévu que je parte une semaine jusqu’en Corse, avec un vieux copain et ses amis, histoire de me prouver à moi-même que je vaux encore quelque chose à la voile.

Les Versés.

Voici sa première activité Montessori, digne de ce nom !

verses

Petit Ginkgo s’applique a verser ces haricots rouges d’un récipient à un autre . Pas toujours avec succès ! Peu importe ! Cette activité de vie pratique, qui l’amuse beaucoup, lui permet d’exercer sa coordination et aussi d’améliorer sa préhension des petits objets, quand ils tombent à coté ! Joindre l’exercice à l’amusant.

Petit Ginkgo a 1 an !

Bon anniversaire petit gars.

01-02-08

Après cette année passée à vivre à ton rythme, j’ai découvert un pan entier de ma personnalité que je ne connaissais pas … un sentiment maternelle terriblement fort ! Moi égoïste, active, farfelue …

Je suis émerveillée par tant de soif d’apprendre : A peine pouvais-tu te mouvoir que tu te mettais à plat ventre, à peine restais-tu assis seul (5 mois), que tu voulais te mettre debout (7 mois), à peine commençais-tu à marcher avec notre aide (8 mois) que tu n’arrêtais plus. Une fois que tu as fait tes premiers pas seul (10 mois), tu as vite pris ton autonomie. Tu as alors développé une vraie passion pour les escaliers !

Te regarder t’émerveiller pour un livre, te mettre à danser dès que la musique résonne m’emplit de joie. Tu démontes, fais tourner les roues, essaies de visser. Tu prends ton indépendance avec fierté, affirme ta volonté, sans pour autant être tête de bois.

Bien que je sois persuadée que cette affection soit initialement biochimique par le biais des hormones de la grossesse puis de l’accouchement et ensuite de l’allaitement, je suis capable de me lever 10 fois par nuit quand tu fais des dents. Et ça, pour moi, c’est un exploit ! Nous ne sommes que des animaux. Cette affection est inscrite au creux de mon ventre.

Merci pour ce rayon de soleil que tu as introduit dans nos vies. Que les vents te soient favorables !

Sur les chapeaux de roue !

J’ai repris le chemin du boulot la semaine dernière chez Industrie & Co et ça fait quand même un choc. Smilie_PDT
Quant à Petit Ginkgo, lui et son packtage ont intégré une nouvelle maison : celle de Nanou. La connaissant depuis déjà plusieurs mois, il s’est bien habitué, malgré la gastro que Ange nous a ramenée, puis une grosse pneumopathie. Pas terrible pour une première semaine !

Comme si, la semaine avait été trop calme, nous avons passé le WE à la concession Renault pour essayer une Logan MCV. (On avait envie de beaucoup de place, pour Petit Ginkgo, Shy et 2 voiles de parapente). Mais son niveau sonore nous a vite fait changer d’avis. Et puis, on a flashé sur un autre modèle, qui me rendra moins nerveuse question sécurité avec Petit Ginkgo, que notre bonne vieille Titine !

La deuxième semaine enchaine avec Nanou absente cet après-midi et des séances de kiné, tous les soirs, pour Ginkgo. Où est passé le temps de jouer tranquillement à la maison ?

Et dire, que la plupart se contente de cette vie là …  Ca ne fait que renforcer ma philosophie. Smilie_PDT

Retour au monde pseudo civilisé !

Il est des moments où l’on prolongerait bien la situation …

Mon Ginkgo va avoir 1 an et le monde du travail se rappelle à moi. J’ai jusque là pu accompagner ses découvertes avec beaucoup de plaisir et c’est non sans un peu de culpabilité que je le laisse à Nanou.

On m’aurait dit ça il y a quelques années, j’aurais sourit !

Il n’était pas prévu que je reste une année avec lui, mais l’opération de Ange, l’allaitement, les progrès de Petit Ginkgo, puis la pression contraire de mon employeur m’ont fait décidé de prolonger l’expérience. Et puis, j’ai horreur que l’on me force la main.

Sans aucun regret, tout au contraire !!

Jeune étudiante, j’avais retenu le conseil d’un consultant disant : pour vous les filles, choisir entre vie professionnelle ou vie de famille, n’y pensez pas encore, la situation, au moment voulu, vous fera prendre LA bonne décision.

Je confirme !

Maintenant, il faut prendre un autre rythme comprenant : travail, nounou, courses, maison, affaires courantes, sachant que Ange n’est là que pour les WE …

Serais-je un bon petit soldat, même si je pense que la situation est un peu absurde ?

Même si nous sommes très capables, en adultes posés que nous sommes :) , de surmonter la situation, une famille est faite pour vivre ensemble … à nous de faire les choix qui s’imposent pour ne pas faire durer trop longtemps la situation.

Je suis consciente que cette année fut un luxe.

Mais certaines femmes rejoignent leur travail alors que leur petit bout n’a que 2 mois 1/2, simplement car c’est l’usage et qu’elles doivent renvoyer l’image de la femme active qui mène toutes les vies de front. Les ainés bien-pensant aiment à mettre en avant la sociabilisation de l’enfant… à 2 mois 1/2 !!

L’avantage que j’ai, c’est que le Petit Ginkgo que je conduis, aujourd’hui, chez Nanou est indépendant dans ses déplacements et dans son rapport avec l’environnement. Il n’est plus le nourrisson fusionnant avec sa mère. Alors pourquoi, ne conduis-je pas moi-même l’enfant jusqu’à l’école (et encore … mais c’est un autre sujet) sans retourner au travail ??

Parce que nous avons des rêves et que pour les voir se réaliser, il faut aussi un peu d’argent !! C’est donc un compromis que nous avons trouvé. Ginkgo n’aura pas 0 à 11 mois toute la vie, alors j’en ai profité. Et maintenant que les acquisitions de base ont été faites, je le sens plus armé pour découvrir une partie de la vie sans moi.

Enfin une piste !

Après Photographe, Architecte, Achi d’intérieur, Veille technologique, Crèche, Sage-Femme, Gite

C’est la préparation du baptême de Petit Gingko qui étaye ma réflexion. Pour l’occasion, je recherche un vêtement de Baptême un peu moins couru que le costume blanc ou la robe de Baptême. Le site d’une “artisane” me séduit.

A distance ou à son compte en indépendant … ? Pourquoi pas ! La question est : dans quel domaine ?

Un trésor que l’on s’arrache.

Pour organiser une belle fête de famille, il faut une occasion légitime (ou emplie de sens), un cadre ensoleillé, confortable au milieu d’une nature épanouie, la promesse d’un repas fin et deux familles détendues et conviviales.

Je me suis donc attelée à la préparation de cette célébration dont Petit Ginkgo serait le centre de toutes les attentions. Malgré notre mince pratique, nous avons rencontré quelques intervenants intéressants et ouverts d’esprit, ainsi que quelques parents investis … Bien que je ne partage pas entièrement la vision de l’Eglise, nous avons quelques convictions que nous souhaitons transmettre à ce petit.

Et c’est non sans mal que nous avons réuni deux familles qui n’avaient pas répété leur complicité lors d’un mariage … Nous avons donc eu tout le loisir de gérer les sauts d’humeur des uns, les requêtes des autres, les malentendus sous-jacents, les fiertés mal placées et le petit confort de girouettes. Heureusement, que dans le lot, nous avions à revendre, bonne humeur, excitation, sourires, émerveillement pour contre-balancer les tentatives de morosité … et surtout une indépendance logistique et financière qui dispensait du poids de la servitude !

L’essentiel étant de faire une belle fête pleine de sens et de promesses, nous nous sommes concentrés sur la vision qu’aurait Petit Ginkgo, une fois suffisamment grand pour comprendre. Cet optimisme sans faille a fini par apaiser les esprits. Même si certains n’ont jamais exprimé leur contentement, d’être associés à cet évènement, nous avons fait abstraction et nous nous sommes adressés, avec quelque malice, à notre Petit Ginkgo, à travers le temps et l’espace :

“Ginkgo, mon enfant,
Symbole indéfectible de notre amour, nous avons souhaité ta venue
et tu nous as révélé à nous-mêmes
Tu réunis, aujourd’hui, autour de toi, deux familles bienveillantes,
Prêtes à t’entourer de leur affection et de leurs valeurs chrétiennes

Ginkgo, mon enfant,
De ton regard émane cette lumière, qui nous a inspiré ton prénom.
Qu’elle t’accompagne, tout au long de ton aventure,
Pour ensoleillé cet avenir qui s’ouvre à toi.

Ginkgo, notre enfant,
Afin que tu deviennes un homme responsable et libre de ses choix,
Nous souhaitons te guider avec confiance, goût de l’effort et volonté.
Afin que tu rêves ta vie et que tu la concrétises,
Nous souhaitons t’apporter ouverture d’esprit et fantaisie.

Ginkgo, mon enfant,
Aussi naturel que d’alimenter ton corps et stimuler ton intellect,
C’est de notre mission
Que de t’offrir la nourriture spirituelle,
Essentielle à ton épanouissement

Ginkgo, mon enfant,
C’est pourquoi, aujourd’hui, ton Baptême marque notre engagement
A te conduire sur la voie de Dieu

Ginkgo, cher enfant, nous t’aimons infiniment.”

Capsicum & Ange

Ce 27 Octobre 2007 fût infiniment chargé d’émotion. Les plus simples prirent beaucoup de plaisir à être témoins, à se délecter de saveurs et profiter de l’environnement si parfumé et agréable au regard.

Nous étions particulièrement ravis et fiers.

A la recherche de la perle noire.

Alors que je ne faisais pas confiance à l’attribution d’une nounou par la Crèche Familiale (et à raison), je me lance dans le marathon à la recherche de L’Assistante Maternelle. Après de nombreux coups de fil infructueux, j’ai enfin quelques rendez-vous. De surprises en surprise, je découvre des profils très variés :

- le Sergent : “ils n’ont pas le droit de venir ici, de toucher à cela, je suis assez rigide, mais c’est pour leur bien. Voilà un modèle de contrat et de calcul de salaire. Camille sort de là !”

- les Ténardiers : Rien qu’à l’odeur en rentrant, je savais qu’elle ne serait pas l’élue …”de toute façon, à partir de 4 mois, ils mangent comme nous”. La télévision braille, la propreté de la maison est très contestable, les piles de feuilles s’entassent partout, sur les chaises, les escaliers, dans les coins. Le chien s’installe dans la coque du Ginkgo et elle ne dit rien. “Je demande 2.80 euros de l’heure et c’est 7 euros pour les repas !” sans même prendre une minute pour jeter un oeil à l’enfant. Quand tout à coup, rentre Monsieur, clopin clopant, clop … clop … clop.

- la Soumise : “c’est comme vous voulez. Ce que je fais avec les enfants ?… des choses normales, ce que vous voulez … où ils dorment ? dans la pièce en travaux, mais je ne peux pas vous montrer. “

- la Mamie Gâteau supervisée par son mari : ” Pour moi, une seule chose compte, les enfants. D’ailleurs la maman de Timothé voulait que l’on déménage pour les suivre. Vous voulez voir des photos ? Nous allons souvent au marais, nous avons une petite cabane là-bas mais c’est sécurisé pour les enfants”

- et enfin, l’Elue : “je peux vous le prendre ? comment mange-t-il ? Et dort-il bien ? En ce moment, j’ai Clémence, qui se débrouille bien à presque 2 ans et Thibaut. Il a 2 mois de moins que Petit Ginkgo. Mes fils adorent aussi les enfants. Nous avons des petites poules au fond du jardin. Valentin adore les animaux. Pour moi, la politesse est importante, mais ils doivent aussi respirer. Je ne suis pas pour les parcs. Décidez vous vite car je dois donner un réponse à des parents demain matin”

L’histoire voudra qu’elle ne consultera pas notre message… positif… à temps … et donnera la place à un autre petit gars …

A défaut, nous commençons la phase d’acclimatation avec la Mamie Gâteau, dont le mari sera un sacré négociateur de contrat. Mais c’est sans compter sur ma force de persuasion, d’autant que j’étais prête à arrêter là, s’ils restaient sur leur position. Pas de relation conflictuelle avec la personne qui doit veiller sur mon fils. En plus des difficultés du contrat, j’ai quand même une vision de l’éducation assez personnelle qu’elle ne me parait pas vraiment prête à appréhender. Enfin, elle est maternelle et fait vraiment attention aux enfants.

Après quelques heures d’acclimatation et alors que nous étions sur un déco très venteux dans le Cantal, le téléphone sonne :

-Madame Capsicum, êtes-vous toujours intéressée par un place pour votre Petit Ginkgo, en Septembre ?

-Bien sûr, mais c’est 42 semaines par an et quelques nuits ! Ca vous convient ?

- Oui, rappeler moi quand vous rentrez !

Bingo, l’Elue prendra soin de mon petit, sans autres difficultés de contrat. C’est très prometteur. Je suis ravie de ne pas avoir lâché le morceau, auprès d’elle.

Mon Ginkgo mérite l’acharnement, la patience et la détermination, pour le choix de la personne avec qui il va passer le plus clair de son temps et qui va l’éveiller au monde. Je suis ravie !

Mission accomplie !

Parcours du Ginkgo : Acte 6

Age : 5 mois / Taille : 66.5 cm / Poids : 9 kg / Dents : 2

Le pédiatre n’en revient toujours pas : biensûr 9 kg pour 66.5 cm, c’est un physique avantageux ! Mais, se tenir assis, s’interesser à tous les objets à sa portée et aussi avoir poussé 2 dents… à 5 mois, c’est déjà du bon boulot !

Du coup, Petit Ginkgo semble prêt pour les légumes. Ce sera carotte pour commencer et pomme pour varier aussi. J’attendais 6 mois, mais après tout pourquoi pas.

Shy va peut-être pouvoir refaire des nuits complètes lovée au coin du lit !

L’instinct de protection du clan.

Les hôpitaux, je connais bien pour les avoir fréquenté très jeune.

Assise dans cette chambre sombre au lit médicalisé, je pense à ma mère qui a vécu régulièrement cette attente : le retour du bloc. Pour elle, c’était un enfant, pour moi, c’est Ange. (Maintenant que Petit Ginkgo est là, je mesure combien leur décision me concernant a du être difficile. Enfin, c’est un autre sujet. )

Le temps s’égraine et il est plus tard que prévu. Que cela signifie-t-il ? Bon présage ou mauvais ?

La grande silhouette du chirurgien finit par pousser la porte, je retiens ma respiration :

-Tout va bien, nous avons retiré de son poumon une nécrose, grosse comme un saucisson.

-Comment ? Et par quel biais, thoracotomie ou thoracoscopie ?

-J’ai réussi à atteindre le haut du poumon en évitant d’ouvrir les côtes. Vous êtes contentes ?

-Oui … Et il aura des séquelles avec ce que vous avez retiré ?

-Non, il semble que c’était un reste de Tuberculose. Il faut attendre les analyses.

Quelques temps plus tard, les infirmiers redescendent Ange du bloc, avec des sondes, des drains, des perfs et le branchent au monitoring. Il est dans le coltar, mais entame la conversation !

Je lui raconte ce que je sais, nous blaguons, et j’essaie de lui créer de bonnes conditions pour sa nuit.

Quelques heures plus tard, le chirurgien revient après sa troisième opération de la journée, vérifie les constantes et me dit :

-Vous devriez partir. De toute façon il ne se souviendra de rien demain matin !

A peine le chirurgien a-t-il fermé la porte que j’entends :

-N’importe quoi ! Je me souviendrai de toutes nos conversations ! N’importe quoi.

Nous prenons les paris …

Cette aventure a trainé plusieurs mois. Malgré les tests, les analyses, les prélèvements, les spécialistes ne cernent pas de quoi il souffre. La dernière alternative est la biopsie. Or au poumon, ce n’est pas anodin ! Je le pousse à prendre plusieurs avis.

La chirurgie est très respectable, mais nous n’avons qu’un corps et il serait dommage de l’altérer pour satisfaire la curiosité invasive de cette spécialité !

Ange a pris sa décision, je le soutiens donc. Je m’engage dans cette épreuve par une étude approfondies de l’intervention, nombres de questions techniques au chirurgien, avant, pendant et après. Même si le praticien gère des cas plus graves qu’Ange, je lui fais bien comprendre qu’il n’est pas question qu’il se contente du minimum pour quelque raison que ce soit. Il faut éviter, autant que possible, une thoracotomie, surtout que ce n’est pas dans un but curatif, mais diagnostique ! Jusqu’à la veille pendant la dernière visite pré-opératoire, j’aborde ce thème avec le ponte, qui a manifestement bien saisie le message.

Au réveil, le lendemain de l’opération, la morphine a fait son effet :

-Papa, je me souviens avoir parié avec mon Capsicum, mais je n’arrive pas à me souvenir de quoi !

Le chirurgien a fait de l’art. Merci :)

Parcours du Ginkgo : Acte 5

Age : 4 mois / Taille : 65,5 cm / Poids : 8,400 kg

Il commence à savoir que la supposée “Gentille Dame” va lui piquer la cuisse.
“Pourquoi m’apportez vous les vaccins des tout-petits ??” Mais… parce qu’il est tout petit ! Et oui, 4 mois mais on ne dirait pas !!

Parcours du Ginkgo : Acte 4

Age : 3 mois / Taille : 61,5 cm / Poids : 7,670 kg

Le petit bonhomme se régule, mais ça ne l’empèche pas d’être en haut de fourchette !

Encore quelques vaccins. Il a été courageux.

En le voyant attraper son doudou avec les deux mains, la pédiatre a été fort étonnée. Il parait que c’est en général l’apanage des bébés de 4 mois. Chacun son rythme !

Parcours du Ginkgo : Acte 3

Age : 2 mois / Taille : 59 cm / Poids : 7.060 kg

Pour un petit de 2 mois, il pousse particulièrement bien. Heureusement que c’est un allaitement exclusif, car il explose la courbe de poids.
Il est rentré quand même un peu grognon après ses 2 injections.

Parcours du Ginkgo : Acte 1 et 2

Age : 1 mois /Taille : 55 cm / Poids : 5.260 kg

Il fait maintenant 500g de plus que Shy.

Devant son air bien éveillé, le pédiatre demandait s’il avait des frères et soeurs. Pas besoin, il a des parents suffisamment zinzins pour lui faire découvrir le monde. Il parait qu’il est super tonique et calme, par rapport aux mioches qu’elle voit de son age. Royalement calme.
Ca y est, il fait ses nuits. Le chat va enfin être tranquille !

Dans l’après-midi, la crevette dodue a rencontré ses premiers ultra-sons extra-utero. Calme plat pour ce dépistage de LCH : antécédents obligent !!

Une crevette ??

Pas vraiment une crevette !!!

C’est marrant, c’est comme si je sortais avec un petit chiot : les gens m’arretent dans la rue ou au supermarché, pour le contempler, lui faire des risettes et poser des questions.
Je ne sais pas s’il est bien sage de laisser sortir Ange, seul avec Petit Ginkgo : c’est un vrai piège à fille !! Smilie_PDT

Journal de bord.

Ce petit prend des joues à vu d’oeil !
Il a compris que les nuits étaient faites pour dormir !! (enfin pour le moment !). Il ne se reveille qu’une fois pour s’adonner à son coma lactique favori !
Cette semaine, arrière-grand-mère et grand-mère se battaient pour ses sourires (oui, je suis étonnée Smilie_PDT )
Shy vient le voir et quand il se met a pleurer, elle ne court plus sous le lit.

Un Petit Ginkgo !

476_ginkgo.gifNous avons décidé de ne pas attendre le meilleur moment … de peur qu’il n’arrive jamais !

Alors nous nous sommes lancés dans l’aventure avec un brin d’inconscience forcement, sinon …

Aujourd’hui est né notre Petit Ginkgo

01-02-09

Grâce à une bonne préparation, la naissance s’est plutôt bien déroulée. D’autant que le flaire du Papa nous a permis de vivre l’évènement tous les 3.

Alors qu’Ange s’affairait, Ginkgo et moi faisions connaissance.

Je n’ai pu détacher mes yeux de ce petit, toute l’après-midi, fascinée par le miracle de la vie.

Sélection naturelle

Pour vivre en bonne harmonie avec nos congénères, il faut maitriser les codes, mais pour bien vivre à long terme, il faut ne pas empiéter sur la Nature de la Vie. (Je pense à ces pauvres manchots qui pâtissent de l’inconséquence de l’homme, à des milliers de kilomètres !)

La maternité est quand même un acte exclusivement naturel, qui a été très entouré humainement, pour limiter les effets de la sélection naturelle. Elle est compréhensible, mais on ne veut surtout pas qu’elle s’abatte sur sa famille. Moi, comme tout le monde ! Mais, ne nous voilons pas la face… La sélection naturelle a du bon !

Sachez que je suis bien mal placée pour dire cela, mais il faut être réaliste.

A terme, nos descendants s’entretueront pour avoir accès à l’eau potable, car à force de progrès de la médecine, ils seront trop nombreux, pour que tous puissent en profiter.

Nous voulons y échapper mais la régulation naturelle nous rattrapera inévitablement.

Extrait de Conversation n°2 : … de sourdes

La caissière à Capsicum :

-Mais vous osez encore sortir seule dans votre état ??
-Ben, oui, faut bien que je profite de la lumière du jour !

Smilie_PDT

Se Préparer … suite 2

La question de la médicalisation de son accouchement pose des équations simples : Quand ce sont ton ventre, ton vagin, ton périnée et ton bébé qui sont en jeu… tu préférés que l’équipe ne soit pas impatiente d’aller prendre un café !!

Et encore, je n’ai pas abordé la différence de traitement dans le même établissement, entre un suivi dans le public et dans le privé, pour avoir expérimente les deux !!
Je trouve anomal que dans le premier cas, le troupeau de gros ventre soit considéré comme du betail, alors qu’en allongeant quelques sous de plus, on vous écoute !!! Smilie_PDT Toutes les “primipares”, en premier lieu, mais bien sûr toutes celles qui vont donner la vie ont profondément besoin de cette écoute, argentées ou non.

Je ne tire pas à boulet rouge sur les soignants. Ils sont soumis à de fortes pressions, ils font au mieux leur métier, sont restreints en effectifs, en moyens et ils ont besoin de distance pour être efficaces, au fil du temps…

Mais par expérience, je sais qu’il faut être rigoureux dans son approche du milieu médical, pour mettre toutes les chances de son coté.

Extrait de Conversation n°1 : Des Détails sur la maternité !!

P : -Je veux bien en savoir plus !
Capsicum : -Âmes sensibles, passez au dessus de ce post !
P : -”episiotomies” : Kesako ?
C : -C’est une incision du périnée (entre le bas de la vulve-ouverture basse du vagin- et l’anus), pratiquée si besoin pour éviter les déchirures de ce muscle au moment de la sortie physique du Bébé. Sachant qu’une ouverture nette cicatrise toujours mieux qu’une déchirure.
P : -Bah la péridurale, c’est systématique ?
C : -Ce n’est pas systématique. Cela dépend uniquement du choix de la femme. Mais, de nos jours en France, le désir de péridurale est écrasant. Parfois, malgré le désir, il est trop tard pour la pratiquer. D’autres femmes veulent un accouchement entièrement naturel et la refusent. C’est pourquoi, une préparation est bienvenue pour retrouver des réflexes/ une connaissance “ancestrale”, afin de supporter au mieux.
P : -Et ça se pose combien de temps avant ? Et comment tu peux juger de la dose qu’il te faut ? J’imagine que ça doit dépendre de ta morphologie, ta forme
C : -En théorie, l’accouchement se passe en 3 phases : le travail/l’expulsion/la délivrance. Le travail concerne la réduction, l’effacement et la dilatation du col de l’utérus. Ce sont les contractions qui poussent la tête du Bébé contre le col et permettent sa dilatation.

En théorie, les équipes médicales considèrent le travail comme effectif quand le col est dilaté à 3cm et ne pose la péridurale qu’après ce stade. Sachant qu’il est considéré que la dilation est entière à 10cm.
La péridurale est effective 5 à 15 min après la pose. C’est en réalité un mélange anesthésique/analgésique. Elle n’est plus posée si la femme arrive à 8cm, car sinon, ce sera trop anesthésiant et la femme ne pourra plus pousser le moment venu.
L’anesthésiste commence par une dose test pour voir comment la patiente réagit avec la dose en fonction de sa corpulence et de sa résistance. Puis, il y a deux écoles : ceux qui injectent une dose entière (là, l’anesthésiste doit être doué pour doser jusqu’au bon moment. Le risque est de déguster ou justement de ne rien sentir),
ceux qui posent un distributeur et la la femme libère elle-m^me des petites doses en fonction du ressenti.

P : -”ocytocine” : Kesako ?
C : -C’est une substance chimique normalement secrétée par la mère et qui provoque les contractions et anesthésie un peu le bébé. La substance est injectée artificiellement pour parfois déclencher l’accouchement, accélérer le travail ou aider au moment de la poussée si la femme est trop fatiguée.
P : -”ventouse et forceps.” : J’arrive pas a croire que ca fasse pas morfler le bébé, ca !
C : -Parfois, la poussée et les contractions ne sont plus assez efficaces ou le bébé ne présente pas le plus petit rayon de sa tête. Alors l’accoucheur utilise des sortes de cuillères pour tirer le bébé ou utilise une ventouse sur sa tête. C’est une vision très barbare. Mais toutes les femmes n’ont pas un bassin à enfant ou le bébé ne se présente pas forcement dans la position la plus facile même s’il a la tete en bas. C’est donc parfois les seules methodes pour limiter les souffrances de l’enfant qui se fatigue aussi et commence à faire des apnées car le cordon peut ne plus être correctement alimenté.

Voilà, toutes ces pratiques ont des raisons d’être mais comme toujours, si elles sont utilisées à tort et à travers, elles aggravent les conditions de l’accouchement.

P : -En tout cas, Capsicum, il est beau ton ventre ! Bon courage pour la fin !
C : -Merci ! C’est la première fois que je travaille sans avoir besoin de réfléchir ! La théorie, c’est bien beau mais il va falloir passer à la pratique maintenant !!
P : -Au fait, t’as fait des cours de préparation a l’accouchement ?! C’est quoi, concrètement ?
C : -Les cours peuvent être très variés selon où et qui les fait. Mais je pense que c’est incontournable, pour la pratique et la parole.

Concrètement: processus de la grossesse / gestion de la respiration / relaxation / positions permettant de gérer les contractions / apprentissage d’une poussée efficace même sous péridurale / discussion sur les petits ou grands maux de la grossesse / introduction à l’allaitement / entretien du corps et préparation / ouverture de la parole pour que les futures mères libèrent leurs angoisses dont elles n’osent pas parler à leur entourage, de peur de passer pour une future mauvaise mère.
La présence du papa est formidable pour eux, car ils se sentent beaucoup plus impliqués et voient moins leur compagne comme un extraterrestre. Ils peuvent ainsi mieux participer à l’accouchement en étant actifs, en coachant et non seulement la main dans laquelle les ongles sont plantés !!

Se Préparer … suite 1

L’objectif de beaucoup de ces méthodes de préparation est justement de se rapprocher d’un atavisme que nous avons largement perdu et qui pose actuellement problème! LA PRÉPARATION que j’ai choisie, est une façon de se rapprocher le plus possible du bon sens et de la nature. Ce qui n’est pas gagné dans les pays riches à notre epoque, sur le sujet.

En attendant, on est de plus en plus entouré médicalement. Ce qui a ses avantages au niveau mortalité infantile et maternelle. Seulement, de ce fait, les médecins se cachent derrière des procédures et des statistiques qui les arrangent dans la pratique de leur métier uniquement, et loin des besoins ancestraux de la patiente. (l’OMS est très bavarde à ce sujet !! la France n’est d’ailleurs que 13eme des pays riches en terme de limitation de la mortalité malgré le tout médical ! et je ne parle pas des actes chirurgicaux…)
Si tu n’as pas un minimum de caractère pour discuter avec l’équipe, tu ne fais que subir les évènements : voilà pourquoi je fais la différence entre SE FAIRE accoucher et DONNER naissance. Ici, l’importance de la sémantique n’est pas dans le vocabulaire obstétrique, mais bien dans les verbes d’ACTION. (Cela n’a donc rien à voir avec du politiquement correct !)
Et c’est justement le coté incohérent par rapport à la naissance naturel que je déplore !!

Je ne parle pas de réticence ou de peur, mais bien de conscience de son propre corps et de celui de l’enfant qui est entièrement acteur et effectue lui-même un énorme effort. Smilie_PDT (pour nous comme pour les animaux. Quoique je ne pense pas avaler le placenta … Smilie_PDT )

Et quand je parlais de nos mères, je parlais de l’obscurantisme de leur époque qui ne leur permettait aucun choix et était considérées comme ignorantes bien qu’instruites… Fort heureusement, de ce point de vue là, les tabous se sont largement levés.
Et la position indienne d’accouchement en est l’exemple rêvé ! Smilie_PDT

Se préparer …

A vrai dire, en tant que bon scientifique j’ai étudié en profondeur la question avant la conception ! Donc forcément, je n’ai pas appris grand chose techniquement par la suite, dans les ouvrages ou sur internet.

Après, j’ai trainé mes guêtres sur les forums pour lire ces dames. Smilie_PDT
A part quelques longueurs et autres babillages féminins dont je n’ai jamais raffolé (ce qui me connaissent le savent), tu peux récupérer quelques bons plans.
Moa j’en ai profité pour me faire une idée moins passive de ma grossesse/sa naissance, alors que ce ne fut malheureusement le cas pour la génération précédente (La ferme et gestationne ou Ta gueule et pousse !!) Les futures grands-mères sont limite déçues d’avoir manqué certaines choses lors de leurs propres accouchements. Smilie_PDT
A titre d’exemple, je préfère donner naissance qu’être accouchée. Et il y a dans cette phrase beaucoup de sens. Du coup, j’ai pu parlé beaucoup plus facilement avec l’équipe médicale d’un pseudo “Projet de Naissance”. On verra si mon implication donnera ses fruits. (Mais ça me révolte que les femmes accouchent en position gynécologique (allongée) simplement pour le confort des intervenants, alors que depuis la nuit des temps, il existe des positions bien plus efficaces pour gérer les douleurs et pour aider Bébé dans sa descente, etc !)

Quant au sophrologie, je suis déjà versée dans la relaxation/respiration, acuponcture et homéopathie en temps normal donc forcément ce n’est pas un chemin que j’ai évité !! Moa, je vous conseille même de faire de l’haptonomie si vous en avez l’occasion. Smilie_PDT
Les sages-femmes libérales que j’ai rencontrées ont été formidables, car elles ont laissé les tabous en dehors. Beaucoup de nanas, croisées dans ces cours, en avaient gravement besoin.

Nous sommes peut être une société de communication, mais pas forcément de parole …