Balais infernal !

N’avez-vous jamais constaté la loi de l’individu au détriment du bien-être collectif ?

Pour exemple, prenez un carrefour à 17h, dans une grande agglomération. Au hasard : Bordeaux. Mais peu importe la latitude, puisque du Nord au Sud, c’est la même scène !

Quand le feu passe au Rouge, de peur d’être obligé d’attendre le feu Vert suivant, la dernière voiture – voire les 3 dernières – passent quand même. Appelons-les les “Voitures Égoïstes”. Elles restent alors bloquées en plein milieu du carrefour puisque les prédécesseurs, les “Voitures Lambda” ne peuvent avancer.

C’est au tour du feu transversal de passer au vert : les automobilistes enfin libérés, dans leur “Voiture de Bon Droit”, ne peuvent avancer puisque les “Voitures Égoïstes” sont en plein milieu du carrefour, le temps que les voitures qui les précèdent, les “Voitures Lambda” libèrent la voie. Les “Voitures de Bon Droit” finissent par passer. Cependant, celles qui les suivent, les “Voitures Baisées”, qui auraient eu une chance de passer au Vert en temps normal, se retrouvent face à un feu Rouge.

Passablement agacées, les “Voitures Baisées” se foutent du fameux feu Rouge, puisqu’après tout, c’est leur tour ! Elles deviennent donc “Voitures Égoïstes” en avançant, coute que coute, sur le carrefour. Elles restent évidemment bloquées en plein milieu.

S’en suit le cercle vicieux des “Voitures Égoïstes” attendant que les “Voitures Lambda” démarrent pour laisser les “Voitures de Bon Droit”  avancer, juste avant que les “Voitures Baisées” ne deviennent à leur tour les “Voitures Égoïstes”.

C’est un leurre de croire que l’on ira plus vite que ses CONCURRENTS de cette façon. Dans la gestion des fluides, chaque automobiliste est une particule du même fluide.

De plus, une fois le vicieux système ancré dans les mentalités, les conducteurs ayant la chance de passer ponctuellement, seront  ceux bloqués demain  !

Et encore, nous sommes face  au cas d’un carrefour tricolore bien conçu … Car il y a les carrefours, où les voies tournant à gauche se croisent, littéralement par l’arrière des véhicules venant d’en face, au lieu de s’éviter face à face. Si plusieurs véhicules veulent tourner, une longue file se crée, empêchant les voitures, en sens opposé, de tourner également. Tout ce petit monde se retrouve planté en plein milieu du carrefour, en attendant LE Conducteur Intelligent. Celui qui laisse passer quelques voitures pour débloquer la situation.

Ah, si seulement nous avions dans nos poches quelques graines de civisme et une bonne poignée de bon sens …

Chronique de la Circulation

Harlan Coben

Être mère, pensait-elle, c’est un peu comme être artiste : on vit dans l’insécurité permanente, on a l’impression d’être un imposteur, on sait que les autres se débrouillent beaucoup mieux que vous. Ces mères qui bêtifient avec leur progéniture, qui s’acquittent de toutes les corvées avec un sourire immuable sur les lèvres et une patience surhumaine – vous savez, celles qui ont toujours, toujours, le matériel qu’il faut pour les travaux manuels…eh bien, Grace les soupçonnait d’être sérieusement dérangées.

Juste un Regard


Machine à essorer …

… voilà ce qu’est le Golfe de Gascogne déchainé.

Excepté les 3 abandons, ce n’est peut-être pas plus mal que la myriade d’avaries soit arrivée proche des Sables d’Olonne, donnant aux 6 autres, au moins une chance de pouvoir repartir dans les meilleures conditions.

Pour cette édition du Vendée Globe 2008-2009, une nouvelle génération de bateau est né. Mais toute nouvelle technologie doit être éprouvée … De plus, la moindre erreur de conception, de fabrication, a une influence considérable face à la force des éléments. Cette année, la course s’annonce musclée.

Très déçue de voir l’aventure de Kito de Pavant et Marc Thiercelin s’arréter aussi vite ! Mon favori, Loïc Peyron a, sur cette première épreuve, réalisé de très bons choix météo … Il a pris de la bouteille, l’ex-jeunot fou-doué de la voile !

Antoine de Saint Exupéry n°2

Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas des hommes pour aller chercher du bois, préparer des outils, répartir les taches, alléger le travail, mais enseigne aux gens la nostalgie de l’infini de la mer.

Citadelle

Volera … Volera pas ?

Autant j’ai trainé la grosse valise à roulette avec Petit Ginkgo dans les bras, la semaine précédente. Autant, cette semaine, Ange a emporté son bébé : la Géo II !

Suivant les prévisions météo, pistant les club locaux, nous voilà parti, à la manière des Twister Chasers, dans la campagne drômoise. Après une petite heure de route, nous cherchons le chemin balisé du déco Sud de Soubeyran. L’excitation monte comme l’altitude à 1200m.

Deux ailes delta en préparation, les pilotes nous montrent les attéros possibles. Vent de Sud, 17 à 24 km/h, vite, soleil de la partie … Volera ! Le cycle se déclenche, petit pincement, et me voilà en l’air … L’objectif est d’aller jusqu’à Sainte Jalle.

10-11-09

Le paysage est superbe, les couleurs de l’automne donne à la vallée de l’ennui des dégradés magnifiques. La température est clémente. Quelle sérénité ! Joli vol de Novembre …

Passé le premier attéro, mon seul objectif est d’éviter les vignes … quelques champs possibles si ma voile perdait vraiment trop d’altitude face au vent. Ca tient, à finesse max, l’objectif est atteint : altitude 400m.

Un vol tout en douceur : Déco pentu, vol de finesse, attérisage gracieux … à ton tour, mon Ange !

Entre devoir et rêverie …

Mettre à profit ma semaine de célibataire, sans enfant, pour régler des affaires diverses et variées : coiffeur, rangement, tri, repos, voiture, sport. Voilà le programme que je m’étais fixé !

Finalement, l’ayant utilisé à la manière d’une étudiante attardée : esprit frappeur, nourriture sur le pousse, chat, vidéo, écriture et veille très tardive … il ne restait, hier, plus qu’un soir pour faire le minimum avant de récupérer mon petit amour de Ginkgo ! Je me jète donc, à corps perdu, dans les placards, afin de trier les nombreux trésors enfouis.

2h plus tard … à plat ventre sur la moquette, quelques vieilles proses de ma composition dans les mains, je m’étonne d’avoir vécu tout celà. Le temps a passé et la mémoire a édulcoré. Les voyages forment décidément la jeunesse !

Ce n’est qu’à 4h du matin, l’appart en ordre que je me décide à accepter les bras de Morphée … Quelle nature étrange !

Haptonomie

Je voulais revenir sur l’haptonomie. De plus en plus rencontrée dans le cadre de la préparation à la naissance, cette science phénoménologique et empirique, qui implique un contact psycho-tactile, est bien plus vaste que la seule gestion de la grossesse et de l’accouchement :

Hapto, en grec, signifie : j’entre en contact, j’harmonise, je réunis, j’établis une relation, je prends contact pour rendre sain, pour soigner et guérir. Nomos signifie la loi, la règle, la norme. L‘haptonomie est une approche globale de l’être humain à tous les âges de sa vie. L’haptonomie ose dire qu’elle vise le bonheur humain. Elle montre bien comment l’affectif façonne l’être humain, dans son être et dans son essence tout au long de sa vie.

Sa phénoménalité révèle que l’affectif est bien le troisième terme oublié, voire exclu, dans la dichotomie : corps / psyché dans laquelle nous raisonnons depuis des siècles. Elle nous permet de partir du constat suivant : à chaque instant tout événement vécu par un être humain est à la fois affectif, psychique, cognitif, musculaire, articulaire, ligamentaire, vasculaire et hormonal et il implique la relation au monde qui l’entoure de celui qui le vit.

Il s’agit d’un tout et c’est dans cet abord global que se situe l’haptonomie. C’est pourquoi elle n’est pas une pratique corporelle comme on le croit trop souvent. Cette globalité la rend difficile à appréhender et à saisir quand elle n’est pas soutenue par une expérience partagée. Elle constitue, à ma connaissance, l’unique réponse théorique et clinique aux questions posées par tout ce que l’on regroupe sous le terme de psychosomatique.

écrit le Dr Catherine DOLTO-TOLITCH, formée à l’Haptonomie par Frans VELDMAN, Chercheur en Sciences de la Vie et Fondateur de l’Haptonomie depuis 1942 sur la base de ses recherches, découvertes et expériences cliniques. Il a fondé le Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie (CIRDH)

1) Pour comprendre le champ d’application de l’Haptonomie, Catherine DOLTO ajoute, dans Comment construire la sécurité de base chez l’enfant dès le début de la vie, grâce à l’Haptonomie : “L’haptonomie postule, et prouve, que la confirmation affective et le sentiment de sécurité, la tendresse partagée, les vécus de bonheur, les découvertes sensorielles, sont indispensables au développement des potentialités en germe dans tout être humain. Sans cette éducation précoce du sentiment et de l’importance de la relation affective dans sa réciprocité, le développement cognitif peut avoir des effets pervers, c’est-à-dire le déploiement d’une intelligence sans éthique, sans for intérieur, sans discernement. L’Effectivité domine alors l’Affectivité.

Sans la confirmation affective, qui implique un contact tactile, l’agressivité naturelle, nécessaire à la survie, risque fort de se dévoyer en violence et en agression. Ce que nous voyons chaque jour dans nos sociétés occidentales ne peut que nous inquiéter. En dehors du danger auquel elles exposent notre monde, on ne peut que déplorer le massacre des intelligences et des capacités créatives chez nos enfants que nous poussons ainsi au désespoir.

Il est préférable, sans doute, que je précise que l’accompagnement pré et post-natal de la grossesse se situe aux antipodes de tout ce qui peut se faire, aux Etats-Unis en particulier, en termes d’éducation prénatale dans le but de développer l’intellect et les capacités cognitives des enfants à naître. Ces pratiques sont pour nous caricaturales et choquantes.

2) En ce qui concerne pratiquement l’accompagnement Haptonomique de la grossesse : “Il y a diverses façons de jouer avec l’enfant. De l’intérieur, la mère l’accompagne dans ses réponses aux sollicitations de son père ou de l’accompagnant. Tous ces jeux, pour s’inscrire véritablement dans l’haptonomie et ne pas devenir une espèce de “gymnastique pour foetus performant à parents modernes”, doivent se dérouler dans un “être ensemble” à trois (ou plus si la grossesse est multiple).

On peut, avec des mains extrêmement légères inviter l’enfant à se balancer. L’enfant répond en prenant en charge lui-même le mouvement au bout de quelques secondes. C’est une véritable danse qui s’instaure entre lui et ses parents, celui qui y participe a vraiment le sentiment d’être bercé par l’enfant alors qu’il est encore dans le giron maternel.

L’enfant mémorise et rapidement. Il choisit certains schémas de mouvements : balancement latéral, haut bas ou autour de son axe vertébral. Une fois qu’il est habitué à ces jeux, quand les mains des parents se posent de manière adéquate c’est très souvent l’enfant qui débute un mouvement : il propose ; il règle, l’amplitude, la direction, la durée et le rythme du mouvement. Quand il n’est plus disponible, il s’arrête de manière indubitablement claire.

La discrimination dont les enfants sont capables alors qu’ils sont encore dans le giron maternel est stupéfiante. Cela donne le sentiment qu’ils nous signifient qu’ils sont présents pour nous et qu’ils guettent tout ce qui fait signe et ce qui peut signifier un dialogue. J’imagine volontiers que cela est difficile à croire pour quelqu’un qui ne l’a pas vécu, mais c’est cliniquement évident.

Dans tous ces phénomènes, on mesure bien l’importance de l’influence de la relation mère/enfant, et des relations père/mère/enfant, ou père/enfant/mère, ou enfant/parents.
Tout se joue dans la réciprocité et l’anticipation qui caractérisent la rencontre dans « l’être ensemble » affectivement.

Maria Montessori – n°1

La fonction du milieu n’est pas de former l’enfant mais de lui permettre de se révéler.

Maria Montessori

Hystérie Mondiale !

Oui, en effet, Barack Obama a gagné les élections présidentielles aux Etats-Unis d’Amérique … mais il n’entrera en fonction que le 20 Janvier 2009, comme dirait Ange. L’élection doit d’abord être validée par un Congrès acquis à sa cause (56 sièges démocrates sur 100), avant qu’il soit officiellement investi. C’est pourquoi les raccourcis journalistiques me hérissent.

D’ici là, il faudra convaincre l’équipe en place d’agir de concert avec sa future administration, afin d’éviter que la crise économique actuelle ne s’aggrave ! Le spectre de la récession ne vaut-il pas plus que les guerres de camps politiques ?

Et puis, qu’il soit black ou pas, l’essentiel est qu’il soit Démocrate. Toute la planète fait peser sur ses épaules un poids considérable. Wait and see.

Ce qui me gène un peu c’est la somme colossale (641 millions de dollars) que le candidat victorieux a investi dans la campagne. C’est indécent et disproportionné, même si cela a engendré une machine marketing écrasante qui a mis les Républicains au tapis.

En espérant qu’il ne devienne pas le “Premier Président Métis des USA … assassiné”.

Le territoire de notre chat-vache !

Cette semaine, notre chat-vache semble m’exprimer une joie inexplicable … Des calins dès mon retour, elle se blotti au plus près de moi pour dormir, elle me sollicite pour jouer, elle transgresse l’interdit, me caresse de sa queue. Elle semble particulièrement attentionnée, comme pour m’exprimer son contentement.

J’ai juste la désagréable intuition qu’elle me dit : “Ah vous avez enfin basardé le gnome ! Je retrouve mon entière exclusivité … A la bonne heure !”

J’irai Dormir à Hollywood …

Antoine de Maximy en long métrage … aux Etats-Unis : J’irai Dormir à Hollywood sort sur vos écrans le 19 Novembre 2008.

Retrouvez le single traveller taquin, de la conception de la série J’irai Dormir Chez Vous … jusqu’au Rêve Américain, le 15 Novembre 2008 à 16h et 21h30, sur France 5, dans un volet probablement appelé J’irai dormir… De chez vous à Hollywood.

Gandhi

Be the change you want to see in the world.

Polaroïd …

La solitude, face à des questions qui n’appartiennent qu’à moi …

Je la ressens du plus profond de ma mémoire.
La solitude face à la douleur. Non partageable, non échangeable.
Les larmes de mon enfance glissaient sur mes joues, dans le noir, pour cette seule raison. Ce besoin de m’envoler. Pas d’ami, aussi dévoué soit il, qui ne puisse tout saisir !

Les couleurs, les arômes, la chaleur du soleil, aussi magnifiques soient-ils, n’existent que dans mes seuls souvenirs. Seuls mes pas sur le chemin …

L’essence de l’âme est inatteignable.
Seule la vie intérieure remplit tout ou parti de la solitude. C’est seul que l’on ressent la brutalité de l’air dans ses poumons et c’est seul que le dernier souffle nous échappe.

Quelle violence, pour quelqu’un qui a toujours été – bien – entouré …

Dictat de l’uniformisation.

20h53 : j’attends le prochain RER. Mon regard s’arrête sur une publicité du “Management” qui jonche le sol. “Maitrisez vos émotions” titre le magasine.

Faut-il être linéaire pour être performant ? Probablement une excellente méthode pour passer à coté de soi-même, en se constituant un personnage factice, irréel et sans saveur. S’installer dans une case pré-établie pour “Réussir”, plutôt que de s’épanouir en écoutant un peu de ses aspirations intimes.

Sensible ne veut pas dire hystérique. Exit les soupolaits et les maniaco-dépressifs. Une certaine stabilité permet à l’émotion d’être le sel de la vie, qui maximise la sensibilité au bonheur.

Une des richesses de l’enfance est la spontanéité … dont la plupart des adultes est complètement dépourvue ! Façonnés à dessein par l’éducation, la morale, l’ambition ou l’orgueil, que reste-t-il de leur sincérité et de leur diversité ? Quelle peur nous pousse à réprimer nos élans naturels, à contenir nos blessures, à nous forger des armures, à repousser nos contemporains ?

Une bonne gueulante, une inondation de larmes, une cuite ou un égarement, vaudrons toujours mieux qu’un enfouissement méthodique de ses troubles, au plus profond, en attendant la maladie ou le suicide.

Après avoir aseptisé notre environnement, voilà que nous standardisons les personnalités, les pensées, et même les visages et les silhouettes ! Il ne reste plus qu’à agir directement sur le génome …

Ce sont, pourtant, les aspérités et l’unicité qui donnent de la magnificence !

Quand la réalité frappe au carreau …

Se résigner, non, surement pas.

Ma soif d’activités est inépuisable, en ce moment. Seule ombre au tableau : l’argent me file entre les doigts. Des dizaines de raisons, pour investir des centaines d’euros, toutes si bien justifiées, forcément !

Bien loin de moi les signes extérieurs de richesse !
Cela se compte en virées, en expériences de toute sorte, en densité de vie, en projet d’étude, en exutoire à mon trop plein d’énergie, en rencontres. Profiter de chaque instant, comme si j’allais m’éteindre demain.

Vivre aujourd’hui, mais aussi nourrir mon esprit, pour préparer demain ! ?

Et le temps dans tout ça …

Mimétisme lacunaire.

C’est la saison des catalogues de jouets qui inondent les boites aux lettres.
Assis sur les genoux de son père, Petit Ginkgo utilise sa main gauche pour en tourner les pages.

Mon attention est attirée quand je le vois humidifier son index droit … à la manière d’un compteur de billet. Mais où a-t-il appris cela ? Interloquée, j’observe le cheminement complet : une fois cet index droit humidifié, le voilà qui continue à feuilleter de la main gauche !

A un détail près, c’est ça … mon Petit Ginkgo (1 an et 9 mois) !

Derrière le masque ?

Mon imagination se délecterait d’une étude comportementale, basée sur un individu transposé hors du contexte de rencontre. Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle amante pouvait bien être, cette jeune prof de votre fils, particulièrement guindée ?

Prenons l’exemple de ce cadre à Industrie&Co : probablement d’une intelligence supérieure, au professionnalisme incorruptible, au style email télégraphique inégalable, à la faculté de synthèse impressionnante ! (Non, non, je ne suis pas cire-pompe, il n’a aucune idée que ce blog existe … enfin j’espère et pour longtemps !)
Le mode d’échange est 100% professionnel, pas de superflu. Seule l’efficacité compte afin de mener à bien chaque projet. La méthode, l’organisation ? Du moment que les délais sont respectés, les détails n’ont aucune importance.

Non seulement cela rend l’équipe autonome mais l’avantage est d’éradiquer tout parasite de style personnel, voir émotionnel, élément inintéressant et assimilable à un grain de sable dans l’engrenage. Ne pas trop en savoir sur ses collaborateurs, permet de garder une distance salutaire au bon déroulement du service.

Un tel comportement provoque, chez moi, des effets secondaires vaguement relatifs à un sentiment d’infériorité, plutôt qu’à une saine pression. Mais, peu importe, je m’ajuste le plus professionnellement possible, en me contentant d’une relative confiance. Préférons la droiture glacée à la fourberie souriante.

Les bons jours, quelques indices trahissent un certain humour (froid), un besoin d’activité physique, un pragmatisme critique, un penchant pour le chocolat …
Hors du contexte hiérarchique, cet homme est-il un bon vivant, un blagueur, un mari attentionné, un sportif émérite, un ami fidèle, un père ouvert ?
Certes, cela ne me regarde pas … D’ailleurs, je suis la première à ne laisser transparaitre que quelques faces de ma personnalité, mais probablement joviales.

Parier sur les relations humaines est, en effet, particulièrement complexe, mais cependant redoutable pour décupler les capacités … Se prive-t-il d’un outil extraordinaire ou a-t-il trouvé la clef de la tranquillité ?!

Ma curiosité est simplement psychologique. Ce mode de fonctionnement est-il ancré profondément ou est-ce juste un moyen de maitriser le milieu  professionnel, d’assoir sa fonction ?

Certains jours, un autre moi apprécierait de le rencontrer sur les pistes ou autour d’un vin chaud, histoire de découvrir l’individu sans carcan !

Les aborigènes pensent que c’est voler l’âme …

Une photo, quintessence de lumière, de sourire, d’anodin, de larme, de couleurs, piégés par le seul le regard d’un photographe. Il y a quelque chose d’inné dans cette alchimie qui dévoile la poésie d’un instant. Alors que la plupart n’ont même pas noté le détail, cet œil l’a capturé et mis en valeur. Pour le souvenir, l’émotion, le portrait, cet art confère à la peinture une toute autre utilité, remplacée dans son dessein de réalité.

La révolution, ces dernières années est bien entendu le numérique. Photographier sans gâcher de la pellicule,  quelle libération ! Tout est possible, le brouillon est instantané et parfois résolvable dans la seconde. Malgré la qualité du bon vieux réflexe argentique, mon numérique a eu raison de son encombrement. Toujours à porté de main, la photo insignifiante prend de l’importance et fixe une multitude de vécus. Tellement … Comment faire un tri parmi tous ces clichés ?

02-11-091

D’autres risques apparaissent … ceux de la dénaturation. Par post-production, certaines images deviennent de vraies œuvres, discutant leurs liens à la vérité et jouant sur le doute. Suffit-il de le savoir ?

Faire de la photo, c’est prendre le temps, le temps d’observer … probablement le temps de vivre.

Epatante Civilité

Mes 13 kg de bébé dans les bras, je croise le regard d’un mec, qui en courant, soulève ma valise, pour descendre les 50 marches menant au train. Merci M’sieur !

Le train est une expérience exaltante pour Petit Ginkgo ! Debout sur le siège, le paysage défile à toute vitesse … il pique le bouquin de Maman rempli de mots, jusqu’à Paris.

Après un changement de RER, les Grandes Lignes sont au sommet de cet escalator … en panne …

Je débute l’ascension traînant mon baluchon à roulette, Petit Ginkgo assis dans l’échappe. En un instant, la valise se fait si légère : 1 mec la soulève de l’arrière, l’autre sur le coté ! Merci M’sieurs !

Trois heures de TGV plus tard, après avoir joué aux legos, lu 3 livres, grimpé sur l’accoudoir, voilà le lutin profondément endormi. Alors que nous arrivons à destination, je descends l’étage du train, les bras chargés de mon précieux colis somnolant. Un jeune et fringant prêtre me propose de mener ma valise jusqu’à la sortie. Merci M’sieur !

La courtoisie est de cours … ça m’apprendra à être sceptique !

Merci Messieurs, fort aimable à vous !

Le réseau … à la mode !

Suite à la visite de mon blog égocentrique, ce jour, par un internaute cherchant “Des Fraises pour la Planète“, je viens de découvrir ce site/blog “Mes Courses pour la Planète.com” avec beaucoup d’intérêt !

Initié par Graines de Changement, le site mescoursespourlaplanete.com est le premier guide pratique en ligne de la consommation responsable, à l’attention de tous ceux qui veulent porter un autre regard, plus informé, sur leurs choix quotidiens et cherchent des produits aux pratiques plus responsables.

Je n’ai pas encore fouillé à fond mais cela semble être une belle fenêtre sur le changement initié par vous et moi. Alors si on peut participer en plus, c’est tout de suite plus drôle !

Hier, sur M6, un sujet sur les Locavores (Etre se nourrissant exclusivement de produits locaux). Ça m’agace un peu d’être autant à la mode sur les questions d’écologie, d’habitat, de  nourriture, de maternage, de cosmétique … Ce n’est vraiment pas dans ma nature et ça entame mon unicité ! En même temps, si c’est bon pour le mode de vie et la santé des gens, l’environnement, la biodiversité, la protection des espèces … J’vais me laisser faire !

Ma fierté mal placée tient à souligner que je suis pro-maison en bois depuis plus de 8ans, suite à un voyage au lointain, complétement sensible au maternage avant même d’avoir mis en route bébé, convaincu des bienfaits des medecines alternatives depuis l’âge de 10 ans, rétive aux produits de synthèse depuis que j’ai un diplôme de chimiste … et respectueuses des êtres vivants et de l’environnement depuis que mon père m’a expliqué que cueillir une fleur, c’est la tuer …

Extrait de Conversation n°3 : … improbable

Mum    – J’ai beau laisser des messages, je n’ai pas de nouvelles de ton frère depuis 10 jours.
Capsicum  – Il est peut-être fâché depuis sa dernière visite.
M – Oui, mais les volets sont constamment fermés et la voiture n’est jamais là.
C  – Il est surement chez sa copine. T’as pas son numéro ?
M – Elle est sur liste rouge et je n’ose pas appeler à son travail.
C  – Laisse lui un mot dans sa boite aux lettres, des fois que son téléphone déconne.
M – Le facteur dit qu’il n’a pas pris son courrier depuis plusieurs jours.
C  – (…)
M – Il a peut-être trouvé un nouveau travail ?
C  – Et son chien, il en fait quoi du coup ?
M – Il est parti en vacances alors …?
C  – (…) Tu parles d’une famille … On est même pas capable de savoir si le frangin est en vacances ou dans un fossé !

La Reine de Saba.

Je ne le crois pas moi-même … j’envie la Sirène !

Jeune divorcée, elle profite de Week-End en solo pour se mettre au catamaran. Quoiqu’en Novembre, elle ne va pas être déçue … N’empêche, ça aide drôlement la garde alternée !!

Des fois, je me demande si je n’ai pas les contraintes de la “Maman Solo”, sans en avoir les avantages … Et dire qu’il y a encore un an, il n’était pas question de laisser Petit Gingko plus de quelques heures !

Cynique ou à coté de mes pompes ?
J’veux juste naviguer …

Time Keeper …

Le changement d’horaire m’a mis sur les genoux. Non pas parce que mon horloge biologique a été décalée, mais plutôt parce que celle du fiston ne s’est pas encore ajustée à l’horaire arbitraire …

Qu’il réclame à manger tous les soirs à 18h, avec insistance, limite colère, on s’arrange.

Mais, surtout Petit Ginkgo sonne le branle-bas de combat à 6h du matin – quand ce n’est pas 5h30 – depuis 3 jours  ! Evidemment, j’aurais l’option de me coucher plus tôt, mais c’est juste surhumain … Enfin, jusqu’à ce que je m’effondre !

Adrénaline, Passion, Frisson, Excitation … rien ne surpasse ça

* L’aller-retour en Shuttle : 236 euros.

* Petit Ginkgo gardé trois nuits par Nanou : 115 euros

* Une paire de chaussures moins un talon : 52 euros

* Une chambre style cottage anglais : 55 livres sterling / nuit

* Un franc “Maman !” quand je passe la porte après 4 jours d’absence, suivi d’un câlin serré oscillant de droite à gauche : Ca n’a pas de prix !

-

Et dire que les fils de Nanou voulaient que Petit Ginkgo reste pour le WE … Au moins, y’en a qui apprécient mes déplacements pour le boulot !

A la poubelle Internet Explorer

Manifestement, les lecteurs utilisant Internet Explorer ne voient pas le blog dans son intégralité. Depuis quand ? Internet Explorer est sensible à des paramètres qui, pour le moment, me dépassent. Alors que Mozilla Firefox permet de voir parfaitement tous les posts et la barre latérale droite, son homologue – bien malheureusement trop répandu – déconne.

Dans un premier temps, je ne saurais trop vous conseiller de charger Mozilla Firefox (ici) qui regorge de propriétés intéressantes. Cet explorateur est d’ailleurs bien plus stable que son concurrent ! Vous y trouverez une satisfaction pour tous vos surfs sur le net … si, si !

Si parmi vous, certains ont la solution à mon problème d’affichage, n’hésitez pas à me contacter grâce aux commentaires. Merci d’avance …

Nota : La barre latérale est cependant étonnement visible dans la page “A Propos” pour les inconditionnels d’Internet Explorer, qui souhaiteraient malgré tout suivre mes divagations.