Scatologique.

Petit bonhomme commence a être au point sur le sujet et de son “propre” chef ! Preuve hier soir … sans contrainte, sans heurt. Bravo mon p’tit loup !

Petit Ginkgo, 1 ans et 10 mois.

La Source

L’enveloppe est partie …
Voilà que je m’inscris à un stage Montessori qui me coute aussi cher qu’une année en fac de psycho, à distance. Et dire que j’ai repoussé l’idée de la première année de psycho parce que c’était un peu cher pour le temps que j’avais à y consacrer !! Va comprendre Charles …

Une madeleine dans le moteur.

Titine pleure à chaudes larmes visqueuses … Un gros chagrin faisant tache d’huile.

- Laisse le Docteur “Sourire & Solution” t’examiner et je te promets un petit soin anti-rouille à ton retour.

Avant l’essorage …

Depuis plusieurs jours, Peyron “voit” le tableau arrière de Sébastion Josse. Les quarantièmes ne sont plus très loin et les éléments vont bientôt vraiment les malmener. C’est la période ideale pour accumuler un peu de repos (tout est relatif !) afin d’être en forme pour l’étape suivante.

Clève alias Pascal Gregory

J’ai eu le bonheur de te séduire, pas celui d’être aimé de toi …

La Fidélité, réalisé par Andrzej Zulawski

Petit cadeau odorant !

- Tu veux mettre une culotte Petit Ginkgo ? Mais tu te souviens, ce n’est pas une couche … si tu as envie de faire pipi, tu vas t’assoir sur le pot !

Je retourne sur l’ordi, absorbé par mes activités. Le bouchon maitrise plutôt bien la situation en général.

- Non, écoute je finis ce que je suis en train de faire et j’arrive.

Le petit garçon continue à me tirer par le bras

- Petit Ginkgo, patiente un peu
- Bon, allez viens sur mes genoux
- Mais pourquoi sens-tu les poireaux, cuisinés et congelés la semaine dernière ?
- Oh ! Merde !!

Direction la baignoire en quatrième vitesse …

Moralité : Toujours écouter son petit garçon, quand il n’a pas de couche :) !!

Transatlantique.

Le niveau n’y est pas, mais comme pour les langues, c’est l’immersion totale qui compte !! Je rêve de transatlantique en ce moment … L’idée folle de trouver un embarquement et de tenter l’expérience.

Le seul truc qui me gène un peu sur les bourses aux équipiers, c’est que la composante humaine est inconnue ! Et nous savons tous que c’est déterminant pour une si longue traversée ! Sans compter les tarés …

Se mettre off pendant 2 mois et vivre au rythme du vent. Même si avaries, tempêtes, tensions mettent un peu de piment à l’expérience …

Les Glénans ont actuellement 3 bateaux en route depuis 5 semaines : Gaïa, Perine et Zoulou. C’est aussi une solution … couteuse ! Mouvementée la transat …

Théorie du luxe …

24h hors du tourbillon habituel.

Le luxe n’a rien de fastueux, de cher, d’extravagant … il est insaisissable et nous affecte tous. Il suffit de prendre un peu de recul pour savoir en profiter. Cette denrée précieuse améliore la qualité de nos vies,  renforce nos relations, fait s’évaporer les moments difficiles.

Le vrai luxe n’est rien d’autre que le temps, le temps de rire, le temps de découvrir le monde ou le coin de la rue, le temps à partager avec les siens. Il est si rare …

… son alter ego : l’espace.

Lord Byron

And if I laugh at any mortal thing, ‘Tis that I may not weep”

Mes soeurs et moi …

Ma coiffeuse vient de me pousser devant le miroir … Il parait que j’ai l’air sérieux raisonnable !

Il y a la personne que nous sommes, celle que nous croyons être, celle que nous voudrions être et celle que les autres perçoivent. Mais non non, je ne suis pas schizophrène !

On m’avait déjà dit que j’avais une tête à réussir mon permis du premier coup, une tête de guidouille aussi … Il va falloir que j’aille m’acheter une selle !

Comment ? Je n’ai pas l’air de la franche déconneuse inconséquente ??

Et pourtant …

Nota :
*Quand une personne te dit que tu es un cheval, tu ris.
*Quand une deuxième personne te dit que tu es un cheval, tu commences à te poser des questions.
*Quand une troisième personne te dit que tu es un cheval, tu vas t’acheter une selle …

Pitoyable …

Une affaire concernant du matériel Montessori sur ebay et l’aubaine est que personne n’a enchéri dessus …

… sauf qu’elle se finissait ce matin 9h et non ce soir 21h !!

Plan de mission complexe.

 

Depuis des mois, j’oscille entre accomplissement personnel et investissement pédagogique.

Un énorme besoin de prendre ma vie en main me dévore. Mais raisonnablement, je ne suis pas sûre que ce soit le moment de chambouler notre bon équilibre.

D’un coté changer de job, être la parfaite femme active et ambitieuse. De l’autre, être disponible pour mon fils, tout en travaillant pour la cagnotte.
Quand l’envie d’action se calme un peu, je replonge dans la pédagogie Montessori, pour fabriquer, mettre en place de nouvelles activités. C’est un va et vient permanent.

Faire migrer le camp de base était une option majeure, il y a encore quelques semaines. Sans un petit rappel de Ange, j’aurais presque oublié que j’avais finalement trouver un projet pour concilier entreprise professionnelle et équilibre pédagogique.

Se pose déjà la question de la rentrée de Septembre 2009. Petit Ginkgo n’aura alors que 2 ans et demi. Nanou poursuit l’éveil que nous amorçons à la maison. Il rencontre aussi d’autres enfants.
Qu’est-ce que l’école va bien pouvoir lui apporter de plus, à cet âge là ? A part, lui faire suivre un rythme qui n’est pas le sien. En 20 ans, il aura bien le temps de s’adapter à l’école !

Mais en attendant …
S’installer à deux pas des montagnes et à trois pas de la mer m’excitait beaucoup. Mais cela ne peut être motivé que par un nouvel emploi.
Qui dit nouveau job, dit large investissement en temps et en esprit. Donc moins à consacrer à Petit Ginkgo, encore petit à mon sens. Cela implique également de trouver une nounou aussi douée que Nanou en attendant l’école. Et quelle école ??

Entre immobilisme et action, peser le pour et le contre n’est pas d’une grande évidence. Manifestement, ma tendance actuelle serait de ne pas bouleverser notre vie actuelle. Contexte économique oblige : trouver un boulot n’est pas une mince affaire et être sûr de le garder après la période d’essai est un pari.
La sagesse voudrait que je ne tente pas le diable. Mais est-ce vraiment une excuse ?? Si vraiment je voulais …

Ange, sans connaître toutes mes tergiversations, m’a rappeler une autre alternative qui me tenait à cœur il y a encore quelques mois :
Monter un petit business par internet. La solution aurait l’avantage de me faire évoluer professionnellement et de prendre du temps avec Petit Ginkgo.
L’autre avantage incontestable serait d’être libre de mon poste pour reformer le noyau familiale. La baisse de l’apport financier serait importante, mais la qualité de vie probablement meilleure.

Le compromis qui se profile à mon esprit serait :
* Démarrer un business, en parallèle de mon poste actuel, pour tâter le terrain et faire une étude de marché raisonnable.
* Ce qui permettrait, pour le moment, de ne pas trop bouleverser la vie de Petit Ginkgo actuellement stable.
* A risque limité, la somme de travail est cependant importante : boulot, maison, enfant, business.
* Si cela commençait à marcher, je pourrais travailler n’importe où géographiquement !
* Pour les 3 ans 1/2 de Petit Ginkgo : Faire un mi-temps “Petit Business – Maman à la maison” pour moi et “Ecole – IEF” pour Petit Ginkgo
* Ayant toujours en tête, la possibilité d’une solution de repli en retrouvant du travail si l’affaire devait capoter.

Tout à l’air bien rose comme ça … Mais le contexte actuel me fait douter de la viabilité du marché. Pour s’en rendre compte, il faudrait cesser d’être fainéante et frileuse pour m’investir franchement …

Y’a plus qu’à !

Mécanique des fluides …

L’eau compte triple en ce moment pour mon Petit Ginkgo …

Alors un peu de colorant alimentaire pour suivre le chemin de l’eau et il s’applique à la verser d’une carafe à l’autre ! Une bonne demi-heure concentré sur le sujet.

25-11-09

Et le plus épatant : sans en mettre partout !

Place non enviable !

Peyron gagne des milles toutes les nuits. En tête depuis 12 jours, il exprime tout son talent bien qu’il joue le fusible météo pour les poursuivants.

La communication, c’est comme le chinois, ça s’apprend …

Petit Ginkgo expérimente le NON à tout bout de champ …

Cette opposition systématique est agaçante et particulièrement fatigante ! Coïncidence ou pas, il affirme un peu plus son caractère, depuis son retour de vacances. Difficile de faire façon de ce garnement,  si obéissant et charmeur, il y a encore quelques semaines …
Comme un réflexe sort l’autorité assortie d’un ton péremptoire, à l’occasion des bêtises. Mais prendre Petit Ginkgo frontalement n’a jamais fonctionné. Sa colère est encore plus forte ou réapparait dans les mêmes conditions, sans rien résoudre. Cela pousse à trouver des modes de communication plus ingénieux, plus adaptés à l’enfant, plus intelligents. Tout un art la parentalité !

Quelle est donc la source de cette opposition permanente, provoquant crises et énervements dès que les situations ne se déroulent pas comme il l’avait prévu ? La fameuse période du NON, de l’affirmation de soi … cela n’explique pas tout !

Nous avons beaucoup bougé ces dernières semaines. Le temps était compté pour préparer les WE et palier au quotidien. Autant de temps que je n’ai évidemment pas consacré au petit gars, autant de repères migrateurs … Certes, il s’adapte facilement partout mais n’exprimerait-il pas, en sous-marin, quelques symptômes liés à un sentiment d’insécurité ?

Rien que de m’en apercevoir, je constate qu’il a beaucoup évolué ces derniers temps :
* Il dit “mal” quand il se cogne et se frotte l’endroit heurté
* Il s’applique à enfiler seul son pantalon de pyjama (après le déshabillage, l’habillage). C’est vraiment le moment pour les cadres …
* Voyant la tarte aux pommes sur la table, le voilà qui nous dit : – Donne un petit peu !
* Il me prend, hier, par le cou, place sa joue contre la mienne et oscille de droite à gauche en disant : – Câlin
* Je l’ai entendu dire à son parrain en prenant la plaquette de couleur de la boite n°1 : - Le Rouge

Du coup, je prends plus de temps : le matin au réveil pour un peu de tendresse, le soir pour des jeux exclusifs, pour un bain qui lui fait tant plaisir. Même s’il est malade en ce moment et que cela n’aide en rien à la patience, il tend à s’apaiser.

Ma psychologie de comptoir conclurait hâtivement, que ce bonhomme a besoin d’attention, d’être conforté dans ses progrès, nourrit par des activités variées, compris dans sa quête d’exploration, mais surtout entouré de bienveillance afin de s’épanouir en toute quiétude. Ne requière-t-il pas souvent mon attention lorsque je suis au téléphone ou sur l’ordinateur … ? Rien à voir avec l’Enfant-Roi … pas de méprise !

Il y a évidemment un juste milieu entre guider un enfant, le laisser libre de ses mouvements et s’aérer soi-même !

Même les plus motivés ont rejoint la fronde !

A l’heure du GPS, nous sommes la génération égarée … :)

La mode est aux bilans de compétence ! Une quantité étonnante de trentenaires – après moins de 10 années d’activité – réalise ce retour sur eux-même et sur leur futur. La démarche est très loin de celle du quinca, qui souhaitent extraire quelques capacités pour rentrer dans une case du marché de l’emploi.
Les juniors cherchent un poste vraiment adapté à leurs aspirations, pour recadrer leur vie.

Certains se posaient ces questions dès le démarrage de leur carrière. Parmi eux, seuls quelques uns ont osé changer de route.
A l’époque, les autres ne s’en sont pas aperçus ou ont juste tenté, pour voir ou mettre à profit leurs études. C’est aujourd’hui, après avoir expérimenté leurs compétences, mis en œuvre leur diplôme, encaissé de bons salaires, que beaucoup font le constat : Non-épanouissement professionnel = Morosité de leur vie.

Nos ainés pensent que nous sommes une génération de fainéants, préférant nos RTT et ne nous investissant pas assez dans notre boite. C’est une question de génération. Quelques raisons à cette déroute, parmi d’autres :
* nous avons compris à quelle point la qualité de la vie comptait.
* les soixante-huitards ont engendré une génération d’égoïstes
* nous avons été bercé d’illusions tout au long des études, rendant le premier contact avec la vie active plutôt violent.
* l’entreprise s’intéresse au profit – à juste titre – moins à l’humain.
* le goût de l’effort est une valeur perdue.
* atteindre, coute que coute, 97% de réussite au bac au détriment des formations professionnelles est une hérésie.

Il est possible que nous voulions tout : le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière et le fond de commerce.
Mais parmi ceux qui ont contracté cette maladie, beaucoup seraient prêts à renoncer à une partie de leur confort financier pour vivre plus en harmonie avec leur soi profond. Le cycle BabaCool est de retour, en toute lucidité !

Encore un cas où la sagesse de Paracelse s’applique : Tout est poison, rien n’est poison, la dose fait le poison …

La réflexion devient plus pragmatique dans tous les domaines : se nourrir le plus sainement possible, préserver la planète, être présent auprès de ses enfants, écouter son corps, prévenir les maladies au lieu de tenter de les traiter …

La simplicité est de mise et impacte notre activité professionnelle. A quoi bon, une paie extravagante quand on a pas le temps d’en profiter ? A quoi bon les responsabilités dévorantes si on est sous Prozac ? A quoi bon vivre si la vie n’a pas de sens. A quoi bon ?

La notion d’ “être utile au monde” revient souvent aussi. Beaucoup s’apaiseraient en donnant un sens fort à leurs actions, à leur activité. Est-ce un syndrome typique à l’industrie ?

Sans tomber dans l’utopie, glisserons nous vers l’Humanisme ?

 

The “Post a Comment” pledge !

Il m’arrive de me demander si mes errements peuvent intéresser quelques esprits. S’il existe des fous qui lisent volontairement mes billets d’humeur. En gros, si le Blog n’a de passage que par erreur d’aiguillage de Google !

Chaque fois que je reçois un commentaire, l’excitation est  à son comble (n’exagérons rien …) mais la déception est systématiquement au rendez-vous !  Les seuls qui encouragent mes positions sont les robots en quête de publicité gratuite !!

C’est le syndrome de la “Boite à lettre” : Pitchoune, je maudissais les Dimanches pendant lesquels, le facteur se la coule douce … Je vais beaucoup mieux depuis Internet !

Après réflexion, combien de Blog lis-je régulièrement, sans me manifester jamais ?? Presque tous …

Alors le post de Jojoebi a vraiment résumé mon état d’esprit. Même si j’ai horreur des chaines,  je prends la résolution de suivre son “Pledge” ! Cette chaine là est un peu différente puisqu’elle est pro-active et ne pollue pas les boites email :

Durant, au moins, les 2 semaines à venir, je vais m’efforcer de laisser un petit commentaire, espérons fort à propos, sur chaque blog que je dévore régulièrement ou qui fait résonner un petit quelque chose en moi !

Si ça vous parle, c’est simple : Piquez le logo, annoncez votre résolution assortie d’un délais qui vous semble raisonnable et tenez bon … vos soirées vont être occupées !! Dites moi au passage si vous rejoignez la résolution :)

Nota : Quel est ce besoin de savoir que l’indiférence ne règne pas … ??? Des fois, j’appellerai bien mes potes sur ce blog mais ça risquerait d’en fausser l’équilibre !! L’inconnu est tellement plus simple et sans faux-semblants …

Pas si évident … de saisir le vent !

Ce matin, le vent est fort !

Il soulève les jupes, décoiffe, pousse les portes, fait frémir les arbres, tourbillonne les feuilles. C’est l’automne. Petit Ginkgo fait la grimace. Cet élément invisible l’agresse.
- Tu sens le vent Petit Ginkgo ?
L’enfant qui a l’habitude de découvrir de nouvelles odeurs, fait bouger son nez et me regarde dubitatif …
- Le vent qui touche ton visage, qui passe sur ta peau ?

Il se caresse la joue …
Petit Ginkgo, 19 mois.

Sudiste au point de départ !

Infortuné Kito de Pavant qui avait toutes les chances d’être en tête …

Dépité que l’aventure s’arrête au bout d’une 30taine d’heures …

Voilà un petit doc (choisir celui du 15 Novembre par ie), fait par France 3 Sud. Encore un coup de Morpheus !

Ces moments intenses méritent quelques efforts. Ce n’est pas de la souffrances, mais des efforts.

Kito de Pavant

Il rebondira … c’est sûr. Il faut juste avaler la pilule après 2 ans de préparation et la déception de toute une équipe.

Vie Pratique

A partir de 2,5 – 3 ans, la pédagogie Montessori propose des activités de vie pratique, vie pratique, vie pratique et vie pratique, puis un peu de sensoriel. Petit Ginkgo, à 21 mois, montre beaucoup d’intérêt pour de nombreuses activités de la vie courante.

* Verser : Il adore faire la vaisselle avec nous, pour transvaser l’eau d’un verre à un bol. Il va de soi que pour le moment il en met partout !

19-11-09

Il est venu seul à l’eau, mais adore transvaser les haricots blancs et rouges. Même s’il s’intéresse à la cuillère, les verser directement d’un récipient à l’autre est juste fascinant !

19-11-09-bis

* Visser – dévisser : Petit Ginkgo veut absolument revisser le bouchon lui-même sur la goulot de la bouteille.

* Porter – déplacer : Il transporte toute sorte de chose sur son plateau pour aller sur le coffre, sur la table, etc

* Ouvrir et fermer une porte : Il y a à peine 10 jours, il a passé 30 min dans la salle de bain de ses grands parents à ouvrir et fermer la porte de la douche en s’appliquant à faire le moins de bruit possible donc le plus doucement possible.

* Plier : Lorsque le linge sort sec, voilà qu’il nous imite pour le plier.

* Boutonner, zipper, clipper : chaque vêtement est une occasion de s’exercer. Il court vers son père pour clipper le sac de parapente. Il défait son manteau à glissière et ses chaussures à scratch seul.

* Pincer : Il veut souvent utiliser les pinces à linge quand je m’en sers mais je ne lui propose que rarement spontanément, car les ressorts sont très fort et il a du mal à bien les ouvrir. Ce qui le met en situation d’échec.

19-11-09-ter

* Parler : Il absorbe les mots comme s’il était boulimique … Je m’applique donc à utiliser le vocabulaire le plus précis possible pour réduire à néant l’agacement qui pointe quand la communication ne passe pas.

Alors, bien qu’il n’ai même pas 2 ans, l’observation me fait dire que je dois avoir un peu d’imagination pour lui proposer quelques activités bien en rapport avec sa période sensible … afin de nourrir ses besoins.

J’ai tout juste, Maria ?

 

 

Auction Addicts !

En trainant mes guêtres sur ebay, pour du matériel Montessori, je m’aperçois que certaines personnes sont gravement impulsives … Ce temple des transactions à distance est-il le dernier sanctuaire du frisson ?

Comment expliquer que l’on puisse payer un objet plus cher, aux enchères, que ce qu’il coute en achat direct ?
* Soit ils ne se sont pas renseignés sur le prix habituel de l’objet dans le commerce ou en vente directe – souvent par le même vendeur. (Qu’ils ne contractent jamais un prêt, ils risquent gros …)
* Soit la fièvre, le besoin irrésistible d’être le dernier à remporté l’enchère, a surpassé la limite qu’ils s’étaient fixée. (Qu’ils ne mettent jamais les pieds dans un casino …)

Pourquoi enchérissent-ils systématiquement chaque jour ? Cela fait monter les enchères artificiellement. Etre présent en fin d’enchère et fixer son prix limite, dans les dernières secondes, semble une bien meilleure stratégie.
*Si ça dépasse et bien l’objet était trop cher et tant pis.
*Si ça passe, le seul risque est de le payer bien moins cher que prévu, grâce aux enchères automatiques.
C’est tout bénéf … enfin oubliez ça que je gagne à tous les coups !

Juste une question de bon sens …
Évidemment, il y a les cas où il faut absolument obtenir l’objet car il n’y a pas moyen de le trouver autrement. Mais pour ce matériel Montessori, les objets sont, en plus, réapprovisionnés régulièrement !

Société de Consommation

La nuit noire fût blanche !

Mon favori sur Gitana Eighty semble plutôt bien s’en sortir jusqu’à présent. C’est un chassé croisé, en tête, depuis cette nuit, avec Le Cam, à cause des nombreux empannages effectués pour s’écarter des îles.

Tout le monde connait le talentueux Loïc Peyron, au moins de nom. Ce deuxième de la fratrie des Peyron était le plus enthousiaste, téméraire, espiègle et jovial des trois frères. Même si Bruno et Stéphane n’ont jamais été en reste question voile et aventure ! Il est devenu le vieux loup de mer, expérimenté et succesfull !

Pourvu que ça dure …

Ca me donne un coup de vieux : y’a pourtant pas si longtemps que je lisais ses frasques de jeunesse assise  sur les marches en bois au lycée !

Mesrine

J’ai pas envie d’être l’esclave, à perpétuité, de mon réveil matin …

Flash du premier opus cinématographique : L’Instinct de Mort

Le spectacle n’est pas dans la salle !

Club “Torture & Grapevine” : Le grand blond, larges épaules, sourire commercial et cuisses sculptées, s’agite sur son podium, micro intégré, voix suave et musique à fond !

Regarde et rejoins moi / Sois fort, tiens encore / Donne toi à fond / Tu es prêt, bouge ton corps / 5, 6, 7, 8 / Oh, oui, j’aime bien / Attention, à mon signal, on reste / Et relâche / Détends-toi / etc

Mieux qu’une séance de Bodydeck, une heure à se bidonner …

L’art d’observer …

Pour une Montessorienne, je n’écoute et n’observe pas assez Petit Ginkgo …

Le temps des bêtises est arrivé :

* Vider le shampoing sur la serviette dans la baignoire

* Ecrire au crayon de couleur sur la table en bois

* Déchirer un livre pour voir si cette grosse dernière page n’en cache pas une autre.

* Monter debout sur le tricycle

* Escalader la table basse pour aller chercher le verre d’eau à l’autre bout

* Taper plus ou moins fort un pot en verre sur le carrelage pour écouter les différences de son

* Dévisser la télécommande de l’avion avec le tournevis posé sur le bureau

* Monter sur la grande chaise pour attraper le sac de gruyère et en mettre une pleine poignée dans sa bouche.

* Refuser catégoriquement de manger la soupe

L’adorable angelot se transforme en terrible sauvageon ! A force d’accumulation et la fatigue aidant, le ton monte rapidement …

Mais hier soir, j’ai compris qu’il avait pris confiance en lui et ne suivait que sa tendance naturelle à découvrir le monde, à apprendre. Il affichait une grande fierté à vider toute ma bouteille neuve de shampoing. Quand j’ai commencé à me lamenter, il est resté interdit. L’incompréhension se lisait dans ses yeux. “Comment Maman n’est pas fière de moi, d’avoir réussi à ouvrir le bouchon ?”. J’ai cessé d’être agacée et je lui ai expliqué pourquoi ce n’était pas une chose à faire … Il a alors refermé le bouchon avec son index ! L’explication a eu plus d’impact que la colère.

Il est loin d’être question de laxisme, mais de règles et d’explications sans brider le développement naturel de l’enfant. C’est, du coup, un sacré travail sur soi pour éviter de se facher contre l’enfant  agaçant après une journée de travail bien remplie. En prenant un peu de recul, j’aurais vu combien il avait progressé ces derniers temps et j’aurais adapté l’environnement.