Incognito

Juste pour ne pas sauvagement voler quelques idées pertinentes, me voilà  à enfreindre les règles de “mon p’tit blog, bien égocentrique, à souhait, avec des réflexions sans intérêts et égoïstes, la plupart du temps. Sans vocation militante, mais simple congrégation de billets d’humeur.”

Aucune de mes relations n’était supposée le connaitre, pour éviter tout travestissement de mes pensées par goût de plaire ou de choquer. Tout compte fait, qu’y a t-il ici que les amis ne connaissent déjà ?

Cependant, je commence à regretter d’avoir rompu le charme …

Suis cataloguée Borderline …. Y’a largement pire que moi en Borderline, non ? Kesakokivedir ?

A cause de cette espèce de maladie supposée dangereuse et à déclenchement intempestif, il faut éviter les conversations à mon sujet, de peur de briser – rien que par la parole – un équilibre jugé fragile. C’est bien présomptueux, Morpheus, de penser que tu puisses avoir ce pouvoir … J’assimile plutôt cette réaction à un transfert, entrelacé d’une propre projection.

Tout le monde a le droit d’avoir une opinion. C’eut été simplement constructif de comprendre les fondements de ce jugement. Mais finalement peu importe, cela n’entame en rien ma personnalité !

Dommage … Je ne vais juste plus pouvoir “babiller” sur les connaissances communes, en toute impunité. :)

C’est officiel !

“Après être tombé sur la case ” Retournez à la case départ” en octobre 2007 au large des Canaries, Manu a repris par le début la longue liste des démarches administratives qui devrait lui ouvrir les portes du Brésil en Novembre 2009.

Dimanche dernier, au salon nautique de Paris, Emmanuel s’est inscrit auprès de l’organisateur G.P.O. pour la Transat 6,50 2009. Cette fois-ci il ne devrait pas y avoir d’histoire de liste d’attente pour Totem et Emmanuel.”

Claire – Chargée de communication web
Membre du Team FRA389 / Totem – Domaine des Thémeaux

Madeo

C’est l’histoire d’un TRISMUS, un dériveur lesté de 11m30, qui a vu passer des rêveurs … Baptisé tour à tour Libirou, Madeo, puis Safran, il connait l’Atlantique comme sa poche !

En breton, Madeo signifie “Tout va bien”, ce n’est pas Ronan & Lol qui vont le contredire …

Après presque 2 ans et sans avoir vu le Pacifique, ils transmettront le flambeau à Antoine & Hélène pour une autre transatlantique entre Sénégal et Antilles.

15m², juste ce qu’il faut pour couple d’une trentaine d’années ayant su concrétiser leur projet.

Ça n’a pas l’air si compliqué que ça … C’est comme tout, suffit de se jeter à l’eau, de prendre la décision et de cesser de se trouver des excuses !

Tous complices …

The Meatrix :

Voilà la réflexion toute fraiche de Morpheus, dont les idées convergent avec les miennes, conscient, lucide et encore plus  révolté par notre monde et notamment par l’industrie alimentaire :

“Ce que je nous reproche un peu donc c’est de “surfer” sur le système. On survole un peu tout, on s’intéresse à tout mais en superficie (superficiellement), on veut bien aller vers les autres mais que dans le consensuel, on fait des métiers pointus qui nous donnent l’impression de maitriser quelque chose.
On se passionne, on applaudit un marin avec une vache dessus et on trouve que c’est bien qu’il ait le courage d’affronter la mer; la vraie.

Voilà sauf que la vache flottante en vérité vraie elle sert à rien. Elle a couté 3 millions d’euros pour faire applaudir une foule et vibrer un marin qui ne fait ça que pour lui.
3 millions c’est une somme ! Qui a été pris à qui ? A la populace qui mange de la “Vache qui Rit” et du “Babybel”, deux produits hyper industrialisés fait avec du lait de vache qui a jamais vu le jour ! (voir vidéo “Notre pain quotidien” de Nikolaus Geyrhalter 2007)

Tu crois que les prolos, les smicars et les collectivités qui se bâfrent de “Vache qui Rit”, elles avaient rien d’autre à faire de leur argent que d’envoyer un pantin multicolore à l’autre bout du monde sur une coque en carbone ?
Tu crois vraiment qu’ils savent que c’est parce que la laiterie à été industrialisée à mort, rentabilisée sans aucune éthique, outrepassant toute dignité envers les animaux, franchissant les limites de l’acceptable, que Bel peut se permettre cette publicité délirante ?

Et c’est qui les cons qui applaudissent ces bateaux sur les quais et font que tout cela existe ?
Et bah c’est nous …

Bienvenue dans la Meatrix …”

Société de Consommation

Mon Beau Sapin

Tout droit sorti d’un email de Miss Doc.

L’adresse du site est www.monbeausapin.org

Il ne s’agit pas de venir le plus de fois par jour, mais d’être le plus nombreux possible. Venir une fois ou 50 fois par jour, ça revient au même, puisque c’est le nombre de visiteurs UNIQUES et pas de visites qui est calculé, selon le barème mis au point. L’argent sera utilisé par la Croix Rouge pour mettre des cadeaux sous les sapins des mairies le 24 au soir.

Et enfin, petit rappel qui ne mange pas de pain, sur la droite, un onglet “faire un don à la Croix Rouge” est toujours à votre disposition, si par exemple vous avez envie d’en faire plus (tous les montants sont acceptés)”.

Voilà, ça prend pas beaucoup de temps et il y a des planches sympas donc n’hésitez pas à aller voir les mises à jour voire à faire passer ce mail si vous avez envie !

Merci pour eux!!

Et encore un …

Alors qu’il venait de prendre le leadership, Mike Golding a démâté … une hécatombe !

Baron en déroute.

Peyron a abandonné officiellement hier …

Rencontres

Comment un conteur toulousain sous tente berbère se retrouve sur un marché de Noël nordique ? Un artisan maroquinier du Sud vend ses créations à sa fidèle clientèle du froid.
Il existe d’autres vies … Elles ont aussi leurs contraintes et leurs difficultés mais ne sont-elles pas plus poétiques ?

Ils ont comme une étincelle au fond du regard que l’on ne trouve pas souvent chez les gens fort bien établis. Peut-être est-ce toute la différence entre une activité passionnée et une alimentaire ?

J’admire les parcours qui sortent du rang. Ils ne rencontrent pas toujours le succès, mais souvent ils sont suffisants pour profiter de la vie.

On dirait une bourgeoise qui rêve de s’encanailler !

Les individus hors du commun, par tout aspect, même le plus infime, nourrissent ma soif d’autres et d’ailleurs.

Les vacances Zen …

Le départ du marathon de fin d’année est donné …

Sourire en toute circonstance, sincère si possible. Derniers cadeaux à dégoter. Ficelage à la manière Mère Noël. Cueillette de boites de lait deuxième âge sur arbre, sinon panne assurée. Valises à boucler et à transférer dans le Wagoon, style Tetris Géant. Derniers papiers importants à résoudre pour cause d’absence pendant 15 jours. En toile de fond, fin d’année oblige … liste des vœux, archivage des mails et photos. Sans oublier un peu de step au passage et le boulot en prime.

Pas sûr qu’un lasy Capsicum de mon genre survive au parfait GO jusqu’au bout … avec un petit Ginkgo dans les pattes, de surcroit !!

Le bonheur d’après Voltaire …

“Ce qu’il faut pour être heureux”

Il faut penser ; sans quoi l’homme devient,
Malgré son âme, un vrai cheval de somme.
Il faut aimer ; c’est ce qui nous soutient,
Sans rien aimer, il est triste d’être homme.

Il faut avoir douce société.
Des gens savants, instruits, sans suffisance ;
Et de plaisirs grande variété ;
Sans quoi les jours sont plus longs qu’on ne pense.

Il faut avoir un ami qu’en tout temps,
Pour son bonheur, on écoute, on consulte,
Qui puisse rendre à notre âme en tumulte,
Les maux moins vifs et les plaisirs plus grands.

Il faut le soir, un souper délectable,
Où l’on soit libre, où l’on goûte à propos,
les mets exquis, les bons vins, les bons mots,
Et sans être ivre, il faut sortir de table.

Il faut, la nuit, tenir entre deux draps,
Le tendre objet que notre cœur adore,
Le caresser, s’endormir dans ses bras,
Et le matin recommencer encore.

Voltaire

Nautic 2008

C’est le Salon Nautique, en ce moment …
J’aurais même pu avoir des entrées !!

Disons qu’il y a des impératifs dans la vie …

Blast from the past …

Derrière le factuel, il y a l’émotion, le sentiment. Oui, la “Fête des Lumières” était magnifique, un délice pour les yeux et l’imagination. J’ai aimé les “faux” papillons frénétiques enfermés dans une voiture ou derrière les vitres du 1er étage. Les milliers de gobelets phosphorescents m’ont amusés. Comme souvent les Terreaux invitaient à la féérie.

Mais au fond … j’étais venu voir Lyon : ma ville. Au détour d’une rue, je cherchais un pressing, une pâtisserie, une bibliothèque, une boite de nuit et une péniche. Je visitais mon passé sur les quais de la Saône, propice aux flâneries, de bouquinistes en primeurs. Je n’ai pas retrouvé le petit café des Célestins.

Depuis tout ce temps, il m’est resté des amis. Pourquoi ? Allez savoir …
Cela ne tient pas toujours du rationnel. L’énorme bouffée d’air frais que m’a procuré cette vie lyonnaise, m’a rendue entièrement moi-même. Découvrir les individus, les personnalités, était juste fascinant. Je goutais la soif de l’autre. Je prenais mon envol …

Il reste pour moi, à Lyon, cette avidité de vivre. Mirage ? Impression trop forte des souvenirs sur ma rétine emosensible ? C’est probable …

Mais de l’illusion existe toujours quelques légers liens.

Johann Wolfgang von Goethe – n°1

Etre adulte, c’est avoir pardonné à ses parents.

Johann Wolfgang von Goethe

3h ce matin, voilà ce que je retiens du discours de Marcel RUFO.
J’en connais quelques uns qui ne sont pas encore adultes, même passé 35 ans …

La fin du parcours …

Peyron a démâté hier … quelle poisse !!
C’est le jeu : ménager sa monture fait parti des paramètres.
Je suis dépitée ! Mes deux favoris ont eu la même avarie … Bye “Gentleman Skipper” comme le surnomme le site officiel !

Toute mon attention se reporte alors, comme Ange, sur Michel Desjoyeaux, valeureux skipper qui nous prouve, encore cette fois, combien il est doué : 3ème actuellement avec un départ différé !
Espérant ne pas lui porter malchance.

Furtif Désespoir.

Gorge serrée, souffle court … Enfant trop gatée pour qui le quotidien ne suffit pas. Se contenter du sourire innocent d’un bébé, avoir chaud et être rassasiée, préparer Noël, et se réjouir d’un ciel un peu plus bleu que d’habitude.
Impossible aujourd’hui …
Contraindre l’esprit sur un point fixe est la seule issue salvatrice ! Mais il galope et s’envole, anarchique et avide. Tout mélanger n’est un art que si on y ajoute la légèreté. Se perdre en est le risque.
Aussi calme et posée qu’il paraisse, il n’y a que l’épaisseur d’une larme pour éviter de tout faire voler en éclat.

Fête des Lumières …

La ville de Lyon vénère la Vierge Marie depuis le Moyen Âge et s’est mise sous sa protection en 1643, année où le sud de la France était touché par la peste : les échevins de Lyon, le prévôt des marchands et les notables firent alors vœu de rendre hommage chaque année à la Vierge si l’épidémie de peste cessait.

10-12-08

Cathédrale Saint Jean

Depuis, un cortège solennel municipal se rend à la basilique Notre-Dame de Fourvière depuis la Cathédrale Saint-Jean chaque 8 septembre (et non le 8 décembre), jour de consécration de la ville à la Vierge, pour lui offrir cierges et écus d’or.

10-12-08-bis

Palais Saint Pierre

Le 8 décembre 1852, doit avoir lieu l’inauguration de la statue de la Vierge Marie, érigée sur la colline de Fourvière. Un moment important pour tous les croyants de la ville puisque cet événement avait été reporté à cause d’une crue de la Saône. Il aurait dû à l’origine se dérouler le 8 septembre, jour de la fête de la Nativité de la Vierge et date anniversaire du vœu des échevins de 1643. Or en ce soir du 8 décembre, alors que la Fête se prépare et que les notables catholiques lyonnais proposent d’illuminer les façades de leurs maisons comme cela se fait traditionnellement pour les grands événements, un orage s’abat sur Lyon et menace une fois de plus la cérémonie. Mais heureusement le temps redevient clément. Alors la population qui avait tant attendu cette manifestation illumine d’un geste spontané ses fenêtres et descend dans les rues. Elle conservera cette coutume jusqu’à nos jours.

10-12-08-ter

Théâtre des Célestins

Autour de cette fête religieuse et traditionnelle, des mises en lumière spectaculaires sont effectuées depuis quatre ans dans le cadre d’un « festival lumière » devenu « Fête des lumières », pendant 4 jours autour du 8 décembre, en parallèle du Plan Lumière qui réalise une scénographie lumineuse dans tous les quartiers de la ville en mettant en lumière les principaux sites et monuments de la ville et qui fait désormais référence en France et à l’étranger.

Merci Wikipédia et le site de la Ville de Lyon !

La liberté des uns finit là où commence celle des autres …

Un nouvel aller-retour au garage “Grandeur & Décadence”. Le faisceau était soi-disant commandé pour le changement prévu. En récupérant le Wagoon, j’apprends que finalement, ils ont juste consolidé la connexion …

Je n’aurais pas pu être plus franche face à ce responsable, qui se retranche derrière ses techniciens. Peu m’importe les responsabilités, qu’il assume sa qualité de Boss. Avec l’âge, on apprend à exprimer son mécontentement avec fermeté ! Ce garage me fait perdre patience depuis l’achat du Wagoon. On a vraiment l’impression qu’ils attendent la fin de la garantie pour faire les travaux sur cette voiture.

Le service est déplorable et ils se targuent d’être le plus gros du marché … Une chose est sûre, c’est qu’ils ont au moins un client prêt à soigner leur image …

Faire perdre son temps aux gens en toute impunité est inadmissible.

Ducati ST2

Une vieille tortue sourde et toute rigide. C’est un peu l’effet obtenu, après harnachement de l’équipement moto.

Le temps de trouver son équilibre et ses prises pour éviter de glisser sur le pilote à chaque freinage, et c’est parti !

La sensation à l’accélération est délicieuse et euphorisante. Sur autoroute, le compteur monte … juste ce qu’il faut : 130-140 km/h … Les pieds calés, la vibration de la machine remonte jusqu’à mon casque et fait bourdonner mes oreilles.
Réaliste : Si on se vautrait à cette vitesse, il ne resterait pas grand-chose. C’est toute la différence “avec” une carrosserie entre nous et le bitume.
Inconsciente : Les virages sont sources de délectables frissons, décuplant les perceptions.

Juste grisée par le soleil, le paysage, la vitesse, je remonte la visière pour sentir le vent sur le visage.

La vitesse moyenne chute, mais le dénivelé est propice à l’oscillation. Chaque virage amorce de nouvelles sensations … Capsicum assoiffé d’évasion est enivré.

Ne rien faire disait-il ? Je m’accroche et essaie d’éviter les mouvements parasites, tout en accompagnant. Enfin, presque …

Alors c’est donc ça … rouler à moto !

Plus sportif que je ne l’imaginais ! Et encore, je soupçonne le Capt’ain d’y être allé molo … On a pourtant bien mérité un petit chocolat, chez Les Adorables !

Le soleil décline, il va falloir y aller, enfourcher la machine et sauter dans le premier Train … à Grande Vitesse.

Chronique de la Circulation

Compères complices.

Collision entre la sphère privée et la sphère professionnelle. Un sentiment étrange et pourtant amusant. Seuls les deux intervenants sont dans la confidence. Situation plutôt délectable !

- Un p’tit Mont d’Or après le boulot ?

Morphée m’a frappée !

Soirée à marquer d’une pierre blanche … J’ai même de la peine à le croire :

Hier soir, j’étais aux plumes en même temps que fiston …

Grosso Modo 20h35 !!

Il va pleuvoir des clochettes du pays des songes …

Des portes en pleine mer.

Mon favori, Loïc Peyron est 4ème alors que le peloton de tête s’affaire à passer la Porte Atlantique virtuelle. La Porte Kerguelen a été déplacée, par l’organisation de course, pour que les bateaux évitent au maximum les  growlers, plaques de glace dérivantes détachées d’icebergs isolés.

Mention spéciale à Michel Desjoyeaux (Foncia) qui vient d’intégrer le Top 10. Il a fait une remontée d’enfer depuis son faux départ des Sables d’Olonne ! Chapeau … Un autre très bon …

163,10 euros

Une seule clef vous manque et tout est chamboulé !

Une alternative formidable !

Petit reportage, de Février 2008, sur l’école à la façon Montessori, pour une fois, en français car en France :

Une pédagogie basée sur l’observation des enfants et donc sur leurs besoins. Par périodes sensibles, l’enfant développe, à son rythme, ses compétences en faisant participer tous ses sens, afin de comprendre et encrer les concepts au plus profond.

En respectant les rythmes naturels d’apprentissage de l’enfant, son autonomie et sa confiance en lui, la pédagogie Montessori est un outil puissant, permettant à l’enfant de devenir un être bien dans sa peau, curieux et adaptable.

Changer la face du monde commence par rendre leur individualité aux petits pavloviens uniformisés … qui deviendront les adultes de demain.

Pierre-Gilles de Gennes

Au delà du Nobel, Pierre-Gilles de Gennes est une légende pour moi … lui qui remit les prix aux lycéens des Olympiades de la Chimie !

Un mec excellent donc, mais je ne savais pas qu’il avait passé son enfance à Barcelonnette (Ah ! l’Ubaye) et que sa maman l’avait instruit, à la maison, jusqu’à l’âge de 11 ans.

Comme quoi …

Nota : Et j’en connais un qui l’a croisé en Corse ! ;)

Jeu de mots …

Des mots utilisés fort à propos … des mots nouveaux et quelques abstractions.
* Depuis longtemps : chaussure, chaussette, nez, main, pied, zizi, pipi, caca, carotte, fromage, vache, chat …
* Y’a 3 semaines : parti, pantalon, l’eau, camion, chocolat, bateau, train, hélicoptère, lumière, sou, clef, détache, câlin , chien, mal …
* Cette semaine : pirate, manger, avion, coté, porte, âne, manche, pâte, fourchette, doigt, donne, pièce, cochon, cheval, boire …

Mais le célèbre “voiture” n’est pas encore détrôné, même si “l’eau” gagne du terrain !

Petit Ginkgo, 1 ans et 10 mois.