Comment Momversation se torture …

Quel est le plus difficile : être épouse ou mère ??

Comment dire … pourquoi se posent-elles ce genre de question ? Encore une de mes déconnexions du monde féminin, chanceux Capsicum extraterrestre que je suis !

Mention spéciale à Heather Armstrong de Dooce et à son point de vue “sociétalement” incorrect : “Si vous sortiez avec un mec qui se met à pleurer ou crier de manière incessante, dès le premier rendez-vous, jamais vous ne voudriez le rappeler … C’est beaucoup plus difficile avec votre progéniture !

Sauveur sauvé !

Sains et saufs, c’était vite dit … Suite au sauvetage de Jean Le Cam, PRB présentait une avarie, qui l’a fait démâter, juste après le passage du Horn. Les deux marins n’ont pas été blessés. Mais sans moteur, une assistance était nécessaire.

Pendant ce temps Roland Jourdain se place pour ravir la 1ere position à Michel Desjoyeaux

Biberon Toxique

Début février 2008, une étude “Bisphenol-A leaching from popular Baby Bottles” enflamme le Canada. Sujet : la migration dans le lait de Bisphénol A, contenu dans le polycarbonate de certains biberons, notamment après chauffage au micro-onde.

Alors que les spécialistes outre-Atlantique conseillent d’ores et déjà de privilégier les modèles en verre, par précaution, la direction générale de la santé française ne s’alarme pas. Ce sont le magazine Parents et l’émission Les Maternelles, en mai 2008, qui abordent publiquement la question.

Nouveau sursaut en janvier 2009. Le reportage (conseillé par Belle Maman), un peu alarmiste, de Yann Fronty et Stéphane Guillemot, intitulé “Biberons empoisonnés” dans Complément d’Enquête, pose aussi la question de la position française.

D’après Question Science, “Une étude récente (novembre 2007) menée par une équipe de chercheurs aux Etats-Unis (1) a mesuré la quantité de bisphénol A bioactif relargué par des bouteilles de stockage couramment utilisées, qu’elles soient neuves ou ayant subies une série de lavages afin de mimer l’usage habituel des consommateurs. Ces tests ont été effectués soit à température ambiante (22°C), soit avec une courte exposition à 100°C (eau à ébullition). Les résultats ont montrés qu’un taux variant de 0,20 ng/h à 0,79 ng/h de bisphénol A était libéré à température ambiante, à la fois par les bouteilles neuves, mais aussi par les bouteilles ayant subi sept jours de lavage. Pour ce qui est des bouteilles chauffées un court instant à 100°C comme peuvent l’être les biberons, le taux de bisphénol A libéré dans l’eau est 55 fois plus élevé qu’à température ambiante. Ceci expliquerait l’exposition à un taux élevé de bisphénol A des nouveaux nés, mais aussi tout au long de la vie.

Certes, ce n’est pas d’aujourd’hui que certaines molécules des contenants migrent dans les aliments (cf saturnisme), mais cette molécule de synthèse et la quantité relarguée ont-elles une influence sur la santé ?
Des études réalisées sur des animaux viennent soutenir la thèse, expliquant que cette molécule agit comme perturbateur endocrinien et pourrait être la cause de maladies ou dysfonctionnements. Et dire que ce type de biberon existe depuis 40 ans …

Il est aussi reproché de ne pas avoir tenu compte d’études publiées et acceptées par la communauté scientifique comme robustes, où il est observé par exemple que les niveaux faibles de bisphénol A mesurés chez l’homme sont suffisants pour augmenter le risque de cancer de la prostate, du sein, le diabète de type II, causer des anomalies lors de la reproduction, réduire la qualité du sperme, causer des fausses-couches à répétition, de l’obésité, et des troubles du comportement similaires aux troubles déficitaires de l’attention (2).

Au Canada, le consommateur a exercé une telle pression, que ces biberons ont été retirés de la vente par les enseignes et une nouvelle loi concernant la non-alimentarité du polycarbonate serait en préparation.

 

Parmi les 3 marques testées, AVENT (particulièrement appréciée pour ses larges  tétines, plus proches d’une succion au sein) est celle laissant migrer le plus de Bisphénol A. C’est ce que nous avons à la maison …

Voici une Notice canadienne réalisée pour aider à choisir les biberons en connaissance de cause.

Le blog de Cerise B. détaille le sujet, rapports à l’appui et position des fabriquants.

Pour conclure, se préserver de toute nocivité semble impossible de nos jours …

Se nourrir de produits réellement “biologique”, non transformés, est encore loin d’être suffisant, si les contenants, pour conditionner, cuire, chauffer ou manger, nous empoisonnent. Il faut revoir entièrement une chaine gravement ramifiée.

Le mieux reste le lait maternel, pris à la source, composition et température parfaitement régulée. (Même s’il ne faut pas se leurrer, nous sommes porteurs d’autres substances nocives …) De deux maux, il faut choisir le moindre.

 

(1) Le HH, Carlson EM, Chua JP, Belcher SM. Bisphenol A is released from polycarbonate drinking bottles and mimics the neurotoxic actions of estrogen in developing cerebellar neurons. Toxicol Lett. 2008 Jan 30;176(2):149-56. Article

(2) The Natural Resources Defense Council, 8 août 2007, Communiqué de presse

Soldes percutantes

Pas de tempérament agressif, pas de virulence particulière, pas de pulsion suicidaire, pas de mauvaise rencontre …

Alors, à quoi dois-je cet œil au beurre noir, une lèvre inférieure gonflée et une  énorme bosse sur le front ?
Dans l’ordre, à l’angle de ma porte de voiture, puis à une porte vitrée coulissante qui ne s’est ouverte qu’à demi. Avec cette inattention chronique, mais inhabituelle, j’espère juste rentrer ce soir sans autre contusion …

En équipage sur la solitaire du Vendée Globe !

Ravie que le skipper Jean Le Cam soit sain et sauf à bord de PRB.

Bravo à Vincent Riou pour ce sauvetage dans lequel il laisse quelques plumes matérielles.

White …

Autant la neige, à la montagne, c’est le bruit craquant de la compression des cristaux sous les pas (ou, moins poétique, juste l’air qui s’échappe …) C’est un paysage magnifique au file des descentes sportives ou balades en raquettes.
Autant la neige, en ville, c’est rouler à 15 km/h, les inquiétudes des uns et des autres pour rentrer chez eux. C’est un papy qui marche au milieu de la route de peur de se vautrer sur le trottoir (et je le comprends !). Et puis ça finit en gadoue noirâtre !

Mais c’est aussi … une place chez le docteur, à l’heure souhaitée, le jour même, parce que tout le monde s’est décommandé !!

L’An Neuf !

L’affligeante nuit du 31 au 1er, c’est regarder toutes les demi-heures le téléphone portable, pour savoir si l’on vous aime !!!

Le Maître du Kompress

Nous sommes allés prendre des nouvelles du Tour du Bord du Monde … Il parait qu’il manque des pièces !

Il est bien occupé, le garçon, même quand y’a plein de glace devant l’Ecole de Parapente !! C’est ça d’avoir des idées plein la tête.

Son œil de photographe est sensible aux jeux de lumière sur les roches, à la beauté d’une parfaite ligne de crête neigeuse.  Il flirte avec le graphique ! Je suis décidément fan.

Ah, si seulement il voulait bien m’apprendre à piloter un CH-7 …

Rénilde Montessori

Les grands-parents, comme les enfants, utilisent souvent mieux leurs mains que leur voix pour enseigner quelque chose aux autres. Les uns comme les autres sont des éducateurs par excellence: les grands-parents peut-être parce qu’ils ont retrouvé la faculté de s’émerveiller et qu’ils souhaitent éveiller de nouveaux êtres à la magie de l’existence; les enfants sans doute parce qu’ils ne l’ont pas encore perdue.
Les grands-parents et les enfants ont, les uns comme les autres, la patience d’observer tranquillement leur disciple tandis qu’il répète le mouvement appris, sans interférer, sans corriger à contretemps, sans juger; avec bienveillance, en l’encourageant silencieusement et en faisant une confiance absolue à son aptitude à réussir.

Futilité …

Je sens leur douleur … elle suinte des murs qui les entourent. Et pourtant, je n’ai que ma joie de vivre pour alléger leur peine … Orgueil ou vanité, peu importe qui a raison, l’essence de la vie doit rester humble et optimiste. Comment les soulager, eux qui portent ce fardeau trop humain pour ne pas persister ?

Leur regard a changé et leurs mots s’appuient sur des œufs, eux, qui autrefois, étaient si forts et si éclairés …

Toi, l’Indifférent baisse les armes, si tu savais combien ils t’aiment.

Les étrangers de sang.

Appeler un chat, un chat !

Les poupées et baigneurs sont du sexe des anges …

Au milieu des voitures, garage, animaux, vis, ardoise et autre train, Petit Ginkgo reçoit du Père Noël, un bébé avec sa poussette. Petit gars peut nommer les parties du corps, réussir avec ce poupon, ce qui est encore difficilement maitrisable par lui-même, jouer à s’occuper d’un plus petit, ou parcourir les couloirs, à fond les manettes, en poussant la poussette.

L’enfant donne sa sucette au bébé de plastique, puis décide de le déshabiller, comme pour le mettre sur le pot (livré avec). Il reste interdit, déclarant : “Pas zizi !”. En effet, le baigneur n’est ni une fille, ni un garçon …

La vie est pourtant faite ainsi et toucher du doigt, une réalité toute naturelle ne me parait relever d’aucun tabou !  Qu’y a-t-il de choquant dans cette nature du genre ? Dans quel but aseptiser le milieu jusqu’aux jeux des enfants ? Certes, l’enfance a besoin de féérie, mais en quoi est-ce antinomique ?

La logique du petit observateur se rendra bien un jour à l’évidence : “C’est un bébé qui ne peut faire pipi !”

La perplexité me gagne … Voilà encore un symptôme d’une société ombrageuse, formattant des névrosés !

L’Ubaye ça vous gagne …

Cet énorme paquetage sur le dos de ce skieur est un parapente bi-place … Nous le suivons du regard, une pointe d’envie au bout du ski !

La vallée est encore plus belle enneigée …

30-12-081

Bien que la morsure du froid soit à peine supportable, nous jouons encore une fois dans les montagnes de l’Ubaye, mais … paraboliques aux pieds.

Quoique Ange affectionne son monoski !

30-12-08-bis

La neige sous les spatules, la pente est propice à la vitesse. Sans trop de technique, le simple effet ressort me permet de serrer le virage. Les skis parallèles dévalent le versant, maximisant le vent relatif. Les genoux s’assouplissent, pour absorber l’irrégularité du relief, à peine discernée, à travers les lunettes de soleil.

30-12-08-ter

Quelques dérapages font jaillir la poudreuse … Je m’éclate !

Séant au vent glacial !

Après 4 ou 5 pistes et presque autant de remontes-pente, le vent, le froid des perches de tire-fesse encouragent cette énorme envie de pisser …

Sur cette piste rouge, en haut du massif, il n’y a plus moyen de planter le bâton sans ressentir le besoin absolu ! Exit toute pudeur, le frêle arbre de coté suffira ! 3 épaisseurs, plus les bretelles du pantalon de ski, … enfin … le soulagement est libératoire !

Sauf que dans 40 cm de neige, l’équilibre est aléatoire et il en faut peu, avec des chaussures de ski, pour se retrouver le cul dans la neige !!

Question de savoir-vivre !

Tribu particulièrement distinguée : Les Pisse-dans-l’eau

Cette espèce, comptant majoritairement des spécimens masculins, doit probablement se délecter du très élégant bruit !

PS : Je tiens à préciser que je ne soutiens, en aucun cas, les femelles fanatiques de la lunette baissée.

Sagesse japonaise

La vraie beauté, c’est juste l’instant avant que la fleur ne se fane.

Nota : Parfaite crême anti-ride … à appliquer chaque jour devant le miroir.

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas …

Ils essaient de vous instruire à votre insu …
Gravement convaincues qu’ils en savent plus que vous sur chaque sujet abordé, ces beaux frères, voisins, collègues vous expliquent en détail, ce que vous devriez faire, et comment vous devriez le faire.

Parés de leurs airs d’instituteurs, ils vous font l’honneur de leurs lumières …

Hum, hum” “Bien sûr” “Ah, vraiment” valent vraiment mieux, que le cri du cœur “Mon petit, je faisais déjà cela avant que tu ais du poil au menton !

Pas une seconde, ils ne peuvent même imaginer que votre silence préserve leur amour-propre.

Albert Einstein

La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

Albert Einstein

Olivier de Kersauson

J’aime bien les gens qui font, les gens qui disent ne m’intéressent pas.

Olivier de Kersauson

La sorcière est au frais !

Imbue d’elle même, cette femme ne vit que pour se montrer. Apparaitre chaque semaine dans le journal doit faire parti de ses objectifs : en gros plan si possible, mais au moins au premier rang du groupe. Tour à tour présidente, adjointe, trésorière, elle vole d’associations en associations, brassant de l’air et surtout de l’argent. Pincée, elle méprise facilement et n’hésite pas à actionner quelques leviers pour mettre des bâtons dans les roues, de quelques oppositions privées. La manipulation est son art et les scandales s’évaporent d’un souffle.

En résumé, une femme très recommandable …

J’en connais qui n’hésitent pas à découper son effigie, à chaque occasion, pour la placer au congélateur :
- Comme ça, elle se gèlera un peu les miches !!

Enfin, c’est ce qu’ils disent !

Parce qu’un sourire émerveillé le vaut bien !

Dur métier qu’intérimaire du Père Noël

Dénicher les idées rares ou justes est déjà toute une mission, car les ascendants, collatéraux et autres sympathisants attendent avec impatience la fameuse liste. Pas de défaut de coordination, sinon, c’est le drame ! Il faut proposer à ceux qui n’ont pas d’inspiration, le cadeau qui va le mieux leur correspondre. On a l’impression qu’ils y jouent leur réputation … alors que l’enfant, lui, il s’en fout du petit lutin du Père Noël !

* Avoir des trouvailles de cachettes pour soustraire aux petits yeux curieux, les précieux colis.
* Planifier l’emballage à l’heure où les têtes blondes sont au pays des songes. Malheur s’il manque quelque chose …
* Rassembler, empaqueter dans de grands cartons camouflés pour effectuer les livraisons, lors des migrations de fin d’année, où enfants et colis de féerie sont tous présents dans le même chargement !

Et puis … laisser la magie de Noël effectuer son art, en silence, à des heures indues …

Nota : Moi, j’ai juste un seul TRUC sur ma liste au Père Noël !

A lire aussi : Les lutins combinards …

 

Un grain de riz sur l’océan.

Une petite pensée pour Yann Eliès qui ne peut même pas attraper la morphine …

Pendant ce temps Michel Desjoyeaux ouvre le chemin !

556 930 euros …

Parmi les voiliers de voyage, et dans une ligne plus industrielle que le Trismus, mais largement plus cossu, voici mon “petit” favori du Nautic 2008 :

Allures 51, Dériveur Intégral …

Table à cartes …

Carré.

Cabine avant … Force 7-8 Beaufort, pas un cheveux qui dépasse avec la coiffeuse du bureau à gauche !!

Qui a dit que j’avais des goûts de luxe … ?

Tous droits réservés à Capt’ain et à son nouveau super reflex !

… Ca sent … la liberté payée !

Il va pleuvoir des Edelweiss. Même après 3h30 de sommeil … ben … je suis à l’heure au boulot et Petit Ginkgo a débarqué chez Nanou, déjeuné pris et habillé ! Si ce n’est pas du talent ça …

C’est pour cela qu’il fait beau aujourd’hui, en fait !

José de Espronceda (1808-1842)

Que es mi barco mi tesoro
Mi dios la libertad
Mi ley la fuerza y el viento
Mi unica patria el mar !

Il faut comprendre :

Car mon bateau est mon trésor,
Mon Dieu, c’est la liberté,
Ma loi, la force et le vent,
Mon unique patrie, la mer !

Troquer ma blouse blanche contre la rose aurait sûrement plus d’interet !!

Voilà ce qui me démange en ce moment … “Les Blouses Roses

Depuis mon investissement, à Bordeaux, auprès des mômes hospitalisés, il me reste un coin de ciel bleu. Il s’agit de distraire enfants malades ou personnes agées par des biais divers et variés, afin d’apporter un peu de chaleur, de fantaisie, de sourire dans un milieu souvent aseptisé, froid et technique.

Et non, ce n’est pas un service de Call Girl pour Docteur en mal d’affection !