Friedrich Nietzsche #3

Deviens ce que tu es.

Attribué à Pindare par Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra (1885),
(trad. Henri Albert), partie IV, chap. « L’Offrande du miel »

 

La seule résolution qui vaille au delà du 2 janvier chaque année …

 

Mais telle la vraie liberté qui est d’accepter ce que l’on est, avec un soupçon d’Amor Fati qui nuance grandement le déterminisme cher à Nietzsche.

ô punaise, en ajoutant l’interprétation de l’Amor Fati par Eckhart Tolleplus tendant vers le Kairos grec, voilà se déssiner la pleine conscience en filigrane ! CQFD

Décidément l’Homme est un grand amnésique qui se posera les mêmes questions jusqu’à la nuit des temps puisqu’il croit inventer l’humanité tous les 50 ans.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

8 Comments so far

  1. bulle on January 1st, 2014

    est ce une liberté d’accepter ce que l’on est, pour moi c’est plus avoir conscience de ce que l’on est qui nous permet de faire bouger les choses……
    En attendant, je vous souhaite le bonheur pour tous les quatre et pleine réussite dans ce que tu as entrepris………

  2. Capsicum on January 2nd, 2014

    Je ne dis pas que ce soit simple.
    Mais une fois que l’on a appris à se connaitre, accepter ce que l’on est supprime les tergiversations inutiles, les incertitudes, les triturages de neurones inféconds pour se concentrer sur des éléments plus essentiels.

    Cela procure une liberté de pensée et d’action car il n’y a plus le frein sociétal ou moral.
    Seul l’éthique reste un point de repère solide à l’imagination, à la créativité, à la saisie du moment, au plein investissement des situations, des sentiments, de l’instant.

    En découle une ouverture sur le monde et donc une évolution personnelle insoupçonnable initialement, sereine, non forcée.

  3. bulle on January 2nd, 2014

    tu as raison, mais pour moi avoir conscience
    de ce que l’on est vraiment n’est pas tellemnt une liberté mais tout simplement une prise de conscience qui nous mène après à cette liberté de pouvoir agir sur nous même.

  4. Capsicum on January 2nd, 2014

    Se libérer des conventions, des qu’en dira-t-on, des obligations, des paraître, des parts d’éducation qui ne nous ressemblent pas, des inatteignables aspirations, pour s’accepter comme tel … J’y vois bien là une vraie liberté.

    Ensuite, on est d’accord, ça laisse les coudées franches pour entreprendre !

  5. bulle on January 3rd, 2014

    je pense aussi qu’il est indispensable d’apprendre à se connaître mais qu’il est impossible de pouvoir avancer, si dans une situation donnée de notre existence il y a des chaînons manquants sur lesquels on peut mettre tout et n’importe quoi ;mettre de l’agréable ou du désagréable n’est rien si on peut mettre quelquechose pour trouver la liberté d’agir.

  6. Capsicum on January 3rd, 2014

    Sans être inconvenante : gné ?

  7. bulle on January 3rd, 2014

    j’ai voulu dire qu’une personne en situation d’échec personnel ou professionnel ne pourra se libèrer et agir pour ne pas reproduire de nouveau un échec, que si elle connait les raisons de cet échec, qu’elle en soit elle même responsable ou pas.

  8. sitelle on January 8th, 2014

    Pour moi la phrase de Nietzshe signifie qu’il faut tout au long de sa vie s’employer à se bien connaître pour éventuellement ‘corriger’ ce qui en nous nous déplait, et mettre en avant les choses qui trouvent grâce à nos yeux. Mais cela suppose une éthique personnelle préalablement établie sans trop de rigueur, pour qu’elle puisse évoluer au fur et à mesure de nos expériences. Oublier le bien et le mal au profit du mieux et du meilleur.