Et si les temps se troublaient …

Les sujets sur la deuxième guerre mondiale me laissent toujours ce goût amer dans la bouche … et ces larmes sur les joues.

Alors que l’on se plaint régulièrement de la fatigue, de ne pas avoir assez de vacances, de ne pas vivre avec les gens que l’on aime, de ne pas avoir assez d’argent pour acheter telle ou telle futilité, d’être fâché avec telle andouille ou telle autre. Il fût des temps maussades où il s’agissait de survivre, de ruser pour manger à sa faim, de se cacher pour protéger la vie, de ramper pour mettre les siens à l’abri, de tout abandonner pour recommencer ailleurs, de prendre des risques mortels pour faire triompher ses convictions, pour libérer ou protéger les plus faibles.

Nous sommes la génération des enfants gâtés, après la génération d’après-guerre qui a vu la société se reconstruire et celle de la guerre qui a vécu les horreurs. Ce qui compte pour nous, c’est notre confort, nos plaisirs. Ce qui comptait pour nos parents, c’était la liberté au prix d’un travail acharné. Ce qui a compté pour nos grands-parents, ce fût de survivre et de protéger leur famille.

L’histoire est une immense roue qui tourne. Quand je m’attarde à regarder les informations (ce qui, pour ma santé morale, n’arrive pas souvent) je tremble des décisions des chefs d’états, des possibles causes ou prétextes qui mèneraient immanquablement à un conflit.

Nos ainés étaient encore durs et habiles. Les familles savaient cultiver pour manger et se contenter de peu pour vivre. Les voitures pouvaient être réparées sans l’aide d’un ordinateur. Chaque homme apprenait, au service militaire, à se défendre de ses propres mains et à manier une arme. Les femmes savaient faire des conserves, dépecer un animal pour nourrir ses enfants ou coudre pour les habiller. Nombre de tâches de la vie quotidienne étaient réalisées sans l’aide de la technologie. Depuis tout s’est professionnalisé, spécialisé. Que savons-nous faire par nous même, aujourd’hui, qui nous permettrait de survivre si le pays était sens dessus dessous ?

Nous pensons que tout le monde est bon et gentil. L’Histoire nous a prouvé que pour certain la vie n’était rien au regard de leur propre ambition. Regardez d’un autre œil votre exécrable collègue et demandez-vous s’il n’aurait pas fait parti des délateurs pour un peu plus de pouvoir, comme il marche sur les autres, actuellement, visant LA promotion. Et votre gentille assistante qu’aurait-elle choisi pour simplement protéger ses enfants ? Que pense votre voisin des poubelles sur le palier ?

Et vous ? Etes-vous sûr que vous auriez été dans le bon camp dans un environnement de terreur, par instinct de survie ?

Et puis, qui nous dit que demain, cette catégorie ou celle-ci, qui n’a jamais été inquiétée, ne deviendra pas à son tour la caste des indésirables, dont vous, moi, votre voisin pourrait faire parti ? Ne dit-on pas : pour vivre heureux, vivons cachés …

Pour moi, la vie est la chose la plus précieuse … Comment ont-ils pu … ?

Mon but est de rendre mon fils autonome pour qu’il sache se tirer de toutes les situations (dramatiques ou pas), pour qu’il sache se débrouiller sans moi, pour que l’initiative lui sauve la vie, un jour peut-être.

Non, non … je n’ai pas bu … !

D’abord, j’ai l’alcool gai et amoureux … rien à voir avec cette sobriété lucide.

Société de Consommation

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

5 Comments so far

  1. Capsicum on April 11th, 2010

    Nous vivons tous très protégés … et au delà de l’aspect matériel, je ne suis pas sûre que les uns et les autres aient également les ressources psychologiques pour affronter une telle adversité.

    Espérons que la paix reste encore longtemps dans nos contrées …

  2. bellemain michelle on April 23rd, 2010

    effectivement , c’est tout à fait certain que les ressources psychologiques manqueraient sûrement
    pour affronter ce que les résistants ont affrontés lorsque l’on voit que l’on prend la
    combinaison de camouflage pour écrire un comment
    sur les blogs qui ne sont pas “secret défense”
    peut être à réfléchir ?????

  3. Capsicum on April 23rd, 2010

    Un nom n’apporte rien à la valeur des idées à partager.

    Il y a autant de tarés sur le net que dans la vie.
    Alors protéger un minimum les siens des gens mal intentionnés ou des fans un peu trop envahissants n’est pas inutile.

    Maintenant si l’anonymat vous dérange, il faut passer son chemin.

  4. [...] A lire aussi : Et si les temps se troublaient … [...]

  5. [...] envie de rencontrer sur mon palier, des inconnus me connaissant. Avez -vous déjà imaginé que les temps se troublent et qu’avec toutes ces infos innocemment communiquées, vous trouviez sur la mauvaise liste [...]