La complainte de l’heure creuse.

Cette semaine est bien longue.

On aurait pu croire que rentrée de vacances, les batteries gonflées à bloc, je me serais lancée à corps perdu dans le travail …

Mais que cette semaine est bien longue …

Petit Ginkgo me manque sans me manquer. Nous nous sommes bien peu séparés et je n’aime pas le savoir si loin. Il suffit que les temps se troublent, il suffit d’une personne en mal d’enfant. Enfin … il faut bien qu’il fasse ses armes lui aussi. Il est pourtant encore bien petit.

D’un autre coté, c’est agréable de ne pas être constamment à l’affût, de pouvoir reposer son éveil, d’être seule à la maison, de choisir ses horaires, et de tout faire beaucoup plus vite !

Cette semaine est bien longue, pourtant.

Jour après jour, il faut encore se lever. Je voudrais juste hiberner et arrêter de penser. Gonflée à bloc, pas sûr, la fatigue ressort et je me sens lasse, sans volonté.

Que cette semaine est bien longue.

Car je sais qu’il y aura d’autres semaines loin d’Ange. J’ai beaucoup de mal à accepter la tiédeur de cette vie là. Même si, en contrepartie, elle m’octroie un répit à l’abri du stress, de l’angoisse et de l’agitation, des responsabilités trop lourdes à porter.

Cette semaine est bien longue.

Je ne pense qu’aux prochaines vacances. Mais peut-on vivre en n’ayant pour objectif que les prochains moments de liberté ???

Cette semaine est bien longue mais elle est en passe de finir … et le week-end, à contrario, sera probablement bien trop court !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

No Comment

Comments are closed.