Théorie du Mentor

Au cours de ma petite vie, j’ai fait la rencontre de personnes déterminantes, qui ont très vite su comment mettre au jour le meilleur de moi-même. Toujours charismatiques, systématiquement masculins, ils vont du père au chirurgien, en passant par des entraineurs, amis, profs, ou moniteurs. Et, je ne vous parle pas de la vie personnelle …

Il est nécessaire mais il ne suffit pas que je l’admire, il faut qu’il croit vraiment en moi, en mes capacités, à la manière d’un coach, même exigeant ou intransigeant. Son enthousiasme, vis à vis du domaine qu’il maitrise, émane de tout son être. Il sait rendre contagieuse sa passion !

Ces rencontres m’ont guidée loin, au delà de ce que j’aurais cru possible au début.
Pas toujours si simple… Il y a les moments de doute, de découragement, les coups de gueule proches de la rébellion. Mais il y a aussi la complicité, la fierté de l’effort fourni, du travail accompli en équipe, et la joie parfois des honneurs.
Il y a surtout un lien fort, pour lequel je suis déterminée à repousser les limites, une raison pour laquelle avancer et supporter les difficultés.
Sans nul doute, ils y ont aussi trouvé leur compte.

Et puis un jour, plus rien à l’horizon, pas de Maître pour franchir l’étape suivante. La séduction ne suffit pas pour faire naitre un nouveau guide, pour remettre la machine en route. La remise en question est alors profonde : Personnalité insipide, sans intérêt ? Suis-je capable d’avancer seule, vraiment seule ?
D’anciens protecteurs veillent, mais ils ne sont plus au cœur de l’action. Même en puisant en moi ce que j’ai accumulé tout au long de ces challenges, la marche est plus lente, plus entravée.
Finalement, l’aboutissement est atteint, moins glorieusement mais honorablement …

Encore ponctuellement, la fougue se libère, au détour d’une rencontre, pour une activité sportive souvent ou lors d’une visite “culturelle”, si l’exaltation du “guide” transparait.

C’est toujours en moi …

Si mon chef, à Industrie & Co, savait exploiter cette force, il serait vraiment étonné de la montée en puissance ! Tant pis … enfin … on croit facilement en une jeune lycéenne ou étudiante, moins en une “mère de famille” !

Je n’ai pas la clef, je ne sais déclencher le mécanisme moi-même. J’ai besoin de voir cette flamme dans le regard de l’autre, comme un miroir. C’est magique, insaisissable et addictif …

Je crains que ce soit aussi l’une des raisons qui me freinent
dans la réalisation de mes aspirations !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Comment so far

  1. [...] cran plus loin (et selon les enjeux) la relation en vient parfois à l’état de mentorat, paroxysme de l’enseignement où l’interdépendance se dessine et où l’affect [...]