Dans les pas de Paul-Emile Victor

Je me demande toujours comment les enfants de ces personnalités inhabituelles que sont les explorateurs appréhendent la passion envahissante de leur parent ? Que deviennent-ils  ensuite à l’ombre de ces grands hommes ?

C’est pourquoi entendre Stéphane Victor (dernier fils de Paul-Emile Victor) dire Ce que je suis venu chercher au Groenland ? La raison de l’absence de ce père. Essayer de comprendre pourquoi il n’était pas à la maison.” ne peut qu’aiguiser mon intérêt pour ce documentaire Dans les pas de Paul-Emile Victor de Stéphane Dugast, qui fait vibrer également ma fibre des grands espaces.


“Août 1934, le Commandant Jean-Baptiste Charcot dépose sur la côte Est du Groenland la première mission scientifique française. A sa tête, un jeune ethnologue alors inconnu du public : Paul-Émile Victor. Sa rencontre avec le peuple inuit, la beauté des paysages du Grand Nord et la majesté des icebergs vont le fasciner toute sa vie et le rendre célèbre. Soixante-dix ans plus tard, Stéphane Victor, le seul des quatre enfants de l’explorateur à ne s’être jamais rendu sur la côte orientale du Groenland part sur les traces de son père. Son but ? Comprendre sa passion et atteindre la hutte de Kangerlussuatsiaq où il vécut 14 mois hébergé par une famille inuit. Un voyage initiatique riche et intense au cours duquel Stéphane Victor partage le quotidien des derniers chasseurs nomades, retrouve des témoins ayant connu “Wittou, le Grand Blanc”, s’immerge comme son père, au cœur de la société inuit.”

Images & montage : Emmanuel PITTET / Réalisation : Stéphane DUGAST (2007)

Prix du jeune réalisateur aux Ecrans de l’Aventure 2007

Stéphane Dugast est aussi l’auteur d’un livre relatant cette aventure …

PHV

“(…) Aurores boréales, glaciers, fjords sauvages, montagnes enneigées, les photographies de Xavier Desmier semblent témoigner d’une beauté intemporelle… Mais au-delà de ces images féeriques, ce récit d’aventure donne l’alerte : le réchauffement climatique fait fondre la banquise, empêchant les hommes et les animaux de se déplacer. La biodiversité et la culture inuit sont menacées. Plus encore, c’est la régulation climatique de la planète qui est en danger… Ce regard porté sur le toit du monde est un éloge à la beauté de la nature et un constat écologique. C’est aussi l’émouvant voyage d’un fils dans les pas de son père.”

Présentation de l’éditeur.

Photographies de Paul-Emile Victor & Xavier Desmier. / Enquête de Stéphane Dugast / Préface de Nicolas Hulot / (Beau-Livre) – Michel Lafon éditions, 2007

Prix Beau-Livre Festival Insulaire Ouessant 2008
Prix du Beau Livre maritime de Concarneau 2008

Sylvain Tesson a sélectionné cette aventure de Stéphane Victor et Stéphane Dugast pour le livre Carnets d’Aventures que l’on abordait dans Faire vibrer l’Aventure, en Octobre 2009.

Témoignage de Stéphane Victor en commentaire, cliquez ICI !

****************

Pau-Emile Victor, Site Officiel
Embarquements, Le blog marin de Stéphane Dugast
Site de Stéphane Dugast, Auteur -Reporteur – Réalisateur
“Dans les pas de Paul-Emile Victor, l’aventure polaire” sur la chaîne TV Voyage, Institut Polaire Françasi Paul-Emile Victor IPEV,

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 Comments so far

  1. Stéphane VICTOR on January 9th, 2010

    Et bien on s’en sort comme on peut !!
    Bien sûr je ne me plaindrai jamais sur mon sort, il existe tellement de pires situations, j’en ai bien conscience et en suis imprégné au quotidien.
    J’ai été amené à rencontrer d’autres enfants de personnalités ou d’explorateurs.
    Pour nous tous, il n’est pas forcément facile de “se faire un prénom”, avec plus ou moins de facilité.
    Cependant, le lègue, la transmission, “l’héritage” (plus intellectuel, culturel, humaniste, éducatif que pécuniaire) sont des atouts exceptionnels, qui n’ont pas de prix, acquis simplement parce que l’on est présents dans un certain monde, un certain milieu.
    Il n’est pas forcément simple d’abonder dans le sens des appréciations dithyrambiques de personnes à propos de son père alors que l’on ne partage pas forcément ces points de vue.
    Mais l’image ne doit pas être détruite, l’imaginaire doit perdurer.
    Il existe des pères, des parents qui rentrent tous les soirs à la maison mais qui sont bien plus absents que les grands voyageurs !!

  2. Capsicum on January 10th, 2010

    La relation enfant-parent est toujours quelque chose de complexe, avec un père célèbre ou non, en effet !
    Mais beaucoup d’enfants rêvent à des pères de la trempe du votre ou grandissent en espérant un jour lui ressembler.

    Quel merveilleux creuset a du être le milieu qui vous a vu grandir. Et l’influence du milieu est une question qui me vient souvent à l’esprit quand je regarde mon fils évoluer.

    Comment Paul-Emile Victor expliquait-il ses absences à ses enfants ?
    Imaginait-il vivre une part d’égoïsme d’une certaine façon ?

    Au delà de l’image bien réelle que vous avez de votre père, le site que vous lui consacrez est superbe : http://www.paulemilevictor.fr

    Vous même sportif touche à tout, enseignant, voyageur, entrepreneur, pensez-vous que la voie que vous avez suivie est plus la résultante d’un héritage intellectuel conscient que d’une fibre aventurière profondément ancrée et inconsciente ?

    En tout cas merci de votre passage et de votre intéressant éclairage !

    Capsicum

  3. [...] documentaires qui m’intéressent comme A la Recherche de l’Oiseau Blanc, Naufragé des Dunes, Dans les pas de Paul-Emile Victor, Epris d’aventure, Voyage au Tibet Interdit … ont été projetés aux Ecrans de l’Aventure, [...]